Fermer
Tests

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Aujourd’hui, je vais vous présenter le seul et unique smartphone qui tente de se démarquer des autres, le Samsung Galaxy Beam. Ce n’est pas réellement le seul et unique, puisque Samsung a sorti un téléphone avec le même nom en 2010. Il s’agit donc d’un nouveau Galaxy Beam, largement amélioré. Ce smartphone n’a rien avoir avec le Lumia 820, ou le Note 2 précédemment testé, mais ce positionne dans le milieu de gamme des smartphones. Il se distingue de la concurrence, avec son picoprojecteur DLP (Digital Light Processing) Texas Instruments de 15 lumens. Si vous voulez visionner des films sur le mur de votre chambre, ce téléphone est fait pour vous.

En effet, le Galaxy Beam est un dispositif unique. Il permet de disposer d’un smartphone en milieu de gamme, et d’un picoprojecteur dans votre poche. Bien sûr, ne vous attendez pas à retrouver les caractéristiques d’un projecteur, mais pour ce qu’il offre, c’est un excellent dispositif. Pour certains – je m’inclus dans le lot, ce n’est pas vraiment la première chose que l’on à l’esprit lorsque l’on évoque un smartphone et son éventuelle utilisation, mais après avoir pu mettre la main sur ce dernier, je trouve que c’est un excellent téléphone et va ravir de nombreux professionnels.

Avant de commencer voici une petite vidéo de présentation :

Hardware

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Le Galaxy Beam est équipé des caractéristiques plutôt décentes de Samsung, hormis le processeur qui n’est pas vraiment connu pour être embarqué au sein des dispositifs de la marque. Au lieu d’un traditionnel Qualcomm ou Texas Instruments, le Beam embarque un processeur NovaThor dual-core d’1,0 GHz. Parmi les autres caractéristiques, on retrouve 768 Mo de RAM et 8 Go de stockage interne. Équipé d’un écran de 4 pouces, il offre une résolution de 480 x 800. On va également disposer de deux capteurs photos de 5 mégapixels à l’arrière, et sur la façade avant pour tout ce qui est visioconférence. Seule ombre au tableau, le dispositif arrive Android 2.3, autrement dit Gingerbread ! Enfin, du côté de l’autonomie, on va retrouver une batterie de 2000 mAh, qui pourrait être suppléer par une seconde, également de 2000mAh, que ​​Samsung a jugé bon d’insérer dans la boîte, avec un dock permettant de la recharger.

Pour être très précis, les mesures du dispositif sont de 124 x 64,2 x 12,5 mm, et pèse 145 grammes. Ce n’est sûrement pas le plus léger, et le plus mince des dispositifs de sa gamme, mais le simple fait qu’il intègre un picoprojecteur, l’alourdi considérablement.

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Sur le côté droit du dispositif, on va retrouver le bouton marche/arrêt dédié au projecteur, qui se trouve être près de là où Samsung place généralement son bouton d’alimentation. Lors de mes tests, je me suis retrouvé à l’enclencher, mais vu qu’il est nécessaire d’appuyer longuement pour démarrer le projecteur, il n’y a pas besoin de s’inquiéter d’allumer accidentellement le projecteur. Le côté droit dispose également d’un slot micro-SD que vous pourrez voir dans la vidéo ci-dessous. Ensuite, sur le côté gauche on retrouve l’embout pour la prise jack 3,5, le bouton pour régler le volume, et bien sûr la fente pour insérer votre SIM – il s’agit bien d’une SIM et non d’une micro SIM.

Globalement, je suis satisfait de l’utilisation et de la durabilité du téléphone. Ce dernier est très robuste et agréable en main, le poids lui donnant une sensation de dispositif haut de gamme, et le revêtement en caoutchouc à l’arrière permet une bonne prise en main. Comme il s’agit bien plus qu’un simple projecteur, et aussi d’un smartphone, vous serez heureux de savoir que c’est un smartphone plutôt intéressant ! Si vous n’utilisez jamais le projecteur, il sera bien sûr intéressant dans une utilisation de tous les jours.

Logiciel

Rien de nouveau ici de la part de Samsung. Malheureusement, hormis le fait de disposer d’Android 2.3, nommé Gingerbread, et aujourd’hui encore présent sur une grosse majorité des dispositifs Android – malgré le fait qu’Ice Cream Sandwich a quasiment un an, le Beam intègre également la couche Samsung, Touch Wiz, et ses habituelles changements. Si vous avez déjà utilisé un téléphone Samsung vous vous sentirez comme chez vous.

Le processeur NovaThor permet à Android d’être fluide, et de s’exécuter sans pépin ! La seule partie importante ici est l’application “Projecteur”, laquelle je vais décrire par la suite. Concernant l’exécution d’applications, de jeux, ou encore de YouTube qui prend tout son intérêt avec le picoprojecteur, ce ensemble fonctionne très bien sur l’écran de 4 pouces, et s’avère encore plus intéressant une fois projeté sur mon mur.

