Fermer
Tests

Test du Pixel 4 XL : malgré les prouesses dans la photo, son potentiel est inexploité

Test du Pixel 4 XL : malgré les prouesses dans la photo, son potentiel est inexploité

Le Pixel 4 XL de Google a une tâche difficile. Après les ventes décevantes du Pixel 3, et le rachat de la gamme avec le Pixel 3a beaucoup plus abordable, le Pixel 4 XL doit offrir suffisamment d’extras dignes de ce nom pour que le prix de 899 € en vaille le coup.

Avec la montée en puissance des excellents « photophones » à des prix variables cette année, il n’est plus suffisant pour Google d’avoir simplement un « bon » smartphone avec une « étonnante » caméra. Et Google le sait. Avec le Pixel 4 XL, Google prend beaucoup plus de risques. Il a des gestes de mouvement actionnés par radar pour arrêter les alarmes et changer de piste ; il renonce complètement à la sécurité par une empreinte digitale pour la reconnaissance faciale ; et il ajoute une caméra supplémentaire à l’arrière — ce dont Google semblait fermement contre il y a quelques années.

Est-ce que ces extras font du Pixel 4 XL un meilleur smartphone ? Et avec beaucoup plus de smartphones offrant de bien meilleures caméras que par le passé, la gamme Pixel a-t-elle perdu son avantage dans ce domaine ?

Dans la boîte :

  • Pixel 4/4 XL
  • Adaptateur secteur USB-C de 18 W
  • Câble USB Type-C vers USB Type-C (USB 2.0) de 1 m
  • Guide de démarrage rapide
  • Adaptateur Quick Switch
  • Outil pour la carte SIM
  • Écouteurs USB-C Pixel

Pixel 4 XL : design

Le Pixel 4 est disponible en deux tailles : le smartphone standard avec écran de 5,7 pouces et le second « XL » avec l’écran de 6,3 pouces. Ceux qui n’ont pas aimé l’encoche du Pixel 3 XL, ruinant quelque peu l’affichage, seront heureux de voir que celle-ci ne fait pas son retour dans ce nouveau modèle. Au lieu de cela, l’écran s’incurve sans aucune distraction.

L’absence d’encoche laisse un bord assez épais au-dessus de l’écran et un bord un peu plus mince sous l’écran. Pour être honnête, ce n’est pas le look le plus moderne que j’ai vu cette année, mais cela reste suffisant pour la majorité des potentiels acheteurs.

Cet espace supplémentaire en haut est nécessaire pour la puce radar que Google utilise pour les nouvelles compétences « Motion Sense ». L’idée d’une puce radar est beaucoup plus excitante que ce qu’elle offre réellement ici ; elle semble limitée dans son état actuel.

Motion Sense offre deux fonctionnalités dans le Pixel 4 XL. C’est la technologie sous-jacente qui alimente le système de reconnaissance faciale, en plus de vous permettre d’effectuer un geste de « balayage » pour aller de piste en piste dans les applications multimédias prises en charge (Spotify, par exemple, mais pas Apple Music) et pour faire taire les alarmes et les minuteurs.

Reconnaissance faciale oui, mais…

La fonctionnalité de reconnaissance faciale fonctionne bien – et c’est un soulagement, puisqu’il n’y a pas de capteur d’empreintes digitales du tout. Cependant, dans son état actuel, elle n’est tout simplement pas très sécurisée. En effet, à ce jour vous pouvez déverrouiller le smartphone même si vos yeux sont fermés. Cela signifie que vous pouvez accéder au contenu de l’appareil simplement en tenant l’écran devant le visage de son propriétaire endormi. Google a reconnu qu’il s’agit d’un problème, et en a même pris note lors de l’installation initiale. La société espère fournir une mise à jour « dans les prochains mois ».

Néanmoins, la fonction de reconnaissance faciale semble beaucoup plus rapide que sur l’iPhone 11, car elle contourne complètement l’écran de verrouillage et vous amène directement à l’écran d’accueil. Elle fonctionne également très bien la nuit — ce que vous ne trouverez pas sur les smartphones qui n’utilisent que la caméra frontale pour déverrouiller le smartphone.

