Fermer
Tests

Test du Acer Nitro 5 Spin : un PC qui souhaite combattre sur tous les fronts

Petit frère du Acer Nitro 5 testé il y a quelques mois sur le BlogNT, le Nitro 5 Spin est une déclinaison du PC portable de gaming, destinée à être le plus polyvalent possible.

Le Spin est équipé d’un Intel Core I5 8250U, 8 Go de mémoire vive en DDR4, 1 SSD de 250 Go, un disque dur de 1 To et enfin une puce graphique NVidia GTX 1050 avec 4 Go de mémoire vidéo. L’ordinateur est également doté d’une dalle IPS tactile de 15,6 pouces, et est capable de se plier et de passer en mode tablette

L’ordinateur est vendu comme étant un PC portable de jeu pour quiconque souhaitant jouer sur PC, mais au besoin, de s’affranchir du couple clavier/souris en utilisant une manette. Ainsi, dans une telle configuration, il est possible de retourner l’écran du PC et de l’utiliser à la manière d’une console.

Nitro 5 Spin : un tour du propriétaire

Le Nitro 5 Spin est une alternative au Nitro 5 qui se veut nomade et facilement transportable présente la particularité comme nous l’avons vu plus tôt d’être convertible et de pouvoir passer en mode tablette à volonté. En conséquence, l’ordinateur est assez léger et affiche 2,2 kg. Afin de pouvoir faire tourner au mieux des jeux récents, il embarque 8 Go de mémoire vive et une GTX 1050 de chez NVIDIA.

Le CPU quant à lui peut constituer le point négatif de toute la configuration, car il s’agit d’un i5-8250U cadencé en fréquence nominale à 1.6 Ghz et à 3.4 Ghz en mode turbo. Ce dernier est proposé par Intel permettant au processeur de s’overclocker automatiquement, augmentant de manière plus ou moins importante leur fréquence d’horloge dès que le besoin s’en fait sentir.

Ce mode s’accompagne néanmoins d’un défaut important surtout sur un PC portable : le dégagement thermique ! Nous y reviendrons plus tard, mais il s’agit du seul vraiment noir point de cet ordinateur : la dissipation de chaleur lorsque l’on joue.

Attention, ça chauffe

Bien souvent, le processeur passe directement en mode turbo et se met à chauffer de manière très importante. Ce dégagement de chaleur, inoffensif pour l’ordinateur, peut s’avérer gênant pour son utilisateur dans le sens ou il devient très chaud et se met à faire pas mal de bruit.

Malgré ce défaut, il s’agit d’un ordinateur particulièrement agréable à utiliser de par son design sobre et élégant à la manière du Nitro 5, mais aussi de sa facilité de transport. Acer a fait un bel effort sur la précision du pavé tactile qui est ici très agréable à utiliser, nous faisant rappeler celui des Mac.

Sur le plan de l’autonomie, le PC tient 8 h facile en navigation Internet ou en utilisation peu intensive (rien qui ne déclenche le mode turbo). Par contre, l’autonomie peut facilement s’effondrer et tomber à 1 h sous forte charge.

Comme pour mon précédent test, j’ai utilisé le Nitro 5 Spin quotidiennement afin de savoir ce qu’il avait dans le ventre.

Nitro 5 Spin : le mode tactile

Le Nitro 5 Spin hérite de la capacité tactile des PC portables de la gamme Spin de chez Acer. Il est donc possible de retourner l’écran et de passer en mode tactile directement. Windows 10 gérant parfaitement l’affaire, nous nous retrouvons donc avec une interface un peu plus épurée et bien optimisée.

J’ai principalement utilisé ce mode pour faire de la recherche Internet ou regarder des vidéos et ça ne manque pas d’intérêt surtout pour le visionnage de vidéos, notamment grâce à la dalle IPS de bonne facture !

Il est parfaitement possible de poser le portable en triangle sur une table ou bien un lit tout en continuant de naviguer sur l’ordinateur.

