close
ActualitésMicrosoft

Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft

La semaine passée a été une excellente semaine dans le domaine des webmails. Si AOL a proposé une refonte importante de son Webmail, Google a intégré Google+ Hangouts au sein de son client de messagerie, Gmail. Hier soir, Microsoft n’est pas en reste puisqu’il vient d’apporter à Hotmail plus qu’une mise à jour de l’interface utilisation, et ce car le service Web mail est rebaptisé : Outlook.com.

La société a annoncé le lancement du service, qui le décrit comme un “webmail moderne conçu pour le prochain milliard de boîtes aux lettres”.

Voici à quoi il ressemble :

 - Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft - Vue de la boîte de réception

 - Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft - Possibilité de discuter dans l'accueil

 - Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft - Vue d'un e-mail

 - Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft - Menu d'Outlook.com

 - Outlook.com : voici à quoi ressemble le nouveau Hotmail de Microsoft - Vue des contacts

Voici une procédure pas à pas des fonctionnalités :

“Le courrier électronique est devenu bien plus important sur ​​le navigateur. En fait, il représente 20% du temps que nous passons sur les smartphones, et est largement utilisé sur les tablettes ainsi que des PC” indique Chris Jones de Microsoft dans l’article du blog.
Outlook a été conçu pour le cloud, de sorte que tous vos e-mails sont toujours disponibles où que vous soyez. Sa nouvelle interface utilisateur devient beaucoup plus conforme à ce que l’on est en droit d’attendre pour une application de ce style : l’entête est de 60% ​​plus petite que précédemment, ce qui implique que 30% d’e-mails de plus sont visibles. Ainsi, la boîte de réception est placée au centre des débats au grand plaisir de l’utilisateur. Aucun affichage supplémentaire prend de la place inutilement.
Outlook.com utilise également Exchange ActiveSync, qui permet aux utilisateurs de synchroniser leurs smartphones, tablettes avec le nouveau Outlook 2013 Preview.

Concernant les inscriptions des nouveaux utilisateurs, ces derniers pourront obtenir une adresse e-mail de type @outlook.com. Si vous souhaitez également profiter de ce domaine, vous pourrez mettre à jour votre compte, et vous serez ainsi en mesure d’envoyer/recevoir des e-mails depuis les adresse @hotmail.com, @msn.com ou @live.com.
Les utilisateurs des autres services comme Gmail ou Yahoo peuvent configurer une nouvelle adresse @outlook.com, ainsi que leurs autres comptes.
Avant de vous lancer dans cette configuration, vous pouvez consulter un guide complet pour configurer votre mobile depuis ce lien. Vous y trouverez les étapes permettant d’accéder à Outlook sur votre Windows Phone, iPhone/iPad/iPod Touch ou Android.

Moins de 24h après son lancement, le compte Twitter d’Outlook a déclaré que jusqu’à présent, un total d’un million de personnes ont rejoint le nouveau Webmail. Avec la tempête médiatique autour de sa sortie, ce n’est pas vraiment surprenant. Selon le graphique présenté sur le tweet, le nombre d’utilisateurs a été multiplié par 4763 :

Il va être intéressant de voir si Outlook.com est capable de faire une réelle percée dans le marché des Webmails, et si Microsoft peut convaincre une grande partie des centaines de millions d’utilisateurs d’Hotmail à migrer volontairement pour le service. À un certain moment, ils n’auront pas le choix, mais pour l’instant, ils sont autorisés à conserver la boite Hotmail traditionnelle, s’ils la préfèrent.
Cependant, en ce qui concerne son lancement, Outlook.com était proche de la perfection…

Que pensez-vous de cela ? Avez-vous été troublé par ce changement ?

Tags : e-mailMicrosoftoutlook.comwebmail
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.