close
Automobile

L’accident mortel d’une Tesla au Texas semble lié à l’absence de conducteur

L'accident mortel d'une Tesla au Texas semble lié à l'absence de conducteur

Les voitures entièrement autonomes ou à conduite automatique sont à la fois un rêve et un cauchemar. Ce qui relève de la science-fiction a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de devenir réalité, notamment en raison des obstacles pratiques et juridiques que les constructeurs automobiles comme Tesla doivent surmonter. Des technologies telles que le système Autopilot et le futur système FSD (Full Self-Driving) ont pour but de réduire les accidents de la route qui sont principalement dus à l’erreur humaine. Malheureusement, comme le démontre le dernier accident mortel, cela pourrait ne pas être suffisant pour sauver les humains d’eux-mêmes.

Un accident impliquant une Tesla Model S au Texas le week-end dernier a tué deux hommes, dont aucun ne semblait être au volant au moment de l’impact. Le véhicule a heurté un arbre et s’est enflammé à Spring, juste au nord de Houston, dans la soirée du samedi 17 avril. L’un des occupants du véhicule a été découvert sur le siège passager, tandis que l’autre se trouvait sur la banquette arrière.

Au cœur de l’enquête, il s’agit de savoir si le véhicule était en mode Autopilote ou FSD (Full Self-Driving) avant l’accident, et si l’un des deux occupants, âgés de 59 et 69 ans, a pu être projeté — ou déplacé — du siège autour du point d’impact.

Les adjoints de la police du comté de Harris (Harris County Constable Precinct 4) ont déclaré que le véhicule Tesla roulait à grande vitesse lorsqu’il n’a pas réussi à négocier un virage dans un cul-de-sac, a quitté la route et a percuté l’arbre. Le sergent Cinthya Umanzor a déclaré qu’il n’y avait « personne à la place du conducteur ».

Les pompiers ont eu du mal à éteindre l’incendie, qui a duré environ quatre heures. Les batteries lithium-ion du véhicule continuant à brûler, l’équipe de secours a même appelé Tesla pour obtenir des conseils sur la manière de faire face à la situation.

Pas une voiture « autonome »

La fonction Autopilot de Tesla s’est avérée controversée pour la société californienne, les critiques affirmant que son nom même peut induire en erreur certains conducteurs en leur faisant croire que leur véhicule est totalement autonome, alors que « Autopilot » est en fait une fonction d’assistance au conducteur. La récente version bêta de la fonction plus avancée FSD a également suscité des inquiétudes, le nouveau mode exigeant toujours que les conducteurs gardent les yeux sur la route et soient prêts à prendre le relais à tout moment.

Sur son site Web, Tesla met en garde ses clients en disant : « Les fonctionnalités actuelles de l’Autopilot exigent une surveillance active de la part du conducteur et ne rendent pas le véhicule autonome ». Un système de sécurité intégré signifie qu’un véhicule Tesla émet des alertes et finit par ralentir jusqu’à l’arrêt s’il détecte une absence de mains sur le volant, mais certains conducteurs ont utilisé diverses méthodes pour tromper le système — un comportement connu pour conduire à des accidents.

La police s’efforce maintenant d’établir ce qui a conduit à l’accident de Tesla survenu samedi au Texas.

Tags : AutopilotTesla
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.