Fermer
Apps

Apple pourrait enfin renoncer à ses restrictions par défaut sur les applications iOS

Apple pourrait enfin renoncer à ses restrictions par défaut sur les applications iOS

Selon Bloomberg, dans ce qui pourrait être le plus grand passage à iOS depuis l’abandon du skeuomorphisme, Apple envisage de laisser les utilisateurs définir des applications tierces par défaut de l’iPhone et de l’iPad, comme navigateurs Web et clients de messagerie.

Actuellement, alors que les utilisateurs d’iOS peuvent télécharger les applications de leur choix pour des choses comme la gestion de leurs e-mails et la navigation, les versions d’Apple sont fixées par défaut.

La société travaillerait également à permettre à des services musicaux tiers comme Spotify de fonctionner directement sur son enceinte connectée, le HomePod, évitant ainsi de devoir les diffuser en continu sur AirPlay à partir d’un dispositif Apple. Bien que les plans soient censés être à leurs débuts, Bloomberg indique que les changements pourraient arriver plus tard dans l’année avec iOS 14 et dans une mise à jour du micrologiciel du HomePod.

Cela contraste fortement avec la stratégie de Google avec Android, qui permet aux utilisateurs de choisir leur application par défaut et de faire en sorte que ce changement se répercute sur l’ensemble du système. Bien qu’elle soit naturellement frustrante pour certains propriétaires d’appareils, l’approche d’Apple a également fait l’objet d’une attention particulière en vue d’éventuelles actions antitrust.

En effet, la nouvelle arrive alors qu’Apple fait face à une surveillance antitrust croissante sur la façon dont elle gère ses plateformes. L’année dernière, l’UE s’apprêtait à lancer une enquête antitrust à la suite de la plainte de Spotify selon laquelle Apple poussait injustement les consommateurs vers son propre service de streaming musical. Aux États-Unis, l’entreprise Tile, spécialisée dans le suivi par Bluetooth, s’est récemment plainte, lors d’une audition antitrust organisée par le Congrès, qu’Apple avait abusivement réduit ses potentiels concurrents sur sa plateforme.

Se conformer à une surveillance antitrust

En plus des navigateurs Web et des clients de messagerie, Bloomberg a également signalé l’année dernière qu’Apple se préparait à autoriser par défaut son assistant vocal Siri à envoyer des messages depuis des applications de messagerie tierces ; ce qui signifie que vous n’auriez pas à les mentionner spécifiquement dans une commande vocale. Le rapport affirmait également qu’Apple étendrait plus tard cette fonctionnalité aux appels téléphoniques.

Selon Bloomberg, Apple fournit actuellement environ 38 applications avec l’iPhone et l’iPad. Celles-ci peuvent bénéficier d’un avantage minime, mais significatif en étant définies comme une application par défaut sur l’appareil, et installées sur des centaines de millions d’appareils iOS et iPadOS.

Apple a précédemment déclaré qu’elle incluait ces applications pour offrir à ses utilisateurs une « expérience exceptionnelle dès le départ » et a ajouté que ses propres applications avaient « de nombreux concurrents à succès ».

Mots-clé : AppleiOS
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.