Fermer
Navigateurs Web

La parodie de la RAM de Corsair pour Chrome est à la fois drôle et triste

La parodie de la RAM de Corsair pour Chrome est à la fois drôle et triste

Les utilisateurs de Windows se sont plus ou moins habitués à ce que Google Chrome consomme une grande partie de leur mémoire vive (RAM). Bien que cela devienne parfois un inconvénient majeur du navigateur, tout le monde ne cesse de l’utiliser.

Pour vous donner une idée de la popularité actuelle de Chrome, les données tierces fournies par le cabinet d’études de marché NetMarketShare indiquent que le navigateur détient une part de marché de 65 % sur le bureau.

L’une des entreprises qui savent certainement combien Chrome a toujours faim, principalement parce que la société produit la mémoire vive que le navigateur utilise pour se nourrir, Corsair, a décidé de se moquer de tout cela de manière à illustrer parfaitement ce qui pourrait arriver sur un ordinateur lorsqu’un processus consomme plus de ressources qu’il ne le devrait.

La vidéo que vous voyez ci-dessous est déjà devenue virale et sur Twitter elle a reçu plus de 54 000 retweets et plus de 105 000 likes.

La vidéo est devenue virale

Je ne vais pas fournir trop de détails sur la vidéo, car je ne veux pas vous gâcher votre plaisir. Et, vous pouvez la regarder ici même dans l’article. Quoi qu’il en soit, c’est une interprétation visuelle extrêmement précise de ce qui se produit lorsque Chrome est exécuté sur un PC sous Windows.

Pour le moment, au moment où j’écris ces lignes, Chrome utilise pas moins de 3,6 Go de RAM sur mon PC avec seulement 11 onglets ouverts. Et cela pourrait même être pire, comme beaucoup d’entre vous le savent certainement.

Pour le moment, vous ne pouvez pas faire grand-chose à propos de l’utilisation insensée de la mémoire de Chrome, mis à part le changement de navigateur. Mais étant donné le choix limité, nous ne pouvons que rire de la précision de cette vidéo de Corsair.

Mots-clé : ChromeCorsairGoogle
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.