Fermer
Smartwatches

Test de la Moto 360 (2e Gen.) : raffinement, mais pas révolution

Lorsque Android Wear a fait irruption sur le marché des montres connectées, les designs qui accompagnaient le premier lot de smartwatches n’étaient pas des plus attrayants. Heureusement, les designers de Motorola nous ont beaucoup impressionnés avec la Moto 360 et son cadran rond — sans doute la plus belle smartwatch à l’époque.

Un an plus tard, nous avons vu une poignée de smartwatches se vanter d’avoir de meilleures conceptions, tout en l’amincissant pour les rendre un peu plus proportionnelles à ce que l’on peut attendre d’une montre. Pour sa seconde itération de montre ronde, la Moto 360 (2e Gen.), aussi connue comme le modèle de 2e Gen. (2015), fait face à une plus grosse concurrence.

Autrement dit, il faudra quelque chose d’extraordinaire pour nous convaincre. Avant de voir si cette nouvelle smartwatch correspond à vos attentes, voici ce que le paquet contient :

  • Motorola Moto 360 (2e Gen.)
  • Dock de chargement sans fil
  • Chargeur mural
  • Guide de démarrage rapide
  • Information de sécurité
P1010723

Moto 360 (2e Gen.) : le « test » vidéo

Moto 360 (2e Gen.) : caractéristiques

Avant de commencer à vous présenter le produit, voici les caractéristiques de la Moto 360 (2e Gen.) :

  • Dimensions : 42-46 x 11.4 mm
  • Poids : 50 g
  • Système d’exploitation : Android Wear
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 400 à 1,2 GHz
  • Mémoire : 512 Mo
  • Stockage : 4 Go
  • Écran : LCD de 1,37 ou 1,56 pouce offrant une résolution de 360 x 325 pixels ou 360 x 330 pixels
  • Connectivité : Bluetooth 4.0, chargement sans fil
  • Capteurs : Gyroscope, accéléromètre, boussole
  • Batterie : 300 ou 400 mAh

Note : Vous pouvez découvrir davantage de photos depuis la galerie Google+

Moto 360 (2e Gen.) : conception et design

Motorola l’a fait en premier. En effet, le constructeur américain, désormais dans les mains de Lenovo plutôt que Google, a été le premier à commercialiser une montre avec écran rond sous Android Wear. Il s’agissait de la première smartwatch Moto 360. Cette fois-ci, la firme est de retour avec un modèle de seconde génération. La première chose de différenciation que l’on peut regarder, ce sont les pattes incrustées sur son châssis — alors qu’auparavant, les bracelets étaient incrustés dans le châssis. Bien que ce choix augmente indéniablement la taille de la montre, elle est toujours la meilleure sur ce marché, grâce en partie à la façon dont les bords d’écran sont extrêmement fins.

P1010790

Avec l’ajout des pattes, cela signifie que le remplacement du bracelet est beaucoup plus facile qu’auparavant. En fait, c’est un jeu d’enfant en raison des attaches rapides qui sont maintenant utilisées. Ainsi, le remplacement d’un bracelet se fait simplement en faisant glisser l’attache rapide de la broche qui est sur le bracelet. Eh oui, il y a tout un tas de bracelets à choisir – de simples bracelets en cuir Horween, ou quelque chose de plus sophistiqué comme les Aircraft-grade 316L en acier inoxydable.

P1010796

Ce qui distingue vraiment cette nouvelle Moto 360 de toutes les autres smartwatches est l’incroyable personnalisation qui est offerte par Moto Maker. Presque chaque aspect de la Moto 360 peut être personnalisé à votre goût, passant du choix de la couleur du boîtier, au bracelet qui l’accompagne, et même au cadran (la partie métallique qui entoure le verre). Cela offre un degré de personnalisation plus élevé qui est inégalé. Eh oui, faites votre choix !
Outre les deux tailles 42 et 46 mm qui sont disponibles pour les hommes, Motorola propose également une taille de 42 mm pour les femmes — afin que la montre ne soit pas trop grossière sur leur poignet.

