close
Apple

Apple utilise davantage de matériaux recyclés que par le passé

Apple utilise davantage de matériaux recyclés que par le passé

Apple a annoncé qu’elle était en mesure de recycler 20 % de tous les matériaux utilisés par la société pour fabriquer ses iPad, iPhone et d’autres produits Apple. L’entreprise introduit également de l’or recyclé certifié et la réutilisation d’autres éléments rares.

Cette nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre de l’objectif d’Apple de devenir neutre en carbone d’ici 2030. L’entreprise aurait recyclé du tungstène, du cobalt et d’autres éléments de terres rares.

La société a publié un rapport officiel sur les progrès environnementaux en 2022, dans lequel elle explique qu’en 2021, Apple a recyclé 20 % de tous ses matériaux. Il s’agit du taux de contenu recyclé le plus élevé jamais enregistré.

Le rapport d’Apple intervient quelques jours avant que l’entreprise ne célèbre la Journée de la Terre du 22 avril. Le rapport indique que l’entreprise fait de réels progrès dans la lutte contre la crise climatique et vise à pouvoir un jour fabriquer des produits sans avoir besoin de la terre.

Lisa Jackson, vice-présidente d’Apple chargée de l’environnement, des politiques et des initiatives sociales, a déclaré que le rythme d’innovation de l’entreprise a déjà permis à ses équipes d’utiliser les produits d’aujourd’hui pour construire ceux de demain. Jackson a fait remarquer qu’alors que la chaîne d’approvisionnement mondiale est en train de passer à l’énergie propre, Apple est en train de tracer la voie à suivre pour les autres entreprises.

La fin du plastique dans les emballages en 2025

En 2021, l’entreprise a déclaré que 59 % de l’aluminium expédié provenait directement de produits recyclés. D’autres produits comme l’aluminium n’étaient recyclés qu’à 10 %.

Apple vise à éliminer complètement le plastique de ses emballages d’ici 2025, « le plastique ne représentant que 4 % » des emballages de l’entreprise en 2021. Depuis 2015, l’entreprise a réussi à réduire de 75 % ses emballages en plastique.

Parmi les réalisations mises en avant par l’entreprise figurent ses 4 % de terres rares recyclées certifiées. Il s’agit d’une augmentation significative depuis qu’Apple a commencé à utiliser des terres rares recyclées. Outre l’utilisation d’éléments rares recyclés, la société a annoncé que tous les nouveaux iPhone, AirPod, iPad et Mac utilisaient de l’étain recyclé à 100 %, alors que 30 % d’étain recyclé certifié était utilisé sur ses anciens produits. Les batteries de l’iPhone utiliseraient également 13 % de cobalt recyclé certifié.

Taz, une nouvelle machine de recyclage

Apple a également annoncé que, pour la première fois, elle utiliserait de l’or recyclé certifié pour la carte logique principale et le fil des caméras avant et arrière de l’iPhone 13 et de l’iPhone 13 Pro. Pour y parvenir, la société a dû mettre en place des « niveaux de traçabilité inégalés dans l’industrie » afin de construire une chaîne d’approvisionnement en or lorsqu’il s’agit de contenu exclusivement recyclé.

Apple a également présenté aujourd’hui une nouvelle machine de recyclage appelée Taz. Taz utilise « une technologie de type broyeur pour séparer les aimants des modules audio et récupérer davantage d’éléments de terres rares », a déclaré Apple dans son annonce aujourd’hui. Et après une métamorphose, Daisy, un robot de recyclage qu’Apple a présenté en 2018, peut maintenant démonter 23 modèles d’iPhone, a déclaré l’entreprise. Avec leur aide, Apple dit avoir pu doubler son utilisation de tungstène, de minéraux de terres rares et de cobalt recyclés au cours de l’exercice 2021.

Pour en savoir plus sur Daisy et les initiatives environnementales d’Apple, les consommateurs pourront découvrir « une nouvelle expérience immersive en réalité augmentée » sur Snapchat ce 22 avril.

Tags : écologieJournée de la TerreTaz
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.