Fermer
Smartphones

Ces « Substitute Phones » visent à aider à surmonter la dépendance au smartphone

Ces « Substitute Phones » visent à aider à surmonter la dépendance au smartphone

Les smartphones sont plus omniprésents que jamais, et nous passons plus de temps sur ces derniers que par le passé. Une étude publiée au mois de mars de cette année a estimé qu’en moyenne, les Américains passent environ cinq heures par jour sur leurs smartphones. Et, bien que je n’ai pas de statistiques récentes en France, je ne serais pas étonné que le résultat soit le même ou proche. Et, il est fort probable qu’une grande partie de cet usage soit lié au travail ou au divertissement.

Cependant, il y a d’autres raisons pour lesquelles nous sommes constamment en train de balayer et de tapoter sur les écrans de nos smartphones. Le simple fait de le faire peut être agréable pour certaines personnes, et peut vous donner quelque chose à faire de vos mains, même si vous ne voulez pas vraiment être connecté tout le temps. Si vous avez déjà voulu jouer avec votre smartphone sans utiliser ce dernier, alors les Substitute Phones de Klemens Schillinger peuvent être exactement ce dont vous avez besoin.

Schillinger a donc conçu cinq « Substitute Phones », que l’on peut littéralement traduire par « téléphones de remplacement », faits de plastique polyoxyméthylène noir avec des perles de pierre intégrées à la surface, permettant à un utilisateur de reproduire des actions familières que l’on ferait sur leur smartphone. Parmi elles, le défilement, le pincement ou le balayage. L’objectif est qu’ils puissent répondre à la même envie tactile que votre smartphone actuel, sans le tracas des messages et des notifications.

Une expérience de désintoxication

« L’objet, que certains d’entre nous décrivent comme une prothèse, n’est réduit à rien d’autre que les mouvements », lit-on dans la description du produit. « Cette limitation apaisante offre de l’aide pour les toxicomanes du smartphone qui veulent faire face aux symptômes de sevrage ».

Le Substitute Phone va tenter de réduire l’addiction

En évoquant le sujet avec Dezeen, Schillinger précise que l’appareil a deux inspirations : la première est le temps qu’il passait à regarder le smartphone, même si ce dernier n’est pas nécessairement utilisé ; la seconde est liée à l’écrivain Umberto Eco qui, en essayant d’arrêter de fumer, a substitué sa pipe à un bâton afin de simuler la sensation de tenir un tuyau sans la nicotine. « C’était la même chose, mais sans la nicotine, juste la stimulation physique », a-t-il mentionné à Deezen. « Je me suis souvenu de cela, et j’ai pensé à faire des téléphones qui fourniraient la stimulation physique, mais pas la connectivité ».

Le Substitute Phone est la deuxième création créée par Schillinger dans le but d’expliquer notre relation avec la technologie. Le premier était une lampe hors ligne (« Offline Lamp »), qui ne s’allumait que lorsqu’un appareil de la taille d’un smartphone était placé dans son tiroir.

Vous pouvez reproduire les gestes de votre smartphone
Mots-clé : Substitute Phones
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.