Pas de surprise sur l’esthétique

Les smartphones de Google ne sont pas connus pour être particulièrement flashy, et le Pixel 4 XL n’est pas une exception. Il est loin des sublimes smartphones, comme le Note 10+ et le Huawei Mate 30 Pro. Il n’y a pas de bords incurvés, pas d’options de couleurs trop flashy, et pas de finitions très lisses. Ce n’est pas un appareil qui a besoin d’être logé dans une mallette au moment où vous le sortez, et ça me convient parfaitement.

Le bouton on/off blanc contraste bien avec la couleur « Simplement Noir » du smartphone. Le fond en verre présente une finition brillante, une petite déception pour ceux qui préfèrent une finition mate, puisque vous devrez régulièrement retirer les empreintes de doigts.

Autres caractéristiques à noter : le smartphone conserve son indice de protection IP68, il lui manque une prise casque, et il peut être pressé pour afficher Google Assistant.

Pixel 4 XL : écran

Le plus grand des deux appareils de la gamme Pixel 4 bénéficie d’un panneau légèrement plus dense en pixels, la résolution passant de full HD+ à Quad HD+. Cela le rend un peu plus net – mais vous ne le remarquerez probablement pas si vous n’avez pas les deux smartphones côte à côte.

Le panneau de 6,3 pouces est décent à bien des égards. Il est bien calibré, affiche des couleurs vives et, puisque c’est un écran OLED, les noirs sont parfaits et profonds. C’est loin d’être l’écran le plus lumineux qui soit ; j’ai eu du mal à le voir confortablement les jours particulièrement ensoleillés. Même avec ces problèmes de luminosité, il continue à prendre en charge la lecture HDR dans des applications telles que Netflix et YouTube. L’effet est bon, mais il manque le punch de l’écran de l’iPhone 11 Pro.

Ce que j’aime le plus de cet écran est la nouvelle option « Affichage fluide ». C’est ce que Google appelle le taux de rafraîchissement de 90 Hz — cela signifie que l’écran se rafraîchit 90 fois par seconde au lieu des 60 habituels, donnant aux images un aspect plus lisse.

Contrairement au OnePlus 7T, l’effet est ici variable, donc dans certaines situations, et lorsque la luminosité de l’écran est faible, le panneau revient à 60 Hz. C’est probablement pour une bonne raison, puisque l’autonomie de la batterie du Pixel 4 XL n’est pas très bonne, mais j’y reviendrais par la suite.

Pixel 4 XL : logiciel

La vision de Google pour le Pixel 4 XL et Android 10 tourne autour de l’assistant. L’assistant vocal de Google peut ouvrir des applications, effectuer des recherches dans ces applications et est beaucoup plus compétent que jamais pour répondre rapidement aux instructions. Il y a même une nouvelle application intelligente « Dictaphone » qui transcrira tout ce qui se dit en direct, grâce à l’Assistant.

Cependant, en regardant au-delà de l’assistant, à mon avis Oxygen OS est en fait maintenant une meilleure version globale d’Android. Le Pixel 4 XL n’a pas de réel économiseur de batterie, la personnalisation est limitée, et même le nouveau mode sombre est simplement « on » ou « off », sans des options de programmation disponibles.

J’ai aussi des problèmes avec la nouvelle navigation gestuelle, bien que vous puissiez revenir aux boutons plus traditionnels « retour », « accueil » et « aperçu », si vous le souhaitez. Le geste du retour se fait maintenant en glissant de part et d’autre de l’écran. C’est particulièrement exaspérant lorsqu’il est jumelé à des applications qui ont aussi des gestes de balayage pour ouvrir les menus latéraux. Au moins, le glisser vers le haut par le bas (et le maintenir légèrement plus longtemps pour voir toutes vos applications ouvertes) peut devenir un geste naturel.

Dans l’ensemble, j’adore utiliser la version Android du Pixel 4. Il renonce aux bloatwares pour certaines des meilleures applications natives que vous trouverez et, évidemment, se branche fantastiquement bien à la vaste gamme de services de Google.

Pixel 4 XL : performances

Google n’aime pas parler de spécifications. La société n’a pas mentionné le processeur, la RAM ou la vitesse générale du Pixel 4 XL même une seule fois lors de l’événement de lancement. C’est très bien, mais pour la deuxième année consécutive, les entrailles du smartphone pourraient susciter des inquiétudes dans 12, 18 ou 24 mois.

