close
Périphériques

Le Mac Studio d’Apple n’est pas modulaire, et c’est une bonne chose

Le Mac Studio d'Apple n'est pas modulaire, et c'est une bonne chose

Apple a annoncé un nouvel ordinateur de bureau lors de son événement du printemps 2022 : le Mac Studio. C’est la première fois qu’Apple s’intéresse aux ordinateurs de bureau destinés aux professionnels de la création depuis plus de deux ans, et il met en évidence l’une des principales lacunes de la dernière tentative d’Apple, le Mac Pro.

Le Mac Pro donnait l’impression qu’Apple s’engageait dans la voie de la modularité, mais le Mac Studio montre que la société pourrait abandonner cette philosophie. Étant donné que le Mac Pro a mal résisté au cours des dernières années, c’est une bonne chose que le Mac Studio n’ait pas adopté son approche modulaire.

Lorsque Apple a annoncé le Mac Pro en 2019, ce fut une révélation. En réponse aux années de plaintes des professionnels de la création, Apple a décidé de rendre le Mac Pro modulaire en utilisant des modules d’extension Mac Pro (MPX). Les modules MPX sont essentiellement des boîtes fermées que vous pouvez insérer dans le Mac Pro pour le mettre à niveau ou ajouter davantage de caractéristiques.

C’est un concept génial, mais il n’a pas vraiment tenu la route. Apple a semblé abandonner l’idée à la mi-2021 avant de présenter une gamme de nouveaux modules MPX pour les dernières cartes graphiques Radeon Pro d’AMD. Les utilisateurs peuvent toujours insérer leurs propres cartes PCIe, de sorte que vous pouvez utiliser une carte graphique que vous aimez ou une carte d’extension PCIe (à condition qu’elle consomme moins de 300 watts). La prise en charge du PCIe aide certainement le Mac Pro, mais cela va à l’encontre de l’objectif d’avoir une machine modulaire.

Il y a encore un certain nombre d’autres problèmes. Par exemple, Apple ne propose pas de modules MPX pour les cartes graphiques NVIDIA, et les utilisateurs sont limités aux modules MPX qu’Apple veut bien sortir. Avec deux ans d’écart entre le premier ajout majeur à la gamme, les utilisateurs de Pro sont souvent coincés dans l’attente d’une mise à niveau, même si elle est disponible pour d’autres machines.

Le Mac Studio n’est pas modulaire, et dans une certaine mesure, je dirais qu’une certaine modularité vaut mieux que rien. Le Mac Pro n’a pas beaucoup porté ses fruits avec les modules MPX, ce qui est important à retenir pour des machines qui coûtent plus de 50 000 euros. Et c’est encore plus important quand une machine à 4 000 euros peut offrir de meilleures performances.

La modularité à un prix…

Il est difficile d’argumenter en faveur du MPX lorsque plusieurs modules coûtent plus cher que le Mac Studio. L’une des principales raisons d’opter pour la modularité est le prix : au lieu d’acheter un nouveau Mac, vous pouvez simplement insérer un nouveau module MPX. Avec le Mac Studio et la puce M1 Ultra, l’équilibre des prix s’est déplacé vers l’achat d’une nouvelle machine.

Le module phare Radeon W6900X MPX vous coûtera 6 000 euros. C’est le même prix qu’un Mac Studio avec un M1 Max et un Mac Studio avec un M1 Ultra. Un module MPX Radeon Pro Vega II coûte plus cher qu’un Mac Studio avec le M1 Max, et ce GPU a bientôt trois ans.

Ces cartes graphiques peuvent largement surpasser le Apple Silicon, et elles sont livrées avec des pilotes validés pour les professionnels. Mais là n’est pas la question. Avec un système modulaire comme celui qu’offre le Mac Pro, les utilisateurs sont limités non seulement par les modules qu’Apple décide de vendre, mais aussi par les prix qu’Apple décide de fixer.

Certes, il est toujours important d’avoir les meilleurs composants, mais les prix les plus élevés sont ceux des anciens modules MPX. Le module MPX AMD Radeon Pro Vega II coûte les mêmes 2 200 euros qu’au moment de son lancement par Apple, et c’est une pilule difficile à avaler. La modularité exige un engagement, et tout ce qu’Apple s’est engagé à faire, c’est de vendre essentiellement la même gamme de modules MPX qui étaient disponibles au lancement, et au même prix.

L’avantage d’une machine comme le Mac Studio est qu’elle ne nécessite pas toutes les dépenses inutiles et qu’elle est donc beaucoup moins chère. Bien sûr, les composants informatiques sont déclassés au fur et à mesure que de nouvelles générations sortent. La tarification d’Apple n’arrange pas les choses, mais il est difficile de reprocher à Apple de concevoir une machine en 2019 avec des composants de 2019 en tête, et il n’est pas surprenant qu’une machine présentée en 2022 offre plus de puissance (d’après les propres affirmations d’Apple, du moins).

Le PC modulaire a un défaut fondamental

La modularité a des limites, et le Mac Studio expose ces limites. Bien sûr, vous pouvez insérer l’une des dernières cartes graphiques Radeon Pro, mais qu’en est-il de la mise à niveau de la machine vers PCIe 4.0 ? Qu’en est-il de la mémoire DDR5 ou du Thunderbolt 4 ?

L’idée d’un PC modulaire a un défaut fondamental : tout doit se brancher sur quelque chose. Au moins, le Mac Studio sait ce qu’il est. C’est un ordinateur de bureau pour les professionnels de la création que vous devrez remplacer dans quelques années. C’est beaucoup mieux et moins cher qu’un ordinateur de bureau qui revendique la modularité et fait payer ce privilège, surtout quand une machine à une fraction du prix pourrait offrir de meilleures performances.

Tags : AppleMac ProMac Studio
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.