Fermer
MobileOS

Guerre dans votre poche : 5 nouveaux OS mobiles pour combattre Android et iOS en 2013

Pour la première fois depuis plusieurs années, 2013 s’annonce voir le lancement de nouveaux systèmes d’exploitation mobiles, au moins un qui pourrait avoir une chance de voler des parts de marché à nos deux champions que sont Android et iOS. Bien sûr, aucun de ceux-ci vont transpirer pour l’instant, mais on peut s’attendre que quelques gouttes se forment sur le front de chez Microsoft.

Selon les précédents OS dévoilés, il y a selon moi cinq challengers majeurs qui devraient voir un moment ou un autre leur moment de gloire au cours des 12 prochains mois, et qui pourraient être des acteurs majeurs lors du prochain Consumer Electronics Association en … 2014.

BlackBerry 10

De loin le plus grand nom de la liste, BlackBerry 10 est la firme qui a le plus à perdre. Comme l’an dernier avec Nokia, BlackBerry a cruellement besoin de s’imposer, faute de quoi son avenir est en effet très incertain. Pire encore, même si BlackBerry 10 répond favorablement aux attentes, il faudra un certain temps avant que BlackBerry – anciennement connu sous le nom RIM – ne s’installe confortablement, un peu comme Nokia en fait.

Lors de son évènement, un peu à la manière de ce que fait Apple ou encore Samsung, BlackBerry a dévoilé deux smartphones : le BlackBerry Z10 et BlackBerry Q10. Le premier cité est un appareil à écran tactile et le second avec clavier QWERTY bien connu de RIM.

La plateforme BlackBerry 10 lancée avec plus de 70 000 applications, dispose selon les derniers chiffres le BlackBerry World abrite désormais 100 000 applications, et devient plus proche de son rival Microsoft. Parmi celles-ci des grands noms tels que Skype, WhatsApp, Dropbox ou encore Angry Birds sont toutes prêtes à être utilisées sur les nouveaux téléphones, de même que les applications sociales telles que Twitter, Facebook, LinkedIn ou encore Foursquare.

En ce qui concerne le logiciel, il dispose d’un navigateur Web et un clavier tactile amélioré, et une fonctionnalité pour son appareil photo innovant nommée Time Shift, où un mode rafale permet de changer manuellement les options pour faire la photo parfaite.

Il y a beaucoup de bonne volonté envers BlackBerry, et les smartphones de la firme ont une solide réputation dans le monde entier, mais avec ce nouvel OS complètement novateur – le spectre de Palm et WebOS erre sans doute dans les couloirs du siège de RIM, même un produit innovant ne suffit pas toujours pour réussir…

Avec une commande récente d’un million de smartphones BlackBerry 10, il est clair que ça va aider l’OS à s’imposer.

Ubuntu for Mobile

Ubuntu peut être un nom familier pour tous les barbus Linuxiens, mais c’est un inconnu dans le monde du mobile. Cela n’a pas empêché Canonical de se mêler de la guerre des OS mobiles. Précurseur de la version finale qui devrait débarquer l’année prochaine, Ubuntu Touch Developer Preview a été dévoilé en février dernier, au moment du MWC 2013. Celle-ci permet déjà de prendre en main l’OS et ainsi de découvrir les possibilités offertes par ce dernier. De fait, dès l’année prochaine nous serons en mesure d’acheter un smartphone sous Ubuntu Mobile.

Ubuntu est basé sur Linux, comme Android d’ailleurs, et utilise les mêmes pilotes, et fonctionnera sur des appareils utilisant des architectures ARM ou Intel. Malheureusement et heureusement pour d’autres, il n’utilise pas la Virtual Machine Java d’Oracle et ne sera pas en mesure exécuter des applications Android.
Cette table rase, plus un framework cohérent caché sous une surcouche personnalisable, est censée éviter les problèmes de fragmentation dont souffre Android. C’est une bonne idée, et sans doute Canonical voit le succès d’Android comme moteur pour ses propres efforts mobiles, mais de repartir de zéro est clairement un énorme pari – et notamment dans le fait de communiquer qu’il s’agit d’une alternative viable pour tous.

Ubuntu Mobile a bien une arme secrète : il peut être installé sur des dispositifs embarquant déjà Android. La communauté Ubuntu déjà forte s’est également précipitée pour le tester, en particulier parce qu’il offre une réelle expérience de bureau lorsqu’il est connecté à un clavier et un moniteur.

