Fermer
Mobile

Samsung aurait l’autorisation de fournir des panneaux OLED à Huawei

Samsung aurait l'autorisation de fournir des panneaux OLED à Huawei

Les États-Unis ayant réprimé Huawei de presque toutes les manières possibles, la plupart des entreprises ont été contraintes de cesser toute forme de transaction commerciale avec le géant chinois.

C’est le cas de Samsung, qui a dû cesser de fournir des écrans et des puces mémoires à Huawei pour ses smartphones. Cependant, comme de nombreuses autres entreprises, Samsung a également demandé aux États-Unis l’autorisation de continuer à servir Huawei en tant que client.

Aujourd’hui, selon un rapport en provenance de Corée du Sud, il semble que la branche Display de Samsung ait reçu l’autorisation de continuer à travailler avec Huawei et à livrer des panneaux OLED à la société chinoise pour qu’elle les utilise dans ses smartphones. Samsung Display est ainsi la première entreprise à obtenir ces autorisations du gouvernement américain depuis l’entrée en vigueur des sanctions.

De plus, des autorisations analogues ont été accordées à Intel et à AMD. Cela signifie que Huawei peut continuer à utiliser les processeurs, les GPU, etc. d’Intel et d’AMD pour ses ordinateurs et ses serveurs sans aucun problème, du moins dans un proche avenir.

Il reste à voir si la branche de développement de puces de Samsung recevra également des autorisations analogues, auquel cas au moins Huawei pourra fabriquer des processeurs Kirin et obtenir des puces de mémoire de Samsung, si le besoin s’en fait sentir. Les sanctions imposées à Huawei ont frappé de plein fouet les activités de Samsung dans le domaine des écrans et de la fabrication de puces, mais d’un autre côté, Samsung a gagné du terrain sur le marché des smartphones, puisque Huawei est désormais pratiquement hors concurrence en dehors de la Chine, en raison de l’absence d’applications Google sur ses smartphones.

Huawei dûment touchée

L’interdiction de Huawei est fondée sur l’idée que la société pourrait utiliser ses produits pour espionner d’autres nations. Étant donné qu’il serait incroyablement difficile d’utiliser l’écran d’un smartphone uniquement pour cela, il est logique que les États-Unis autorisent Samsung à traiter avec Huawei pour ces produits.

Malheureusement, ce dont Huawei a vraiment besoin, c’est d’une entreprise avec laquelle elle puisse travailler pour développer des puces. Tous les grands distributeurs étant bloqués par l’interdiction de Huawei — sauf MediaTek, pour l’instant — Huawei ne peut plus produire ses puces Kirin. Il sera donc incroyablement difficile pour Huawei de produire des smartphones. Même si c’est possible, ils ne ressembleront pas beaucoup aux smartphones Huawei auxquels nous sommes habitués.

Cette nouvelle concernant la fourniture d’écrans Huawei par Samsung est peut-être le signe que le vent tourne. Huawei pourrait certainement avoir besoin d’autres bonnes nouvelles.

Mots-clé : HuaweiSamsungSamsung Display
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.