close
Navigateurs Web

NON, Microsoft Edge ne va pas arriver avec un bloqueur de publicités

Il était plutôt décevant de constater que lors de la première keynote de la Build 2016, le navigateur Web de la firme, Microsoft Edge, n’avait pas été mentionné par le géant de Redmond. Cependant, Microsoft Edge a finalement obtenu une certaine attention lors d’une apparition dans une séance intitulée « Microsoft Edge : quel avenir pour le nouveau navigateur de Microsoft et Web Platform ». Et, ZDNet a réussi à capturer une diapositive de la présentation qui révèle la feuille de route du navigateur Microsoft Edge.

Le quatrième élément de cette liste est celui qui a excité tout le monde sur la toile : « la construction d’une fonctionnalité de blocage de publicités dans le navigateur ». Si l’on en croit la diapositive, cette fonctionnalité aurait été ciblée comme étant disponible pour la prochaine version de Microsoft Edge, et rendrait la nécessité pour la prochaine extension AdBlock plus qu’inutile. Et, il était supposé que le bloqueur de publicités et les extensions feraient leurs débuts dans la version Anniversary Update (Redstone 1) prévue pour cet été.

NON, Microsoft Edge ne va pas arriver avec un bloqueur de publicités

Malheureusement, pour ce qui est du bloqueur de publicités, ce ne sera pas le cas. Peu de temps après la publication de ZDNet, l’ingénieur de Microsoft Edge, Jacob Rossi, est allé sur Twitter pour démystifier celle-ci. « Nous ne construisons pas un bloqueur de publicités en natif au sein de Microsoft Edge, mais nous allons offrir un support aux bloqueurs de publicité tiers comme AdBlock et AdBlock Plus », dit-il.

En plus des extensions du navigateur, la diapositive de la Build 2016 révèle que Microsoft Edge va voir Bing Translator poussé dans le navigateur. Le géant de Redmond travaille également en permanence sur les problèmes de rendu des sites Web au sein du navigateur. L’entreprise travaille également pour faciliter la gestion et l’organisation des favoris dans la nouvelle version.

Une vision partagée par beaucoup

Jusqu’ici, le navigateur Web de Microsoft, Internet Explorer, utilisait les listes de protection contre le tracking pour protéger votre vie privée lorsque vous naviguez sur le Web. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs de choisir les sites tiers qui peuvent recevoir ou non leurs informations, et les suivre en ligne. Lors de l’ajout d’un site à cette liste, les utilisateurs bloquent le contenu qui peuvent compromettre leur vie privée, ainsi que les ennuyeuses publicités incluses.
Opera a quant à lui annoncé son bloqueur de publicités natif. Puisque le blocage des publicités a lieu au niveau du moteur, le processus est beaucoup plus rapide que lors de l’utilisation d’une extension du navigateur. Cette fonctionnalité est désactivée par défaut (car, après tout, l’Internet se développe sur les revenus publicitaires). Les utilisateurs ont simplement besoin de cliquer sur l’icône représentant un bouclier pour activer ou non le blocage des publicités pour un site dédié.
Apple a introduit la possibilité d’installer des extensions dans Safari avec la sortie d’iOS 9. Les développeurs tiers sont désormais autorisés à développer et vendre des plug-ins pour le navigateur mobile sur l’App Store. Ce fut un énorme changement de la part d’Apple.

Microsoft Edge

La suppression de la publicité dans l’expérience de navigation signifie un environnement potentiellement plus sûr, tout en consommant moins de données sur les appareils mobiles. Et bien sûr, les temps de chargement sont plus rapides. Bien que ne pas voir Microsoft Edge arriver avec un bloqueur de publicités puisse être un peu décevant pour certains, les bonnes nouvelles sont que les extensions pour le blocage de publicités arrivent. Nous allons probablement en entendre plus sur les extensions prochainement.

Tags : Build 2016EdgeMicrosoftWindows 10
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.