Fermer
Actualités

Quatre plus grands échecs de Google

Une nouvelle infographie proposée par Wordstream circule actuellement sur la plupart des blogs. Celle-ci résume en une image quelques-uns des plus grands échecs du géant Google.

Le géant Google actuellement le numéro un mondial des moteurs de recherche, que l’on associe désormais à une véritable usine à fabriquer des projets en béton, n’a pas réussi toutes ses tentatives. Loin de là !

Nous allons analyser quatre des plus grands échecs de Google :

Google Knol

Logo google knol Avant de vous donner quelques informations sur les raisons de son échec, permettez-moi de vous dire qu’il existe un site produit par Google, appelé Google Knol. Knol a été créé afin d’inclure les articles des utilisateurs sur une gamme variée de sujets, et ainsi pour partager les connaissances et publier le savoir. Lorsque Knol a été lancé, il a été mis en concurrence directe avec la célèbre encyclopédie disponible sur le Web : Wikipedia.
Mais cela n’a pas fonctionné comme vous pouvez le constater : Aujourd’hui Wikipédia contient 981 953 articles en français, et seulement 3473 pour Knol… Littéralement où est knol ? Beaucoup de gens ont oublié qu’il existe un site Web appelé Knol, de Google !

Orkut

Orkut Orkut devait être le grand réseau social, mais malheureusement il ne s’est pas imposé notamment face à Facebook. Le 28 Octobre 2009, Google a publié la nouvelle version d’Orkut. Beaucoup de personnes (qui n’utilisent pas Facebook) l’ont aimé, mais d’autre part, il y avait beaucoup plus de personnes (qui utilisent Facebook) qui n’ont pas aimé cette nouvelle version d’Orkut.
Les raisons de cet échec : de nombreuses fonctionnalités ont été prises à partir de Facebook, et un peu de Twitter, mais rien de nouveau par rapport à la concurrence. Après avoir moi même essayé cette nouvelle version d’Orkut, je suis retourné à l’ancienne, puis je me suis désinscris. Actuellement je suis sur Facebook, d’une part car la plupart de mes amis ignorent l’existence d’Orkut et d’autre part car Facebook offre plus d’opportunité en terme de diffusion d’informations.

Google Answers

Google AnswersGoogle Answers était un service de partage de connaissances en ligne permettant aux utilisateurs de poser des questions en les formulant de manière naturelle, et non sous forme de mots clés. Les personnes chargées d’y répondre, étaient recrutées, testées et certifiées par la société et recevaient pour chaque réponse la somme fixée au préalable par l’utilisateur qui avait posé la question, entre 2$ à 200$.
Google Answers a été lancé en avril 2002 mais n’a pas bien fonctionné tout de suite. En effet, après le lancement de Yahoo!, Questions/Réponses, où l’on peut poser des questions gratuitement, Google Answers a eu de grande difficulté. Après ne pas être en mesure de rivaliser avec la concurrence dû au fait que cette fonctionnalité était payante, le site a dû fermer en Novembre 2006.

Google Wave

Google Wave Google Wave a été lancé en Novembre 2009, et à ce moment-là, ce n’est que sur invitation. J’avais vraiment hâte d’avoir une invitation pour Google Wave et l’essayer. Une fois l’invitation gratuite en main, je l’ouvre et … wouah ! Un précédent article vous explique mes impressions lors de cette découverte.
C’est l’un des pires projets de Google : la plupart des gens ne pouvaient pas le comprendre. Malheureusement peu convainquant ce service va disparaître des projets de Google.

Ce sont là quelques-uns des échecs de Google. Si vous avez d’autres exemples n’hésitez pas à en parler dans les commentaires.
A noter tout en bas de l’infographie la prédiction de la fermeture imminente du réseau social Google Buzz (pourtant relativement récent) tentant de concurrencer Facebook et Twitter, êtes-vous de cet avis ?

Source

Mots-clé : answerséchecsGoogleinfographieknolorkutwave
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.