Fermer
ActualitésMicrosoft

Windows Phone n’est pas Android : pourquoi Google peut ignorer son OS, et pas Microsoft ?

La semaine dernière, Microsoft a rassemblé les développeurs lors de sa conférence Build à San Francisco. L’événement qui a commencé par une célèbre keynote de deux heures le mercredi, a été le moment où le PDG de la firme, Steve Ballmer, et plusieurs autres personnes influentes sont montées sur scène pour discuter de ce qui se passe chez Microsoft, et nous donner toutes les dernières nouvelles sur ses premiers projets.
En mai dernier, Google a fait quelque chose de très similaire avec la Google I/O, et les deux événements se sont avérés avoir beaucoup de points en commun, mais la ressemblance la plus frappante a été le rejet quasi total de leurs respectifs systèmes d’exploitation mobile.

En rupture avec la tradition, Google n’a pas annoncé une nouvelle version d’Android lors de la I/O 13, préférant parler de Google Now, des cartes, et d’autres applications connexes à Android. Microsoft a fait la même chose, en passant son temps à discuter de Windows 8.1. Alors que l’une des deux entreprises peut s’en tirer avec une telle audace, l’autre ne peut vraiment pas.

“Nous n’aurons probablement pas à vous montrer beaucoup de choses concernant la Xbox, Office 365 ou Skype”, a déclaré Steve Ballmer alors qu’il ouvrait la keynote, avant de poursuivre : “mais nous avons tout un tas de choses sur Windows et Windows Phone à vous parler”.
Et là, tous les fans du mobiles se sont confortablement installés, en sachant Windows Phone 8.1, ou tout du moins une mise à jour de Windows Phone 8 serait présentée. Cinq minutes plus tard, il semblait que Ballmer allait laissé de côté Windows 8.1 dans un premier pour passer sur le mobile à en croire ses faits, puisque ce dernier traversa la scène pour aller chercher un Windows Phone.

Trois minutes et c’est tout pour Windows Phone

Windows Phone n'est pas Android : pourquoi Google peut ignorer son OS, et pas Microsoft ?

Il a ensuite présenté le Nokia Lumia 925, le Lumia 928 et le Lumia 521, ainsi que le tout nouveau HTC 8XT. Puis, aussi vite qu’il a commencé, tout était fini et Ballmer est passé à Windows 8 sur les tablettes. Ne vous inquiétez il devrait être de retour par la suite… Sauf qu’il n’est jamais revenu. La promesse de Ballmer de faire “beaucoup” d’annonces concernant Windows Phone était de seulement trois petites minutes à regarder quelques appareils.

Quand vous avez un pourcentage de parts de marché mondial de 75%, comme Google avec Android, vous pouvez faire tout ce que vous aimez. Si vous voulez rester en retrait et tout révéler à un autre événement dédié plus tard cette année, vous le faites. Si vous souhaitez vous prolonger la sortie de Android Jelly Bean jusqu’à l’année prochaine, et bien, c’est votre droit.

Microsoft détient une part de marché de 3,2%. Outre les milliers de développeurs présents, il y avait 60 000 (selon Ballmer) de personnes connectées en ligne, dont beaucoup étaient des journalistes prêts à rendre compte de l’événement. Au lieu de saisir l’occasion pour susciter une certaine excitation à propos de Windows Phone, il a été balayé en faveur de Bing et de Spark, le nouvel espace Microsoft Bizspark conçu spécialement pour les startups innovantes de demain. Donc qu’en est-il de la prochaine version de Windows Phone ? Soit rien n’est envisagé, ou rien de positif n’est à mentionner.

Une occasion manquée

Ignorer Windows Phone est une énorme occasion manquée pour la firme de Redmond. La décision de Google de ne pas nous donner de nouvelle concernant la future version de Android, est probablement lié au fait que tout le monde parlait à ce moment est de iOS 7 d’Apple, dont de nombreuses critiques ont émanées.
Microsoft aurait pu en profiter pour nous dévoiler des nouvelles fonctionnalités liées à WP8.1, et surtout attirer davantage les regards sur l’OS afin de convaincre les clients mitigés par la refonte de iOS 7. Apple doit en sourire. Il a encore le devant de la scène pour lui seul, et ce jusqu’à ce que l’un de ses concurrents décident de lever le petit doigt…

En mai dernier, un rapport d’IDC a montré que Windows Phone a récemment pris la troisième place sur le marché mondial des smartphones, une augmentation de 133% par rapport à l’année dernière. Celle-ci est la preuve qu’il a un certain élan envers l’OS mobile de la firme de Redmond. Pourquoi ne pas en tirer profit ? Je suis persuadé que Nokia serait reconnaissant de cette attention de Microsoft, notamment puisqu’il a un évènement à tenir en juillet qui aurait pu lui permettre d’en remettre une couche. Une mention de la façon dont le système d’exploitation est en croissance aurait été un message très positif pour accompagner son dernier téléphone.

On pourrait arguer que Microsoft a désespérément besoin de Windows 8.1 pour décoller, et a dû consacrer autant de temps que possible sur ce dernier, et qu’il s’agissait davantage d’un évènement dédié aux développeurs, qu’aux consommateurs.
Cependant, Windows Phone est une partie intégrante des futurs plans de Microsoft, et son succès est un élément clé de la construction d’un écosystème gagnant. La WWDC et la Google I/O sont des conférences des développeurs, mais ils sont également les rendez-vous de la presse. Qu’on le veuille ou non, les keynotes sont devenus aussi importantes pour générer des futures ventes car elles sont faites pour parler aux développeurs.

Ignorer Windows Phone est tout à fait une gaffe qui peut potentiellement prendre d’énormes proportions. Microsoft n’est pas Google, et en rejetant le mobile de cette façon, je me demande si elle comprend l’industrie d’aujourd’hui…

Mots-clé : AndroidBUILD13Windows 8.1Windows PhoneWP 8.1
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.