Fermer
ActualitésWeb

Mega s’améliore afin de supporter Bitcoin, et va s’élargir aux e-mails, chat, vidéo et mobiles

Il n’y a pas une semaine sans que l’on parle de Kim Dotcom, et plus particulièrement de son nouveau service de stockage, Mega. Celui-ci, lancé une année tout pile après la fermeture de Megaupload, permet d’offrir les mêmes services que son petit frère mais va encore plus loin.
Avec sa communication légendaire sur Twitter, Kim Dotcom sait comment exciter la planète Web. Samedi dernier, comme le souligne TNW, il a annoncé un support à Bitcoin à son service de stockage sur le cloud et a également envoyé un grand nombre de tweets, suggérant que Mega va devenir bien plus qu’un simple successeur de Megaupload.

Dès le début de sa série de tweets, Doctom a réaffirmé l’engagement de son entreprise sur la vie privée, tout en suggérant que Mega soit particulièrement bien placé en Nouvelle-Zélande pour protéger les données des utilisateurs. Il a aussi mentionné que Mega élargirait ses fonctionnalités, afin d’offrir un vrai service sécurisé pour nos mails, nos chats, nos vidéos, et les services mobiles “dans les années à venir”.

Si vous allez sur bitvoucher.co, vous verrez six façons de procéder à l’adhésion de Mega avec Bitcoin. Il y a trois options mensuelles et trois options annuelles :

Mega s'améliore afin de supporter Bitcoin, et va s'élargir aux e-mails, chat, vidéo et mobiles

Pour ceux qui ne connaissent pas, Bitcoin est une monnaie électronique décentralisée, et qui s’avère actuellement l’alternative la plus largement utilisée face aux formulaires de paiement classique. Bitcoin peut être utilisé pour payer certaines transactions en ligne et hors ligne.

Le support de Bitcoin par Mega prend tout son sens. En effet, la société de Doctom veut prendre ses distances avec les gouvernements autant que possible, et ce choix offre une méthode de paiement quasiment introuvable, ce qui en fait un excellent moyen de le faire.

Au-delà du stockage sur le cloud, Dotcom a mentionné que Mega n’est que le début de ses projets. Il y a une raison pour laquelle son entreprise pousse le vice très loin en ce qui concerne la sécurité : Dotcom veut apparemment offrir une variété de services qui s’appuient sur ​​le cryptage et d’autres fonctionnalités pour conserver les données des utilisateur à l’abri des regards indiscrets.

Arrivera t-il à déloger les milliers d’utilisateurs qui semblent parfaitement heureux avec Gmail, Hotmail ou Yahoo ? Concernant le chat, l’audio, et la vidéo la plupart se satisfont de Skype ou encore de Google+. Fait intéressant, Dotcom nomme expressément à la fois Gmail et Skype, ainsi que iCloud, comme des services qui n’offrent pas assez d’intimité car ils sont basés aux États-Unis, là où le gouvernement américain peut exiger l’accès aux données dans certaines circonstances.

Quant à l’angle “mobile”, il y a encore beaucoup à faire… Mega ne dispose pas actuellement d’une version mobile de son site, et ne dispose pas d’applications officielles mobiles. Qu’il s’agisse ou non d’applications pour Mega, il est évident que Dotcom doit s’empresser à les sortir.

Avec tout ceci à l’esprit, le principal enjeu pour Dotcom est clairement d’offrir un “service privé”, et selon ses tweets, la Nouvelle-Zélande pourrait bien être la terre d’accueil contre la protection de la vie privée des utilisateurs, contrairement au gouvernement américain.

Mots-clé : BitcoinKim DotcomMegasécurité
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.