Les 6 Go de mémoire vive et les 64 Go de stockage de base sont plutôt maigres pour le prix de 899 €. Malheureusement, en France vous ne pourrez pas passer au modèle à 128 Go. Sachant qu’il n’y a pas de stockage extensible et que vous n’obtenez plus de sauvegardes en pleine résolution sur Google Photos gratuitement, cet espace est susceptible de s’épuiser rapidement.

Ces 6 Go de RAM sont plus bas que d’autres smartphones Android au prix analogue. Un an après la sortie du Pixel 3, ses 4 Go de RAM sont probablement à l’origine de nombreux problèmes – et il y a toujours une chance que cela se reproduise.

Actuellement, le Pixel 4 XL est un smartphone rapide, sinon un qui se trouve au sommet de l’écosystème Android. L’écran 90 Hz ajoute une illusion supplémentaire de fluidité, et le Snapdragon 855 accomplit le travail sans problème. Il aurait été agréable de voir le 855+ utilisé pour améliorer les performances graphiques, mais vous n’aurez aucun problème avec les jeux.

Petit focus sur l’audio

Les performances des haut-parleurs sont également décentes, même si l’appareil n’a pas les doubles haut-parleurs frontaux dédiés du Pixel 3XL. Il y a maintenant un haut-parleur positionné à l’avant de l’appareil, et un autre à côté du port USB-C en bas.

En outre, Google a choisi de ne pas inclure une paire d’écouteurs USB-C ou un dongle pour l’utilisation de vos écouteurs filaires plus anciens dans la boîte. À ce titre, vous devrez utiliser votre propre casque Bluetooth.

Pixel 4 XL : caméras

Le Pixel 4 XL de Google est un bon smartphone, mais il excelle dans un domaine : la caméra. C’est un plaisir de tourner avec cet appareil, à tel point que je peux presque pardonner les défauts ailleurs, car les images capturées peuvent être excellentes.

La mise à niveau la plus évidente cette fois-ci est l’ajout d’un capteur secondaire à l’arrière de l’appareil. Ce téléobjectif de 16 mégapixels 2x est couplé au téléobjectif standard de 12 mégapixels avec l’ouverture f/1.7. Cependant, en jetant un coup d’œil dans l’application caméra, vous ne saurez peut-être même pas qu’il y a un capteur secondaire.

Contrairement à la plupart des autres smartphones, il n’y a pas de moyen rapide de passer en 2x, et même lorsque vous effectuez un zoom, il n’est pas évident de savoir quelle caméra vous utilisez. Au lieu de cela, Google utilise les deux caméras pour une multitude de tâches, en utilisant les données reçues par les deux pour améliorer généralement vos photos.

Un excellent mode Portrait

Le mode Portrait est probablement l’utilisation la plus fine de ce nouveau capteur, avec un aspect légèrement plus zoomé par défaut. Les portraits pris avec le Pixel 4 XL sont sublimes, bien meilleurs que ceux de l’iPhone 11, déjà impressionnant. La façon dont il parvient à réaliser les découpes autour des cheveux est inégalée et les résultats sont lisses et tranchants.

Une fois de plus, c’est l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle à l’intérieur de ce smartphone qui permettent d’obtenir de fantastiques photos. Vous pouvez maintenant voir à quoi ressemblera la photo post-traitée à travers le viseur grâce au mode « Live HDR+ », qui est un excellent indicateur de ce à quoi ressemblera la photo finale.

Comme traditionnellement dans la gamme de smartphones Pixel, le Pixel 4 XL prend des photos qui affichent un contraste profond ; elles sont nettes et colorées sans paraître criardes ou sursaturées. La plage dynamique (c’est la différence entre le point le plus clair et le point le plus sombre de la photo) est également meilleure que sur n’importe quel autre smartphone, et donne aux photos une réelle profondeur.

Les prises de vue en basse lumière ont longtemps été l’une des forces de la gamme Pixel, et le mode « Vision de nuit » a encore amélioré les résultats.

L’astrophotographie

Cependant, le Pixel 4 XL est meilleur dans les ciels étoilés, grâce au mode Astrophotographie. Si vous vous trouvez dans un endroit où les étoiles sont visibles et que vous avez un trépied à portée de main, le Pixel 4 XL assemble automatiquement 15 photos qui ne semblent en aucun cas avoir été prises avec un smartphone. Malheureusement, et vu le temps ces dernières semaines, je n’ai pas pu tester les prouesses du Pixel 4 XL dans ce domaine.

