Fermer
Apps

Huawei se tourne vers TomTom pour remplacer Google Maps

Huawei se tourne vers TomTom pour remplacer Google Maps

Avec l’interdiction américaine du géant technologique chinois Huawei toujours en cours, le fabricant de smartphones a dû trouver de nouvelles façons de remplacer toute technologie — qu’elle soit matérielle ou logicielle — qu’elle se procurait auparavant auprès de sociétés américaines. L’impact le plus notable est l’incapacité de Huawei à utiliser sur ses smartphones tout ce qui est développé par le géant américain, Google.

Mais aujourd’hui, la société chinoise semble avoir trouvé un remplacement pour au moins un des services clés du géant de la recherche, confirmant qu’elle s’est assuré une alternative à Google Maps en signant un partenariat qui verra les spécialistes de la navigation TomTom fournir des cartes, des informations en direct sur le trafic et des applications pour les smartphones Huawei, selon Engadget.

Lorsque le gouvernement Trump a mis sur liste noire Huawei, cela a eu de profondes répercussions sur la façon dont l’entreprise peut faire des affaires, en particulier avec les entreprises américaines. Les fabricants de puces, tels que Intel et Broadcom, ont cessé de fournir des puces à la société et Google a cessé de fournir des mises à jour pour Android et des applications qui ne sont pas open source.

L’accès aux populaires applications de Google ayant été coupé, Huawei « a dû soit trouver un partenaire de navigation mondial, soit accepter que son logiciel de cartographie soit au mieux limité », comme le souligne Engadget. C’est la raison pour laquelle Huawei s’est tournée vers TomTom, une société néerlandaise qui n’est pas soumise à l’interdiction américaine visant Huawei.

L’accord avec Huawei aurait été finalisé il y a quelque temps, bien que la société se soit abstenue de rendre l’information publique pour des raisons non spécifiées.

Où en sommes-nous ?

Bien que les smartphones les plus récents de Huawei soient toujours alimentés par Android 10, le manque d’accès aux applications et aux services de Google (y compris le Google Play Store) fait que les smartphones de la société sont difficiles à vendre dans de nombreuses régions en dehors de l’Asie, même dans celles où ils étaient plébiscités par le passé, comme l’Europe. Si Huawei est effectivement obligé d’abandonner complètement Android, elle a déjà une roue de secours — HarmonyOS est un système d’exploitation open source conçu pour fonctionner avec une variété de produits, tels que les smartphones, les téléviseurs, les montres connectées, les ordinateurs portables et plus encore.

Le partenariat avec TomTom garantira au moins que les clients de Huawei continuent à disposer d’une option de cartographie et de navigation de classe mondiale malgré le fait que ses smartphones ne peuvent plus utiliser Google Maps. Mais, Maps est peut-être l’une des plus faciles à remplacer, principalement parce qu’il ne manque pas de sociétés de cartographie et de navigation qui offrent des fonctionnalités analogues. Pour le reste, le chemin est encore long pour la société chinoise.

Mots-clé : Google MapsHuaweimapsTomTom
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.