close
Périphériques

NVIDIA se tourne vers le refroidissement liquide pour réduire la consommation d’énergie des datacenters

NVIDIA se tourne vers le refroidissement liquide pour réduire la consommation d'énergie des datacenters

NVIDIA semble suivre les traces de la foule des constructeurs de PC enthousiastes dans le but de réduire l’empreinte carbone des centres de données. NVIDIA a annoncé deux nouveaux GPU à refroidissement liquide lors de son discours d’ouverture du Computex 2022, mais ils ne seront pas intégrés à votre prochain PC de jeu.

Au lieu de cela, les GPU H100 (annoncé à la GTC plus tôt cette année) et A100 seront livrés en tant que partie intégrante des racks de serveurs HGX vers la fin de l’année. Le refroidissement liquide n’est pas une nouveauté dans le monde des superordinateurs, mais les serveurs de centres de données grand public n’ont pas toujours eu accès à cette méthode de refroidissement efficace (à moins d’essayer de bricoler un GPU de jeu dans un serveur).

En plus des racks de serveurs HGX, NVIDIA proposera les versions refroidies par liquide du H100 et de l’A100 sous forme de cartes PCIe à insérer. L’A100 est prévu pour la seconde moitié de l’année 2022 et le H100 pour le début de l’année 2023. NVIDIA affirme qu’« au moins une douzaine » de constructeurs de systèmes disposeront de ces GPU d’ici la fin de l’année, y compris les options de ASUS, ASRock et Gigabyte.

Les centres de données représentent environ 1 % de la consommation totale d’électricité dans le monde, et près de la moitié de cette électricité est consacrée uniquement au refroidissement de tous les éléments du centre de données. Par opposition au refroidissement traditionnel par air, NVIDIA affirme que ses nouvelles cartes à refroidissement liquide peuvent réduire la consommation d’énergie d’environ 30 % tout en réduisant l’espace du rack de 66 %.

Au lieu d’un système tout-en-un comme on peut en trouver sur un GPU de jeu à refroidissement liquide, les A100 et H100 utilisent une connexion liquide directe à l’unité de traitement elle-même. Tout, à l’exception des lignes d’alimentation, est caché dans le boîtier du GPU, qui lui-même n’occupe qu’un seul emplacement PCIe (contre deux pour les versions refroidies par air).

Préserver l’eau

Les centres de données se basent sur le PUE (Power Usage Effectiveness) pour évaluer la consommation d’énergie. Il s’agit essentiellement d’un rapport entre la quantité d’énergie consommée par un centre de données et la quantité d’énergie utilisée par les ordinateurs. Avec un centre de données refroidi par air, Equinix avait un PUE d’environ 1,6. Le refroidissement liquide avec les nouveaux GPU de NVIDIA a ramené ce chiffre à 1,15, ce qui est remarquablement proche du PUE de 1,0 visé par les centres de données.

Outre une meilleure efficacité énergétique, NVIDIA affirme que le refroidissement liquide permet de préserver l’eau. Selon l’entreprise, des millions de litres d’eau s’évaporent chaque année dans les centres de données pour faire fonctionner les systèmes refroidis par air. Le refroidissement liquide permet à l’eau de re-circuler, transformant « un déchet en un atout », selon Zac Smith, responsable de l’infrastructure périphérique chez Equinix.

Bien que ces cartes n’apparaissent pas dans les centres de données massifs gérés par Google, Microsoft et Amazon — qui utilisent probablement déjà le refroidissement liquide — cela ne signifie pas qu’elles n’auront pas d’impact. Les banques, les institutions médicales et les fournisseurs de centres de données comme Equinix représentent une grande partie des centres de données actuels, et ils pourraient tous bénéficier de GPU refroidis par liquide.

Vers les centres de données neutres en carbone

NVIDIA affirme que ce n’est que le début d’un voyage vers des centres de données neutres en carbone. Dans un communiqué de presse, Joe Delaere, senior product marketing manager de NVIDIA, a écrit que la société prévoit « de prendre en charge le refroidissement liquide dans nos GPU pour les centres de données haute performance et nos plateformes NVIDIA HGX dans un avenir prévisible ».

La volonté de NVIDIA de réduire la consommation d’énergie grâce au refroidissement liquide intervient à un moment où de nombreuses entreprises s’interrogent sur la consommation d’énergie de leurs serveurs. Bien que les centres de données soient loin d’être la seule source d’émissions de carbone et de pollution pour les grandes entreprises technologiques, ils sont une pièce du puzzle qui ne peut être ignorée, et les critiques ont fait remarquer que la compensation de la consommation d’énergie par des crédits n’a pas autant d’impact que la réduction totale de la consommation.

Tags : Nvidia
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.