Fermer
ActualitésRéseaux sociaux

Twitter augmente la vitesse à laquelle vous accédez à vos tweets

Comment Chrome va réduire l'utilisation de la RAM avec Tab Freezing ?

Je trouve que Twitter est assez rapide et je parie que la plupart des utilisateurs du service le pensent également ! Cependant, assez rapide n’est jamais assez bien, de sorte que le site de microblogging est reparti à bosser pour le rendre encore plus rapide. Les mises à jour mises en œuvre aujourd’hui vont faire que Twitter va être encore plus rapide

En fond, Dan Webb, directeur de l’ingénierie chez Twitter, explique que la dernière mise à jour majeure de Twitter en 2010, a poussé tout le rendu sur le navigateur de l’utilisateur. Il a contribué à accélérer certains processus, mais il y a certaines choses que seul un serveur peut accomplir. C’est pourquoi pour la nouvelle version de Twitter le rendu est fait sur le serveur. Le changement le plus immédiat est que les premiers temps de chargement devraient être d’un cinquième de ce qu’ils étaient.

Twitter est certes plus rapide, mais ce ne doit pas être le seul changement, c’est ça ? Bien sûr que non ! En effet, Webb affirme que le nouveau Twitter fonctionne maintenant sur une nouvelle application JavaScript modulaire qui leur permettra de développer facilement et d’ajouter de nouvelles fonctionnalités pour Twitter. Elle leur permet aussi de profiter de la croissance explosive que l’on voit dans les applications Web grâce à l’HTML5.

De nombreux travaux en cours profitent également à Twitter, notamment en apportant des améliorations sur la performance et voit arriver régulièrement de nouvelles applications JavaScript. Vous avez peut être remarqué que le permalink d’un tweet n’a plus le hashbang. Le hashbang, que vous pouvez reconnaître comme ceci #!, était une pierre angulaire du permalink d’un tweet. Cependant, il s’avère que la suppression de ce petit coquin a en fait contribué à améliorer le chargement de la vitesse de la page…

L’équipe de Twitter a également examiné ce qu’elle appelle “time to first Tweet”. Il s’agit d’une mesure qui se penche sur le temps qu’il faut après avoir cliqué sur un lien pour visualiser le premier tweet sur la timeline d’un utilisateur. Ils ont constaté que les gens ne voyaient quoi que ce soit, et ce jusqu’à ce que le JavaScript ait été téléchargé et exécuté. Cela a causé un problème pour les machines plus anciennes et les anciens navigateurs. Au lieu de fixer le JavaScript, ils en ont profité pour s’en débarrasser… Ainsi, la page va alors charger tout le contenu, puis commencer l’exécution du JavaScript, et ce après que l’utilisateur ait déjà vu le premier tweet. Ingénieux non ?

Attendez encore mieux ! En parlant de JavaScript, Twitter a complètement remanié la manière dont il exécute son code. D’abord, ils ont minimisé la quantité de JavaScript qui est effectivement utilisé. Ils ont constaté que la page chargeait du code dont l’application Web n’avait pas vraiment besoin, et surtout qui servait seulement à ralentir l’applicatif… Maintenant, Twitter charge uniquement le code dont il a besoin quand il en a besoin, provoquant spectaculaire une diminution du temps que l’application prend pour charger les tendances sur Twitter.

Twitter va continuer à travailler sur des améliorations pour rendre le site plus rapide dans les mois à venir. C’est un moment excitant pour Twitter à la fois du point de vue de l’utilisateur, mais également pour celui du développeur. L’utilisateur reçoit l’augmentation de la vitesse et les développeurs ont l’occasion de découvrir un passionnant travail de l’un des plus grands amis de la communauté Open Source.

Êtes-vous aussi bluffé que moi par ces petites touches qu’apportent Twitter ? Question performance je crois que l’on a rien à leur apprendre !

Mots-clé : JavaScriptperformancetweetTwitter
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.