Fermer
Web

Le service de streaming de musique Grooveshark ferme ses portes

Après près de 8 années de fonctionnement (et 6 ans de faire face à des poursuites), le populaire service de musique en ligne Grooveshark va fermer ses portes. Une bien triste nouvelle en ce jour férié.

La société a posté un message sur son site internet, fournissant des excuses pour son incapacité à “obtenir des licences des détenteurs de droits, du fait de la grande quantité de musique libérée sur le service”.

Alors que la plupart des services de musique en ligne grand public tels que Pandora, Spotify, Rhapsody, et Google travaillent sur l’accord avec les grandes maisons de disque avant de mettre en ligne de la musique, Grooveshark. Sur ce service, le business model était de téléverser de la musique avant de demander la permission tard aux différents labels. Autrement dit, les critiques se sont abattues sur le service.

Depuis que Grooveshark a permis aux utilisateurs de télécharger de la musique, la société a offert une immense bibliothèque de contenu que vous pouvez utiliser à travers son site Internet ou par des applications mobiles. Mais puisque la société n’a pas réellement eu l’autorisation de disposer de cette musique, et elle a toujours dû faire face à des procès – poursuivi en justice par Universal, EMI, Sony ou encore Warner.

Grooveshark ferme ses portes

Définitif dès aujourd’hui

La compagnie dit qu’elle est parvenue à un accord qui implique un arrêt immédiat, effaçant toute la musique hébergée sur le service, et donnant la propriété du site, des applications mobiles, et des brevets et des droits d’auteur aux labels.

C’est un peu dommage, parce qu’honnêtement Grooveshark avait l’un des catalogues les plus complets, et les outils les plus simples pour la musique en streaming. Les chances sont que si vous étiez à la recherche d’une chanson, vous pouviez trouver et lire celle-ci sur Grooveshark. Maintenant, je suppose que vous devrez utiliser YouTube.

Mots-clé : Grooveshark
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.