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone
Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Comme il s’agit davantage d’un smartphone axé sur la gestion d’un projecteur, j’ai décidé de faire un petit test de performance. Voici un benchmark mené par AntuTu Benchmark :

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone
Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Projecteur

Voici où les choses deviennent intéressantes ! Comme mentionné ci-dessus, le Beam embarque un DLP produit par Texas Instruments, qui est capable de projeter une image de 50 pouces sur tout support. Si la résolution peut s’avérer basse, 640 × 360, sachez que le projecteur gère parfaitement bien l’affichage en 50 pouces.
Concernant la luminosité, le picoprojecteur ne propose que seulement 15 lumens.

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Malheureusement, avec les tests que j’ai pu réaliser, si le picoprojecteur se comportait admirablement bien sur une projection sur une diagonale d’environ 15 cm, et ce dès que l’on soit dans une pièce sombre ou éclairée, celui-ci avait beaucoup plus de mal au fur et à mesure que je me reculais. En effet, si l’image projetée était encore lisible dans la pièce sombre, celle-ci devenait trop floue dès lors que j’atteignais une diagonale de 120 cm ! Je ne parle même pas de la pièce éclairée…

Pour ce qui est de l’autonomie, j’ai laissé tourner le projecteur sans interruption, et j’ai été obligé de recharger le Beam, ou encore remplacer la batterie par la seconde fournie, au bout de 3 heures.

Ce qui est amusant et comme vous pourrez le découvrir dans la vidéo, il y a un tas d’options disponibles avec l’application “Projecteur”. En effet, outre le fait de régler le picoprojecteur, vous pourrez vous amusez avec un “mode dessin”, qui vous permet de gribouiller sur l’écran – cette fonctionnalité va s’avérer utile lors de vos présentations universitaires ou professionnelles. De plus, en utilisant la caméra du Beam, vous pourrez projeter à l’écran ce dont vous êtes en train de capturer en live.

Pour les scénarios d’utilisation, Samsung recommande d’utiliser le Beam pour votre plaisir, pour lancer quelques spectacles en plein air, pour des présentations professionnelles, pour l’éducation ou encore toute autre soirée pour laquelle vous avez besoin de projeter quelque-chose.
Personnellement j’ai utilisé ce dispositif, pour projeter quelques séries TV, et même un diaporama à une soirée et je dois dire que mes amis sont repartis très impressionnés par ce Galaxy Beam.

Outre le fait, d’utiliser ce Beam dans des situations amusantes, vous pouvez tout aussi bien l’utiliser pour des contextes beaucoup plus professionnels. Qu’il s’agisse de présenter un sujet au travail, ou afficher un diaporama à vos étudiants, et plus encore, le Beam s’adaptera à toutes les situations.
En fait, les options ne sont limitées que par la créativité et la quantité de lumière que vous aurez à disposition… Pour être honnête, si vous l’utilisez en pleine journée, avec de nombreuses fenêtres et volets ouverts, vous pourriez être très déçu du rendu !

Batterie et appareil photo

Samsung a équipé le Galaxy Beam avec non pas une, mais deux batteries de 2 000 mAh. De plus, la firme pousse le vice, en allant jusqu’à vous offrir un chargeur externe et autonome de sorte que vous pouvez faire toute une présentation durant 3 heures, puis passer à la seconde pour une utilisation plus classique de votre smartphone.

Découvrez le Samsung Galaxy Beam : un picoprojecteur embarqué dans un smartphone

Pour une utilisation plus classique du Beam, autrement dit sans tirer profit du picoprojecteur, pour un smartphone avec une vitesse de processeur dual-core moyenne, un petit écran de 4 pouces – qui n’est pas HD, et seulement en 3G, cette batterie de 2000 mAh vous durera plus de la journée. Vous n’aurez donc aucun problème pour faire tenir votre smartphone toute une journée, et vous aurez même le luxe d’en avoir une supplémentaire si vous jouer à des jeux toute la journée….

Enfin, du côté de l’appareil photo, celui-ci a un capteur de 5 mégapixels, ce qui va s’avérer suffisant pour beaucoup, surtout pour un smartphone de milieu de gamme. Ce dernier enregistra de la vidéo en 720p si vous en avez le besoin.

Note : Vous pouvez trouver d’autres photos sur Google+

Conclusion

Est-ce que le Samsung Galaxy Beam est un dispositif unique ou de niche ? À vous de voir… Est-ce que ce dernier fonctionne parfaitement comme un smartphone Android ? Tout à fait. Certes, le processeur et le manque de la résolution HD signifient un retard, mais les caractéristiques d’un dispositif de la même gamme seront toutes aussi restreintes. Si vous avez besoin d’un picoprojecteur ainsi que d’un smartphone, et que le milieu de gamme de ces derniers vous suffit, le Beam s’avérera un excellent choix.

Ce n’est pas tous les jours que j’ai eu à tester un tel smartphone, et j’ai trouvé ça plutôt amusant à utiliser. Attention je ne vous recommande pas de l’acheter sur le critère de sa seule fonction de projecteur, mais pour un besoin occasionnel vous allez l’adorer. Et puis sachez que ce smartphone est disponible chez de nombreux opérateurs alors allez voir par vous même !

Mots-clé : Android 2.3BeamGalaxy BeamSamsungsmartphonetestvidéoprojecteur
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.