Fermer
OS

Si elle ne peut plus utiliser Android et Windows, Huawei a ses propres OS

Si elle ne peut plus utiliser Android et Windows, Huawei a ses propres OS

Huawei a développé ses propres systèmes d’exploitation propriétaires et est prêt à les mettre en œuvre au cas où sa bataille juridique aux États-Unis aboutirait à une interdiction d’exportation de produits et de services fabriqués aux États-Unis, tels qu’Android et Windows.

« Nous avons préparé notre propre système d’exploitation. S’il s’avère que nous ne pouvons plus utiliser ces systèmes, nous serons prêts et nous aurons un plan B », a déclaré Richard Yu, dirigeant de Huawei, dans une récente interview avec Die Welt.

Huawei a commencé à travailler sur un remplacement d’Android dès 2012 lorsque les États-Unis ont ouvert une enquête sur Huawei et ZTE, selon le South China Morning Post. Et, le système était encore en développement en 2016. L’annonce de son système d’exploitation « plan B » intervient à un moment où Huawei est pris au piège dans une bataille juridique avec les États-Unis. Celle-ci pourrait interdire à la société d’exporter des produits aux États-Unis. Si cela se produit, Huawei précise qu’elle sera prête.

Huawei a récemment poursuivi les États-Unis en justice en réponse à une interdiction empêchant l’utilisation de sa technologie dans « des institutions fédérales, empêchant efficacement les grands sous-traitants du gouvernement d’utiliser le matériel de Huawei ». La plainte de Huawei indique que les États-Unis « ont imposé une punition à Huawei de manière inconstitutionnelle » et qu’une interdiction de Huawei placerait l’Amérique derrière d’autres pays dans la course au développement des réseaux 5G.

D’énormes problématiques

Pour le moment, cela ne change pas grand-chose. Android et Windows restent le premier choix de l’entreprise. Yu a déclaré que Huawei « préférerait travailler avec les écosystèmes de Google et de Microsoft », mais qu’il est prêt à passer à son système d’exploitation interne si le climat juridique se détériorait. Étant donné que Huawei fabrique les processeurs Kirin présents dans la plupart de ses smartphones, elle serait beaucoup mieux placée que ZTE, qui a été suspendu pendant trois mois en 2018. Cela l’empêchait d’utiliser le système d’exploitation Android de Google et de recevoir des exportations des entreprises américaines pour développer ses smartphones.

Même si elle dispose de son propre système d’exploitation de remplacement pour ses ordinateurs, Huawei aura besoin de trouver de nouveaux partenaires matériels puisqu’elle s’appuie sur les processeurs Intel pour ses ordinateurs portables Windows. Alors qu’Intel et Qualcomm ne seront pas accessibles, et que les processeurs MediaTek sont généralement réservés aux appareils moins chers et moins performants tels que les Chromebooks, il peut être nécessaire que Huawei commence à développer ses propres processeurs pour ses ordinateurs portables.

Mots-clé : AndroidHuawei
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.