Nitro 5 Spin : performances en jeu

Étant destiné aux joueurs, j’ai focalisé mon attention sur les jeux plutôt que les logiciels. J’ai pu donc principalement tester Resident Evil 7, Planetary Annihilation, XCom 2, DOOM et Space Engine.

En plus de ces jeux, j’en ai testé un répondant au doux nom de Ultimate Epic Battle Simulator qui m’aura permis de tester les capacités du processeur comme vous allez pouvoir le constater !

Resident Evil 7

Le dernier titre de la saga horrifique de Capcom est sorti il y a déjà quelque temps, mais arbore quand même un moteur graphique capable de jouer de manière aussi belle que subtile avec les lumières.

Le jeu est particulièrement bien optimisé et je m’attendais à ce que le Nitro 5 Spin le fasse bien tourner, sans réelle surprise. À de très rares occasions (un chargement d’une partie de la carte par exemple), le framerate descend en dessous des 60 images par seconde sinon le reste du temps, le jeu reste parfaitement jouable dans les meilleures conditions.

Resident Evil 7 sait très bien jouer avec le clair obscur…

Le seul bémol reste le chargement initial du jeu. En effet, j’ai installé ce dernier sur le disque dur, ce dernier tournant à 5400 rotations par minute, le débit de données en pâtit forcément. Passé ce chargement initial, le reste du jeu fonctionne parfaitement bien que ce soit en mode PC normal ou en mode tablette sur laquelle j’y ai joué à la manette !

Et souvent avec l’obscur…

Planetary Annihilation

Si vous aimez les jeux de stratégie à une échelle interplanétaire, ce jeu se débrouille plutôt bien dans son genre. Son test sur le Nitro 5 Spin m’a permit de mettre le processeur à l’épreuve et de commencer à le pousser dans ses derniers retranchements, car la particularité de Planetary Annihilation est qu’on peut construire des armées aussi géantes que l’on souhaite. Et de manière générale, plus il y a d’unités à gérer plus le travail pour le processeur (et la mémoire vive) est intense.

Le jeu peut très aisément demander 16 Go de RAM et donc j’ai fait exprès de ne prendre que des cartes de taille moyenne, mais d’y aller au niveau de la création des unités. Si le PC s’en sort comme un chef tout du long, il commence à transpirer sur une fin de partie ce dont je ne peux pas lui en tenir rigueur !

Les fins de partie demandent beaucoup au CPU étant donné la grande quantité d’unités et de calculs à gérer. Globalement, le jeu reste fluide, mais ne restera pas constamment à 60 fps. En effet, on est plus aux alentours des 30 voire moins en fin de partie.

XCom2

XCom2 (et plus généralement XCom) est un jeu de tactique dans lequel vous avez à gérer une escouade dans le but de repousser une invasion extraterrestre.

Le jeu n’est pas spécialement consommateur en ressources, néanmoins le niveau de détail qu’il affiche en « ultra » est suffisant pour faire tousser les modèles 950, je voulais savoir de quoi il en retournait avec la génération actuelle.

Le jeu tourne parfaitement bien et affiche presque tout le temps 60 images par secondes. Seules les scènes présentant une grosse quantité de détails (les intérieurs, beaucoup d’effets spéciaux ou de personnages affichés…) font légèrement chuter le framerate, mais sans grosse conséquence. Par ailleurs, le chargement du jeu, bien que plus long que la normale n’a pas été aussi long que sur Resident Evil 7.

DOOM

J’ai essayé ce FPS lors du test du Acer Nitro 5. DOOM est un jeu remarquablement optimisé ce qui lui permet d’être exécuté par de nombreuses cartes graphiques y compris des cartes remontant aux générations 5xx ou 6xx de chez NVIDIA par exemple.

