close
Google

La panne de Google montre que la centralisation à ses limites

La panne de Google montre que la centralisation à ses limites

Google n’est resté en panne qu’une heure, mais la panne de ce lundi nous a rappelé de façon brutale à quel point l’existence moderne en ligne dépend du colosse des moteurs de recherche. De Gmail et Google Agenda à YouTube, en passant par l’authentification à deux facteurs de Google, la panne a temporairement interrompu le travail en ligne de nombreuses personnes, y compris des publications qui auraient autrement fait état de la panne.

De plus, elle a mis en évidence les coûts cachés des systèmes faciles à utiliser qui imprègnent le Web, et à quel point ils peuvent être pénibles lorsque le tentaculaire géant Google ne répond plus, même pour une heure seulement.

Selon un tweet de Google, l’entreprise a subi une « panne du système d’authentification » qui a essentiellement rendu une grande variété de serveurs inutilisables pendant environ 45 minutes parce que le système était incapable de confirmer que les utilisateurs étaient bien ceux qu’ils disaient être.

Cette panne semble avoir touché l’Europe dans une large mesure et s’est étendue bien au-delà de ce que les gens pourraient normalement associer à l’impossibilité d’accéder à leur boîte mail. Sur les smartphones Android, par exemple, les applications natives comme Google Maps ont cessé de fonctionner, et les appareils connectés à Internet depuis Google Home semblaient également hors service. La panne montre à quel point le contrôle et l’effet d’avoir un seul point de défaillance dans un système centralisé peuvent être importants. Les services et les fonctionnalités essentiels à la vie quotidienne ont soudainement disparu, les utilisateurs n’ayant aucune idée, et encore moins de contrôle, du moment où ils pourraient revenir.

La partie la plus touchée de l’empire en ligne de Google a sans doute été sa suite d’applications Android. Les smartphones dotés de la version la plus pure d’Android n’étaient pas totalement inutilisables, et fonctionnaient généralement bien, mais comme les applications Google ne fonctionnaient pas, certaines fonctions clés avaient disparu.

La problématique Android

Par exemple, sur la version pure d’Android, l’expérience que l’on retrouve sur les smartphones Pixel, Google Photos est l’application de galerie par défaut, et pendant que ce service était en panne, vous ne pouviez pas voir les images stockées sur votre smartphone. Mais, le problème était peut-être plus important lorsque l’application Google Contacts a été mise hors service. Tous les contacts stockés dans le cloud étaient inaccessibles. Il est à noter que toutes les applications Google n’ont pas cessé de fonctionner, mais des millions de personnes ont été incommodées à des degrés divers. De nombreuses entreprises dépendent de la suite Google pour fonctionner, et la productivité a donc probablement chuté au début de la panne.

La panne de Google est le dernier avertissement en date pour nous rappeler que les grands écosystèmes technologiques sont des choses fragiles et que si nous comptons sur un géant technologique pour gérer tous nos services et données, quand il tombe, nous tombons avec lui. Quelle est donc la solution ? Nous pourrions exiger des autorités qu’elles fassent davantage pour réprimer les pratiques monopolistiques des méga-sociétés technologiques, mais il y a peu de chances que cela se produise de sitôt.

Peut-être s’agit-il simplement d’un rappel pour mélanger et mixer un peu vos produits et vos solutions.

Tags : cloudGoogle
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.