Mais, le Pixel 4 XL a quelques manques. Il n’y a pas de caméra ultra-large pour prendre des photos de paysages super-large, aucune possibilité d’enregistrer de la vidéo en 4K à 60 fps pour vous donner un contrôle ultime lorsque vous montez une vidéo, et la double caméra frontale du Pixel 3 XL a été remplacée par une seule caméra frontale. Ce sont ces changements qui font probablement de l’iPhone 11 Pro un choix plus polyvalent.

Si vous filmez principalement des vidéos 1080p, le Pixel 4 XL capture toujours des images stables et de qualité. Néanmoins, les micros pourraient être meilleurs.

Pixel 4 XL : autonomie

Ni l’un ni l’autre des modèles de Pixel 4 n’offre une autonomie de batterie remarquable. Le Pixel 4 XL vous procurera une autonomie légèrement supérieure à celle du Pixel 4, grâce à sa plus grande batterie d’une capacité de 3 700 mAh. Cependant, tout au long de la période de test, j’ai régulièrement été à court de batterie après 18 – 20 h d’utilisation. C’était peut-être acceptable il y a quelques années, mais c’est décevant lorsque des appareils comme le Huawei P30 Pro ou l’iPhone 11 Pro Max peuvent avoir une autonomie de deux jours.

Il est difficile de déterminer la cause de ces problèmes de batterie. La batterie de 3 700 mAh n’est en aucun cas petite, et bien que l’affichage à 90 Hz sur les OnePlus 7T, 7T Pro et 7 Pro ait affecté l’autonomie de la batterie, elle ne l’a pas affectée au point de celle du Pixel 4 XL. Ce dernier n’a même pas l’excuse d’un écran super brillant très énergivore.

Une journée passée à pousser le smartphone à ses limites, à prendre des centaines de photos, réaliser un peu de streaming sur YouTube, et une petite partie à utiliser les réseaux sociaux, l’a vu anéanti à 20 h d’autonomie.

De plus, il n’y a pas eu beaucoup d’améliorations au niveau de la recharge. Google continue à fournir un chargeur USB-C PD de 18 W dans la boîte, qui permettra de recharger le smartphone en un peu plus d’une heure. La charge sans fil a été améliorée, prenant désormais en charge les vitesses rapides (jusqu’à 11 W) sur n’importe quel tapis de charge compatible.

Pixel 4 XL : verdict

Les Pixel 4 et 4 XL sont des smartphones qui reflètent vraiment l’accent mis par Google sur « l’informatique ambiante », ou la technologie qui est là quand vous en avez besoin et s’efface quand ce n’est plus le cas. Cela commence avant même que vous ne teniez le smartphone, Soli attendant que vous l’atteigniez pour accélérer le temps de déverrouillage. Il est là pour vous, et Google Assistant est prêt à intervenir et vous aider si besoin.

En plus du logiciel, vous obtenez la fameuse performance de la caméra, qui est meilleure que jamais. Il y a l’écran à 90 Hz, de rapides performances et la qualité de fabrication haut de gamme. C’est évidemment un flagship.

Quels sont les inconvénients ? Eh bien, la plus évidente est le gros bord au-dessus de l’écran. Un inconvénient plus concret est le stockage de base limité à 64 Go. L’autonomie est généralement bonne, mais pas assez pour se démarquer de la concurrence. Et, la technologie Motion Sense est facile à utiliser, mais ses fonctionnalités sont actuellement limitées.

Le Pixel 4 est vendu 769 euros pour 64 Go de stockage interne, tandis que le Pixel 4 XL est vendu au prix de 899 euros, identique au prix de l’an dernier. Cela le place en concurrence directe avec les iPhone 11 ou 11 Pro, les Galaxy s10 et S10+ de Samsung, et le OnePlus 7T et 7T Pro.

Noter cet article

Design 8.5
Écran 9
Performances 8.5
Caméras 9
Autonomie 8.5
Logiciel 9

Résumé

8.8 Très bon Malgré l'appréciation de nombreuses parties de ce smartphone, à son prix actuel et dans son état actuel, le Pixel 4 XL pourrait avoir du mal à se trouver une place sur un marché hautement concurrentiel. Aussi bons que soient les caméras, le logiciel et le design, l'autonomie, la quantité de stockage et l'absence d'objectif ultra-large signifient qu'il existe de meilleures options sur le marché.

Mots-clé : GooglePixel 4Pixel 4 XL
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.