fermer
Réalité virtuelle et augmentée

Vision Pro : Apple fait face à des défis avec l’absence d’applications Netflix et YouTube

Vision Pro : Apple fait face à des défis avec l'absence d'applications Netflix et YouTube

Dans la perspective des précommandes du Vision Pro outre-Atlantique, Apple a apparemment donné la priorité au message selon lequel l’appareil sera un moyen idéal pour regarder des films et des émissions de télévision. À bien des égards, c’est peut-être vrai, mais il y a un bémol de taille : Netflix et YouTube.

Dans une déclaration rapportée par Bloomberg, Netflix a révélé qu’elle ne prévoyait pas de proposer une application pour Vision Pro. Au lieu de cela, les utilisateurs devront utiliser une interface Web pour regarder le service de streaming.

Netflix compare l’expérience à celle du Mac, mais il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce ne sera pas une expérience idéale pour les utilisateurs. Tout d’abord, les applications mobiles pour iPad et iPhone prennent en charge le visionnage hors ligne des vidéos téléchargées. C’est particulièrement pratique lorsque vous prenez l’avion, ce qui est sans doute l’un des meilleurs cas d’utilisation du Vision Pro.

Malheureusement, Netflix ne prend pas en charge les téléchargements hors ligne sur le Web. La résolution maximale d’un flux Netflix dépend du navigateur, la plupart plafonnant à 720 p. Cela n’aurait pas l’air génial sur un écran virtuel de 30 mètres de long.

Certes, Netflix diffuse jusqu’à 4K sur Safari pour macOS, mais nous ne savons pas si ce sera le cas pour Safari sur le Vision Pro.
Le lancement de l’application sera également plus compliqué, et l’interface ne sera pas aussi agréable à utiliser qu’une application native.

Netflix aurait pu prendre en charge visionOS plus directement de deux manières. L’entreprise aurait pu développer une application de réalité mixte à part entière, comme l’a fait Disney+, avec des fonctionnalités spécifiques à visionOS. Ou elle aurait pu au moins adapter son application iPad pour qu’elle fonctionne bien avec visionOS.

Une guerre Apple-Netflix

Cette dernière solution, même si elle n’est pas totalement triviale, est relativement facile à mettre en œuvre pour une entreprise disposant des ressources de développement de Netflix, et il est donc difficile de ne pas y voir un refus délibéré.

Netflix et Apple sont désormais en concurrence dans le domaine du streaming. En particulier, tous deux ont cherché à obtenir des récompenses pour leurs films originaux en limitant les sorties en salle et en menant des campagnes agressives. Cela pourrait être une motivation, mais on ne peut pas savoir avec certitude ce que pensent les dirigeants de Netflix.

La plupart des autres grands services de streaming, dont Disney+ et Amazon Prime Video, disposeront d’applications visionOS fonctionnelles lors du lancement de l’appareil début février, ce qui fait de Netflix une exception notable.

Bien que cette omission ne soit pas rédhibitoire pour tout le monde, elle touche au cœur du message d’Apple concernant la proposition de valeur de Vision Pro ; le prix élevé de 3 499 dollars pourrait être considéré comme valant l’investissement si l’on considère que l’appareil remplace à la fois un iPad et un téléviseur haut de gamme. Mais cette proposition est un peu compromise si l’expérience sur ce téléviseur haut de gamme est médiocre pour l’un des services de streaming les plus populaires.

YouTube un autre absent

Tout comme Netflix, YouTube ne construit pas non plus d’application native pour le Vision Pro. Son application iPad ne prendra pas non plus en charge le casque à 3 499 dollars, comme l’explique Jessica Gibby, porte-parole de YouTube, à The Verge : « Les utilisateurs de YouTube pourront utiliser YouTube dans Safari sur le Vision Pro ».

Sur les 46 applications les plus populaires de l’App Store, aucune n’aura d’application native VisionOS au lancement, selon les conclusions de MacStories.

Tags : AppleNetflixVision ProvisionOSYouTube
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.