D’après ce que nous avons vu de l’interface utilisateur, il est basé entièrement sur le tactile, et de fait ne nécessite pas de boutons physiques. Il est difficile de le juger pour le moment, sachez que si vous disposez de l’un des mobiles mentionnés ici, vous pourriez contribuer à son développement.

Firefox OS

Si BlackBerry a Android, Windows Phone et iOS en ligne de mire, Mozilla quant-à elle cible un tout autre secteur avec son OS mobile nommé Firefox OS. Quasiment exclusivement réservé aux smartphones à bas prix, le public visé est les gens qui veulent renouveler leur mobile mais qui ne peuvent pas nécessairement se permettre d’acquérir un smartphone haut de gamme. On peut supposer que les téléphones Firefox OS seront compétitifs comme ou même moins que les produits bas de gamme Android.

Auparavant connu sous le nom Boot to Gecko, Firefox OS est prêt à être lancé par des grands noms de la téléphonie, tels que Alcatel, ZTE, LG et Huawei ou encore plus récemment Sony, qui a promis de sortir un smartphone Firefox OS d’ici 2014. Les premiers téléphones Firefox OS seront disponibles à l’achat à partir de juin de cette année – au Brésil, en Colombie, en Hongrie, au Mexique, au Monténégro, en Pologne, en Serbie, en Espagne ou encore au Venezuela – mais malheureusement pas encore en France. Mozilla mentionne que cela n’arrivera pas avant 2014…
Pour ceux assez chanceux de vivre là où les appareils seront disponibles sous peu, vous retrouvez 18 opérateurs qui joueront le jeu de les vendre.

Même si l’on a pas encore les spécifications des futurs dispositifs Firefox OS, et du fait que ce dernier est censé être un OS léger, il n’y a pas besoin de processeurs extrêmement puissants, voire une tonne de RAM – ou du moins je l’espère. Autant alléger les caractéristiques du mobile, et de fait le prix, si ces derniers n’en ont pas besoin. Il apparaît également que les applications Firefox ne prennent pas beaucoup d’espace de stockage interne. C’est assez logique, étant donné que ce sont des applications Web, mais il remet en question ce que les gens seront en mesure de stocker localement

En interne, Firefox OS est similaire à Android, mais il ne sera pas en mesure d’exécuter les applications Android et mise plutôt sur les applications Web disponibles par le biais du propre Marketplace de Mozilla. Firefox OS est un système d’exploitation mobile basé sur des standards Web ouverts, ce qui signifie qu’il fonctionne un peu comme un navigateur ou un site Web. Le concept est similaire à Chrome OS pour les ordinateurs. Tout comme Chrome OS, les applications de Firefox OS sont basées sur le Web et donc développées avec des langages Web, tels que le HTML5.

Vous pouvez même essayer Firefox OS à l’aide de cette extension disponible sur le navigateur de la firme, Firefox.

Tizen

Alors que jusqu’ici nous nous avions à faire à des sociétés novices dans le monde du mobile, Tizen un projet conjoint entre Intel et Samsung et qui est apparu après la mort de MeeGo, est quant-à lui plus enclin à éclore dans le paysage du mobile. De plus, Samsung a fusionné avec Bada, son propre système d’exploitation pour smartphones Samsung Wave, avec Tizen, qui était spécifiquement basé sur Linux et est compatible avec Tizen. Tout comme Firefox OS, l’OS est également développé en utilisant le langage HTML5 et sera compatible avec le système d’exploitation de Mozilla, et vice versa. Le principal avantage de l’OS, est qu’il donne accès à trois types d’applications : les applications natives EFL, les Web Apps sans navigateur – comme Firefox OS – et les applications Android. Son marketplace pourrait donc profiter de tous ces avantages !

Bien qu’il y ait beaucoup de belles paroles de Samsung au début de 2012 au sujet d’une libération imminente d’un smartphone intégrant Tizen, plus rien n’a été mentionné jusqu’à récemment, lorsque Samsung a renchéri à nouveau, en disant que les téléphones sous Tizen seraient dévoilés cette année.

