Fermer
Cloud

L’accord avec Microsoft a choqué l’équipe PlayStation de Sony

L'accord avec Microsoft a choqué l'équipe PlayStation de Sony

Microsoft et Sony ont dévoilé un partenariat surprenant la semaine dernière dans le cadre duquel les deux sociétés collaboreront au développement de futures solutions cloud pour les services de streaming de jeux et de contenu. Alors que les deux sociétés ont passé plus de 15 ans à se disputer sur les ventes PlayStation et Xbox, Sony s’appuie maintenant sur la vaste expérience de Microsoft dans le cloud pour dynamiser ses services de streaming existants et futurs. Et, Microsoft s’associe à un rival pour lutter contre des menaces beaucoup plus vastes.

Ce fut une grosse surprise pour les fans de Xbox et de PlayStation. Bloomberg rapporte que cet accord a même choqué l’équipe PlayStation de Sony, qui n’avait apparemment pas été informée des discussions. Les pourparlers entre les entreprises se poursuivent depuis l’année dernière, et Sony a commencé à montrer qu’elle était disposée à travailler avec Microsoft et d’autres partenaires.

L’annonce semble avoir été provoquée par une chose en particulier : la révélation par Google de son service de streaming de jeux, Stadia. Google envisage de tirer parti de sa très populaire plateforme YouTube pour permettre aux internautes de cliquer et instantanément jouer à des jeux dans leur navigateur ou sur leur smartphone.

Cette facilité d’utilisation et la domination de Google sur le Web ont clairement énervé Microsoft et Sony.

3 acteurs majeurs dans le cloud : un choix

Google, Microsoft et Amazon font partie des rares entreprises disposant d’une expérience dans le cloud et d’une puissance de serveur suffisante pour faire du jeu dans le cloud une réalité. La réduction du temps de latence sera la clé du processus, ce qui nécessite de disposer des serveurs proches des acteurs dans plusieurs villes du monde. C’est un investissement important que ces trois sociétés ont déjà commencé à faire, mais un investissement que Sony ne veut ou ne peut manifestement pas faire.

Sony a maintenant fait appel à Microsoft pour obtenir de l’aide, au lieu de concurrents comme Google ou Amazon. L’accord entre Sony et Microsoft aurait pu être simple : héberger les services de Sony sur Azure, la plateforme cloud de Microsoft. Mais, l’accord semble plus profond encore que cela. « Les deux sociétés exploreront le développement conjoint de futures solutions cloud dans Microsoft Azure afin de prendre en charge leurs services de jeu et de diffusion de contenu en continu », lit-on dans une déclaration de Microsoft.

Au lieu que Sony et Microsoft se disputent, comme ils le font depuis des décennies, un partenariat est en train de naître pour lutter contre Google Stadia et le service de streaming sur le cloud que Amazon s’apprête à lancer. Cela ne signifie pas qu’il n’y aura qu’un seul service de streaming cloud pour les jeux PlayStation et Xbox, mais que le matériel du serveur sous-jacent sera identique à l’avenir, afin de faciliter la tâche des développeurs pour la création de titres pour les deux services.

Un pari pour l’avenir

Sony et Microsoft jettent leurs propres bases pour cette bataille à venir. La manière dont ces deux géants du jeu collaborent pour l’avenir du jeu aura un impact majeur sur le paysage du streaming du jeu dans les mois et les années à venir. Aucune des deux sociétés ne veut risquer de devoir reverser ses revenus de jeux à une boutique concurrente.

Microsoft et Sony signalent maintenant au reste du secteur qu’ils ne sont pas disposés à renoncer à leur domination actuelle sur le jeu vidéo au profit de nouveaux venus comme Amazon ou Google, même si cela signifie travailler avec un rival de longue date.

Mots-clé : MicrosoftPlayStationSony
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.