Fermer
Smartphones

Apple a lancé son iPhone 6 malgré la connaissance du « bengate »

Apple a lancé son iPhone 6 malgré la connaissance du « bengate »

Le problème de pliage de l’iPhone 6, connu comme l’effet « Bendgate », fait l’objet d’un procès qui a mis en exergue des détails prouvant qu’Apple connaissait réellement le problème avant même le lancement de l’appareil, mais a quand même décidé de le commercialiser.

Officiellement, Apple n’a jamais admis que son iPhone 6 et iPhone 6 Plus étaient pliés, malgré la pléthore de rapports provenant de clients à travers le monde. Les appareils rencontrant ce problème ont souvent mis en exergue un écran tactile qui ne répondait pas, un problème causé à son tour par la flexion du cadre du smartphone.

Bien qu’une confirmation n’ait jamais été proposée, Apple a tranquillement résolu le problème sans réellement dire aux clients que leurs appareils étaient défectueux. Au lieu de cela, Apple a lancé un programme de remplacement qui permettait aux acheteurs d’échanger leurs smartphones contre de nouvelles unités pour 149 dollars.

Mais selon la juge américaine Lucy Koh, Apple était consciente que son iPhone 6 pouvait se plier avant son lancement officiel, mais la société a ignoré ses propres tests internes et a décidé de lancer l’appareil sur le marché. En rédigeant une lettre dans le cadre de l’affaire, Koh explique que « l’une des préoccupations majeures identifiées par Apple avant le lancement des iPhone était qu’elles risquaient de se plier plus facilement par rapport aux précédentes générations ».

Comme indiqué par Motherboard, les tests internes d’Apple ont révélé que l’iPhone 6 était 3,3 fois plus susceptible de se plier que l’iPhone 5s. L’iPhone 6 Plus était 7,2 fois plus susceptible de subir les mêmes dommages que l’iPhone 5s.

Pour Apple, l’iPhone 6 n’a pas de problème de flexion

Cependant, Apple n’a jamais reconnu le problème et a même prétendu que la problématique de la flexion était liée au fait que l’iPhone est « tombé plusieurs fois sur une surface dure et encourant [sic] un stress supplémentaire sur l’appareil ». En outre, Apple a publié un communiqué de presse en septembre 2014 pour nier le problème, expliquant à ce moment-là que ses propres tests ont prouvé que l’appareil n’avait pas de problème structurel.

« [Apple] effectue des tests rigoureux tout au long du cycle de développement, y compris des essais de flexion en 3 points, des cycles de pression, d’assise, de torsion et d’utilisation. Les iPhone 6 et 6 Plus atteignent ou dépassent tous nos standards de qualité pour supporter une utilisation quotidienne et réelle », a déclaré la société.

Le géant technologique basé à Cupertino a eu le même discours lors du procès, ajoute la source citée, et essaie maintenant de convaincre le juge de nier la certification du recours collectif.

Les documents internes ont été partagés dans le cadre du procès et prouvent qu’Apple savait réellement que les appareils étaient défectueux, tout en suggérant que les informations incluses dans ce communiqué de presse n’étaient pas exactes.

Mots-clé : ApplebengateiPhone 6
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.