Malgré la chauffe occasionnée à l’ordinateur (tous les jeux que j’ai testés provoquent une forte chaleur), le jeu reste aux alentours des 60 images par secondes. Seules des scènes d’actions particulièrement intenses arrivent à faire descendre le framerate. À mon sens, je pense que la chute de framerate n’est pas provoquée par le GPU, mais plutôt par le processeur dont la fréquence, malgré le mode turbo, reste largement en retrait en mode normal.

J’ai pu apprécier la qualité de l’écran au niveau du rendu des lumières et des couleurs grâce à Doom !

Space Engine

Pour cet avant dernier test, j’ai installé un jeu qui n’est pas vraiment un jeu, mais plutôt un planétarium en 3 dimensions qui permet de visiter… et bien… l’Univers tout entier… ou du moins une simulation de celui-ci.

Space Engine présente deux composantes qui m’intéressent dans le cadre de ce test :

  • la génération à la volée des astres, galaxies, planètes, reliefs…
  • le moteur graphique particulièrement avancé

Le Nitro 5 Spin n’est guère impressionné par le simulateur et dans l’ensemble les performances sont bonnes malgré des baisses du framerate lorsqu’on force l’application à faire des voyages sur de grandes distances…

Ultimate Epic Battle Simulator (Abrégé UEBS)

Le dernier jeu que j’ai testé, concluant ce test, est plus un simulateur de batailles. Je souhaitais le tester sur le Nitro 5 Spin car il me permet de pousser le processeur dans ses derniers retranchements.

En effet, UEBS est un simulateur de batailles, ce qui signifie que si l’on souhaite faire s’affronter 40 000 chevaliers contre 12 000 zombies c’est… possible ! La quantité d’unités en jeu m’a permis de voir que le processeur est capable du meilleur, car UEBS fonctionnait bien.

Nitro 5 Spin : verdict

Avant même de l’avoir testé, j’ai eu un fort préjugé concernant cet ordinateur concernant la fréquence d’horloge du processeur. Je craignais très clairement que le CPU soit vraiment en retrait lors de sessions de jeu malgré le fait que Acer vende ce PC comme étant un PC de gaming.

Comme vous l’avez constaté, j’ai articulé mes tests sur la performance du processeur plus que la puce graphique. La GTX 1050 reste une excellente puce d’entrée de gamme et elle a encore fait ses preuves ici.

C’est le processeur qui m’a surpris, du moins le mode turbo qui permet de décupler sa fréquence et d’être apte à faire fonctionner des jeux. Comme je l’ai dit en début de test, cet overclock est fourni avec un inconvénient qui est l’important dégagement thermique provoqué couplé à un système de refroidissement qui n’est pas suffisant et nous avons en résultat un PC qui chauffe beaucoup lorsque l’on joue à des jeux.

Malgré cet inconvénient, le Nitro 5 Spin remplis sa part du marché en étant un bon PC portable d’entrée de gamme pour le gaming. Néanmoins, ne vous attendez pas non plus un foudre de guerre sur le plan graphique, certains des jeux les plus récents auraient bien du mal à tourner avec des paramètres graphiques poussés au maximum.

Le Nitro 5 Spin n’en reste pas moins un bon PC nomade permettant de transporter tout ou partie de sa ludothèque avec soi.

Noter cet article

Design 9
Refroidissement 3
Performances 7
Autonomie 8
Prix 8

Résumé

7 Bon Le Nitro 5 Spin est une déclinaison du PC portable de gaming Nitro 5, destinée à être le plus polyvalent possible.

Mots-clé : AcerNitro 5 Spin
Romain Brois

L’auteur Romain Brois

Je suis passionné par la technologie et son avancée. Je suis actuellement engagé en tant qu'Administrateur systèmes.
Lire les articles précédents :
Les nouveaux iPad seront plus petits et plus intelligents

En plus du rêve qu’un smartphone idéal n’est qu’un écran, l’iPad semble s’orienter vers un design « tout écran » en 2018....

Fermer