Fermer
Domotique

Google Home Max : l’enceinte connectée rend la musique explosive

Google Home Max : l'enceinte connectée rend la musique explosive

Un an après avoir lancé l’enceinte connectée Google Home avec Google Assistant, le géant de la recherche élargit la gamme avec deux nouveaux modèles : un petit et bon marché, et l’autre plus grand, et plus cher. Comme on l’a vu plus tôt dans la matinée, il y a le Google Home Mini, une enceinte connectée à 59 euros qui a été conçue comme une alternative moins chère au Google Home à 149 euros.

Le second, est donc le Google Home Max. Vendue 399 dollars, il s’agit d’une enceinte connectée plus grande, qui va concurrencer des acteurs établis du marché, à savoir Bose ou Sonos, et même le HomePod d’Apple, vendu 349 dollars et attendu plus tard dans l’année.

La Google Home Max intègre Google Assistant, comme tous les autres produits Google Home. Mais, cette version de l’enceinte connectée possède des composants audio de qualité supérieure, un support pour l’audio multi-pièces et une nouvelle fonctionnalité nommée Smart Sound qui adapte automatiquement l’audio en fonction de la situation dans laquelle elle est utilisée grâce à plusieurs mesures.

Pas en France

Par exemple, l’audio est ajusté en fonction de l’environnement physique. Mettez l’enceinte dans le coin d’une pièce, et les signaux audio seront adaptés si l’enceinte n’est pas au milieu d’une pièce. Vous pouvez également utiliser le Google Home Max comme une enceinte Bluetooth, un périphérique Cast ou le connecter à d’autres dispositifs par des câbles auxiliaires.

Google précise que le Home Max est 20 fois plus puissant que l’enceinte Google Home à 149 euros. Mais, il est aussi 3 fois plus coûteux. Néanmoins, l’achat contient un abonnement de 12 mois au service YouTube Red pour la diffusion de la musique (et des vidéos sans publicité). Le Google Home Max sera disponible en décembre, mais malheureusement pas en France.

Mots-clé : GoogleGoogle HomeGoogle Home Max
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.