P1010818

Mon modèle de test est une montre homme avec un bracelet de 46 mm, qui dispose d’un cadran et d’une molette or, d’un châssis en or, et un bracelet métallique également en or. Inutile de dire qu’elle a un look raffiné qui cadre bien pour des occasions formelles, mais elle peut facilement devenir quelque chose qui est inapproprié pour des vêtements décontractés. C’est le côté « bling-bling » qui ressort, et personnellement je préfère un bracelet en cuir. Bien sûr, avec ce look haut de gamme, le prix va également être plus élevé. Pour ce modèle au poignet, vous allez devoir débourser 335 euros. Cependant, le style de la montre de base en 42 mm pour les hommes, avec un bracelet en cuir, est vendu 275 euros.

P1010805

Cette fois-ci, le seul bouton sur le côté a été repositionné à 2 heures. Toutefois, la montre incruste toujours son capteur de fréquence cardiaque à l’arrière, et un dock pour la recharge sans fil accompagne la montre dans la boîte.

P1010808
P1010834

Vous allez également être tranquillisé par le fait qu’elle dispose d’un indice de protection IP67, ce qui signifie qu’elle peut résister à une immersion de 30 minutes en eau douce, jusqu’à un mètre de profondeur. En revanche, Motorola affirme qu’elle est non conçue pour une utilisation en immersion sous-marine, et qu’il ne fait pas l’utiliser lorsque vous nagez, et qu’il est important de ne pas l’exposer à des jets d’eau sous pression.

Moto 360 (2e Gen.) : écran

Le modèle de cette année poursuit la tendance d’offrir un écran rond. Néanmoins, et de la même façon que les critiques se sont abattues sur celle-ci la semaine dernière, elle a la même barre noire en dessous de l’écran. Après avoir testé plusieurs autres smartwatches avec un cadran rond, j’aurais préféré avoir un écran circulaire complet par opposition à ce que nous offre Motorola pour ce modèle. Néanmoins, cette zone est utilisée pour cacher son capteur de lumière ambiante, permettant d’ajuster automatiquement la luminosité de la montre, et qui permet d’allumer automatiquement l’écran quand l’utilisateur la positionne face à son visage.

P1010813

Mon modèle de 46 mm arbore un écran LCD rétroéclairé de 1,56 pouce d’une résolution de 360 x 330 pixels – tandis que les options de 42 mm ont une taille d’écran de 1,37 pouce avec une résolution de 360 x 325 pixels. De toute façon, il est plus net que son prédécesseur, qui avait un écran de 1,56 pouce d’une résolution de 320 x 290 pixels.
Il est moins pixélisé cette fois-ci, offrant d’excellents détails. Alors qu’il est assez brillant pour voir dans des conditions ensoleillées, la reproduction des couleurs est plus ou moins bonne en fonction des angles de vision. De plus, je ne suis pas réellement fan de la façon dont le verre Gorilla Glass 3 dépasse le châssis de la Moto 360, vu qu’il est plus enclin à entrer en contact avec les surfaces planes.

P1010814

Si honnêtement ce n’est pas si mal, du côté de LG, Samsung ou encore Huawei, les écrans sont meilleurs. Ajouter à cela que la barre noire en bas de l’écran est gênante, surtout quand certaines des graduations avec ses cadrans de montres montrent les valeurs aux alentours des 6 heures.

Moto 360 (2e Gen.) : interface

Les utilisateurs habitués à Android Wear ne seront pas perdus avec cette Moto 360 de 2e génération, puisque l’expérience est similaire avec d’autres montres Android Wear. Pour la plupart, c’est toujours en grande partie une plaque tournante pour les notifications grâce aux cartes qui sont affichées sur l’écran. Bien que je ne vais pas rentrer dans les détails de l’OS, sachez que celui-ci complète l’expérience d’un smartphone avec l’ensemble de ses applications. La navigation se fait avec les gestes habituels. Toutefois, l’interaction avec la plupart des applications est encore assurée par des actions de voix.

P1010812

Même s’il est fonctionnel dans la façon dont il nous avertit de choses importantes, comme les appels téléphoniques entrants, les conditions de circulation, les prévisions météo du week-end, et bien plus encore, WatchOS d’Apple va un plus loin sur l’expérience globale. Bien sûr, les mises à jour d’Android Wear permettront d’accroître sa valeur. Mais pour le moment, c’est un « simple » agrégateur de notifications.