Tizen est un système d’exploitation ouvert qui pourrait attirer l’attention de certains grands opérateurs de téléphonie mobile prochainement, puisque ces derniers sont invités à jouer avec lui et le personnaliser selon leur bon vouloir, quelque chose que la plupart des autres systèmes d’exploitation ne permettent pas.
Si cela peut permettre à Samsung de disposer de son propre OS, en réalité, il pourrait davantage être important pour Intel, et arriver comme le dernier espoir pour Intel d’être sur le marché des processeurs mobiles et ainsi se voir récompensé des efforts investis dans la réussite de Tizen – bien que l’OS soit compatible avec les dispositifs à base d’architectures ARM, vous pouvez parier qu’Intel va tout faire pour que Samsung choisisse ses processeurs Atom.

Mais, les plans de Samsung pourraient davantage nous faire penser que la firme est égoïste, puisque qu’on pourrait penser que la firme est à la recherche d’une alternative à Android de Google, notamment lorsque l’on sait que Motorola pourrait travailler de pair avec la firme de Mountain View pour un potentiel Phone X.

Samsung va sortir la première lignée de smartphones exploitant Tizen, et des modèles produits par Huawei emboîteront le pas peu de temps après. Orange indique que l’année prochaine ils vont introduire les dispositifs vers les marchés émergents, mais qui pourraient rencontrer des difficultés à se vendre étant donné que les premiers téléphones Tizen seraient – selon les rumeurs – annoncés dans la gamme de prix de 300 dollars, alors que les téléphones dans les marchés émergents arrivent habituellement dans la gamme de 100 dollars.
Reste à savoir ce que l’introduction de ce système d’exploitation va faire sur le marché mobile. Aucun mot encore si l’OS arrivera sur le marché français, tout cela dépendra probablement de la façon dont les ventes se feront à l’étranger.

Jolla

Jolla est la firme finlandaise qui espère ramener MeeGo au devant de la scène. L’OS mobile abandonné par Nokia lors de l’adoption de Windows Phone, est le véritable point d’ombre dans cette liste. L’interface utilisateur de Sailfish, qui est le système d’exploitation mobile dérivé de Meego concocté par la startup finlandaise, a été dévoilée en fin d’année dernière, et bien que son introduction a été brève, elle a été prometteuse.

Qui plus est, un peu comme BlackBerry 10, Jolla possède déjà une base de fans établie grâce à MeeGo et le Nokia N9. Jolla compte sur chacune et chacun d’entre eux, ainsi que ceux qui sont capables d’acheter un N9, à affluer en premier sur le smartphone Sailfish. Sailfish est compatible aussi bien avec les architectures ARM (comme les processeurs Qualcomm, Texas Instruments, etc.) que x86 (type Intel).

Jolla sera d’abord visible à l’extérieur de l’Europe et des États-Unis, en se concentrant d’abord sur la Chine. Un premier produit finalisé devrait, selon les estimations de Jolla, être disponible au printemps.

Un prétendant pour concurrencer Windows Phone ?

Quand on parle de systèmes d’exploitation mobiles naissants, la question qui est souvent posée est la suivante : avons-nous vraiment besoin d’un autre système d’exploitation pour nos smartphones ? C’est une excellente question, et ce puisque les trois OS mobiles que nous utilisons actuellement répondent parfaitement à nos attentes, et s’avèrent être relativement exempt de bugs, régulièrement mis à jour, et ont des stores d’applications en sans cesse croissances.
Par conséquent, compte tenu de cette longueur d’avance énorme et la puissance financière derrière Android, iOS et Windows Phone, peut-être que la question la plus pertinente est : comment l’un de ces OS peut réussir ? Ils auront besoin de persévérance, et un soutien accru des développeurs et des opérateurs, des fans dédiés, et des dispositifs suffisamment performant pour faire de l’oeil aux futurs potentiels consommateurs. Bien entendu pas tous d’entre eux vont le faire, mais un ou deux peuvent faire des dégâts.

En s’attaquant au marché des smartphones d’entrée de gamme, et ce notamment car les consommateurs de ce dernier n’ont pas les moyens d’acquérir un iPhone, les constructeurs proposant des dispositifs Android semblent abandonner progressivement ce marché pour des dispositifs hauts de gamme tels que le Galaxy S4 ou encore le Nexus 4.

Sur quel système d’exploitation mettriez-vous votre argent ?

Mots-clé : BlackBerry 10Firefox OSJollaTizenUbuntu for Mobile
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.