Fermer
Tablettes

La tablette numérique E Ink de Sony est disponible au Japon

DPT-CP1

Lorsque la plupart d’entre nous pensent à des appareils E Ink, nous pensons probablement à quelque chose de petit comme l’une des liseuses Kindle d’Amazon. Sony a adopté une approche différente avec sa tablette DPT-RP1, dotée d’un écran aussi grand qu’une feuille de papier A4, et destinée à faire plus que lire des livres électroniques. Cette tablette était plutôt destinée au monde professionnel, ciblant les professions qui traitent un grand nombre de documents, tels que les avocats ou les médecins.

En tant que tel, la DPT-RP1 est davantage orientée pour des tâches comme l’édition de fichiers PDF et la création de documents, mais avec un énorme écran qui mesure de 13,3 pouces, elle était certainement trop grande pour transporter aisément. Aujourd’hui, Sony a présenté sa nouvelle tablette numérique E Ink, DPT-CP1, qui reprend toutes les caractéristiques de la DPT-RP1, mais dans un facteur de forme plus petit. 

La DPT-CP1 tente encore d’imiter la taille d’un morceau de papier, mais cette fois-ci, le papier A5 est la source d’inspiration. Cela signifie un écran qui est un peu plus petit que son prédécesseur, mesurant 10,3 pouces. La DPT-CP1 dispose d’une résolution de 1 404 x 1 872 pixels, et comme sa grande sœur, elle reste un appareil léger avec un poids de 240 g, et une épaisseur maximale de 5,9 mm.

Sony précise que la tablette est livrée avec 16 Go de stockage interne, ce qui, selon Sony, devrait vous permettre de stocker environ 10 000 fichiers PDF sur l’appareil. Et, elle dispose d’un port micro USB pour la connexion à un PC. Elle prend également en charge 802,11 ac WiFi, Bluetooth 4.2 et NFC.

Un stylet idéal pour les pros

En outre, comme la DPT-RP1, elle est également livrée avec un stylet. Ainsi, elle devrait avoir tout ce dont vous avez besoin à la sortie de la boîte. Avec cette tablette, Sony introduit également une nouvelle application Digital Paper, qui vous permettra de partager des documents depuis un smartphone ou le cloud vers la tablette sans impliquer un PC. L’autonomie de la tablette est censée durer jusqu’à trois semaines, mais évidemment, cela dépend de comment vous utilisez la tablette au jour le jour.

Bien qu’un utilisateur lambda n’aura probablement pas besoin d’une tablette E Ink comme celle-ci, il est facile de voir l’utilité de celle-ci dans le monde des affaires. Bien sûr, ce sera vrai uniquement si la firme la commercialise en dehors du Japon. Le prix est également un gros point d’interrogation.

Mots-clé : Digital PaperDPT-CP1E-InkSony
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J'ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu'architecte interopérabilité.
Lire les articles précédents :
Azure Sphere de Microsoft est conçu pour sécuriser les périphériques IoT

Dans le but de sécuriser les milliards de périphériques IoT (Internet of Things, ou Internet des Objets en français) alimentés...

Fermer