Néanmoins, je vais souligner deux ajouts les plus notables avec cette nouvelle Moto 360 que vous n’allez pas retrouver sur d’autres smartwatches Android Wear. La première, Live Dials, offre encore plus d’informations par un simple coup d’œil avec le cadran de votre montre — tels que le niveau de la batterie, les conditions météorologiques, ou encore le nombre de pas. Et, vous pouvez même personnaliser ces derniers en choisissant la couleur, et même les informations que vous souhaitez voir apparaître. Deuxièmement, la nouvelle application Moto Body est une amélioration sur l’application Heart Activity de l’année dernière, qui offre une expérience de santé et de bien-être complète, en fournissant une rétroaction utile pour vivre plus sainement.

Moto 360 (2e Gen.) : performances

Heureusement, l’utilisation de la nouvelle Moto 360 se fait sans heurts et sans lags, juste parce que son nouveau processeur quadricœur Qualcomm Snapdragon 400 cadencé à 1,2 GHz, sa puce graphique Adreno 305 et ses 512 Mo de mémoire vive (RAM) assurent des résultats plus fluides. Tout sera très réactif, et la navigation dans l’interface et les applications va être très agréable. C’est une amélioration réconfortante, pour une expérience globale plus agréable.

Avec 4 Go de stockage interne, vous allez non seulement être en mesure de stocker des applications en mode natif sur la Moto 360, mais même l’utiliser pour stocker de la musique.

Moto 360 (2e Gen.) : connectivité

En plus de sa traditionnelle connexion Bluetooth 4.0 LE, la Moto 360 offre une expérience vraiment autonome grâce à la connectivité Wi-fi que prend désormais en charge Android Wear. Par conséquent, il n’a pas forcément besoin d’un smartphone et une connexion Bluetooth pour être connecté. Cependant, la montre va seulement se connecter à des réseaux Wi-fi existants que notre smartphone connait, puisqu’il n’y a aucune option pour rechercher d’autres réseaux sur la Moto 360. L’élément manquant dans tout cela est une connexion cellulaire dédiée à élargir davantage son utilisation..

Moto 360 (2e Gen.) : autonomie

Encore une fois, la capacité de la batterie varie en fonction de la taille — c’est donc une batterie de 300 mAh pour le modèle de 42 mm, et une plus grande batterie de 400 mAh pour le modèle de 46 mm. Pour mon modèle, je dois dire que l’autonomie est en nette amélioration par rapport au modèle de l’an dernier. J’ai réussi à obtenir une autonomie de 1,5 jour en une utilisation normale avec un écran réglé à son maximum. À la fin de la nuit, je suis toujours aux alentours des 45 %, ce qui est suffisant pour débuter une seconde journée, mais certainement pas assez pour la terminer. Pourtant, c’est un plaisir pour toute personne ayant eu le premier opus.

Moto 360 (2e Gen.) : verdict

Sans doute, que la partie la plus convaincante sur cette Moto 360 (2e Gen.) est qu’il y a beaucoup plus qu’un changement de design. J’ai vraiment aimé l’idée de la personnalisation de l’apparence de la smartwatch dans presque toutes les facettes, principalement parce que la plupart des autres sont disponibles en peu d’options. Le prix de base, de 299 euros, semble adéquat au marché, surtout quand il y a encore un certain degré de personnalisation à notre disposition.

P1010806

Malgré cela, nous avons vu une féroce concurrence sur le marché. Même si le modèle original était très attrayant, tous les constructeurs offrent à peu près la même chose de nos jours. Si j’apprécie la flexibilité de sa conception, l’écran reste une déception, notamment avec la barre noire en dessous de l’écran — d’autres technologies d’écran se sont avérées être plus étonnantes. En plus de cela, l’expérience Android Wear n’a pas beaucoup changé au cours des douze derniers mois.

Si acheter la seconde génération de la Moto 360 a du sens pour ceux qui veulent une montre personnalisable, la LG Watch Urbane et la Huawei Watch offrent des conceptions aussi premium, tout en offrant un écran plus beau que la Moto 360.

Noter cet article

Design 7
Écran 7
Performances 7
Autonomie 6
Logiciel 6.5

Résumé

6.7 Bon Si vous avez aimé la première Moto 360, vous allez adorer la nouvelle conception du nouveau modèle ainsi les quelques nouvelles fonctionnalités, bien que mineures.

Mots-clé : Android WearMoto 360Motorola
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.