Fermer
OS

Apple affirme qu’iOS Health Records a plus de 75 contributeurs grâce à FHIR

Apple affirme qu'iOS Health Records a plus de 75 contributeurs grâce à FHIR

L’initiative d’Apple sur iOS, Health Records, visant à permettre aux utilisateurs d’iPhone d’accéder en toute sécurité à leurs propres dossiers médicaux et de les conserver a continué de s’étendre, puisque plus de 75 établissements de santé l’utilisent désormais, contre 12 au début de l’année. La société a mis à jour sa liste de partenaires médicaux par son responsable du secteur de l’informatique de la santé, Ricky Bloomfield.

S’exprimant lors du deuxième forum sur l’interopérabilité d’ONC, Bloomfield a déclaré qu’Apple avait choisi de soutenir une norme ouverte de partage des données de santé nommée Fast Healthcare Interoperability Resources (FHIR) qui ne sera définitive avant la fin de l’année. Pour ceux qui l’ignorent, FHIR regroupe les données de santé d’un patient à partir de plusieurs sources, puis facilite le stockage, l’affichage et le partage des données.

« En tant qu’utilisateur, vous avez le contrôle total sur qui a accès aux données“, a expliqué Bloomfield. « Si vous ne voulez pas le partager, il ne sera pas partagé. Il reste privé sur votre appareil jusqu’à ce que vous décidiez de le partager ». Bloomfield a également déclaré qu’Apple avait spécifiquement choisi la mise en œuvre plus étroite de FHIR par Argonaut, car elle était plus facile à utiliser et encouragerait une plus grande adoption par les acteurs de la santé.

À compter de ce mois, la fonctionnalité iOS Health Records est prise en charge par 77 établissements de santé différents représentant des centaines d’hôpitaux et de cliniques aux États-Unis. Pourtant, alors qu’Apple active complètement la fonctionnalité dans iOS, les dossiers médicaux ne « traversent aucun serveur Apple ». Au lieu de cela, l’iPhone établit une connexion directe et sécurisée avec chaque établissement de santé pour recevoir ou envoyer des données. Chaque fois qu’un nouvel enregistrement est disponible auprès d’un établissement de santé, il est automatiquement téléchargé sur l’appareil du patient.

FHIR, le standard en vogue

Du côté de la visualisation, les utilisateurs iOS peuvent utiliser l’application Santé pour voir à la fois les données brutes transmises et des graphiques assez simples qui indiquent rapidement si un résultat spécifique est dans ou hors de la plage appropriée. Les informations supplémentaires stockées sur l’appareil peuvent inclure les allergies, les immunisations, les laboratoires, les médicaments, les procédures et les signes vitaux de l’utilisateur. Toutes les données sont chiffrées sur l’appareil et disponibles uniquement lorsque l’utilisateur s’authentifie avec un mot de passe.

Apple a lancé la fonctionnalité en preview en janvier, parallèlement à la version bêta d’iOS 11.3. En juin dernier, la société a ouvert son API Health Records pour permettre aux développeurs de créer des applications prenant en charge l’historique de santé.

Le discours de Bloomfield a suggéré qu’en utilisant le standard ouvert émergeant FHIR dans son système, en commençant par la mise en œuvre d’Argonaut, cela contribuera à préparer FHIR à une adoption encore plus large dans un très proche avenir.

Mots-clé : AppleFHIRHealth RecordsiOSsanté
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.