Fermer
Mobile

Tout savoir sur Android ! Chiffres, analyses, …

Dans ce billet je vous présente une nouvelle infographie traitant d’Android. Vous en avez surement dû en entendre parler, ou sinon vous vivez sur une autre planète !
Android un système d’exploitation open source pour les smartphones, PDA et terminaux mobiles. Il a été conçu par Android, une start-up rachetée par Google en 2005. D’autres types d’appareils possédant ce système d’exploitation existent, par exemple des téléviseurs et des tablettes.

Dans la téléphonie mobile, la marque Apple, grâce à son iPhone, se distingue comme étant le numéro un en smartphones. Mais un challenger se présente face au géant : Android. Voyons voir grâce à cette infographie comment :

Infographie : Les chiffres sur l'Android

Un système Open Source qui évolue rapidement

Actuellement Android est le principal système Open Source dans les systèmes d’exploitations pour mobile. Il contient environ 12 millions de lignes de codes : 3 millions en XML, 2,8 millions en C, 2,1 millions en Java et enfin 1,75 millions en C++. Cette richesse de langages permet à tous les développeurs de participer au projet.
De plus, un audit du code d’Android mené par Coverity dévoile que l’OS fait largement mieux que la moyenne en matière de défauts. Avec 359 bogues recensés, le code reste globalement sécurisé, tiré vers le haut par un noyau Linux de qualité. Les développements spécifiques à Android sont quant à eux plus défectueux.

25 % des bogues sont classés très critiques par Coverity : 88 défauts favorisent principalement la corruption de mémoire, l’accès non autorisé à la mémoire, aux ressources. Bref des défauts susceptibles de provoquer des troubles sérieux en matière de sécurité, de menacer l’intégrité des données et de planter le système.
Android reste néanmoins nettement en dessous de la moyenne enregistrée par les autres projets Open Source, constate la société. Ainsi avec 0,47 défauts pour chaque 1000 lignes de code, le noyau Android affiche une densité de défauts inférieure à la moyenne (qui est de 1 défaut pour 1000 lignes de code).

Le rachat d’Android pour 50 millions de dollars en juillet 2005 annonce le lancement de l’OS qui s’est concrétisé en novembre 2007. L’année 2008 marque un tournant dans le développement d’Android : en août l’Android Market est annoncé et en octobre le projet Open Source est disponible pour le grand public. Depuis 2009, différentes versions de l’OS sont sorties : 1.5, 1.6, 2.0 et 2.2 en 2010. Récemment, juillet 2010, Google a annoncé l’outil App Inventor qui sera détaillé dans un prochain article.
Différentes versions d’Android se sont donc succédées, et voici actuellement l’état du marché :

  • Cupcake représente 9,7% des dispositifs actifs
  • Donut présent sur 16,7% des dispositifs actifs
  • Éclair représente 40,4% des dispositifs actifs
  • Froyo présent sur 33,4% des dispositifs actifs
  • Gingerbread sort seulement sur le marché
  • Honeycomb non développé pour le moment

Voila une petite vidéo en stop motion qui a pour but d’illustrer l’évolution d’Android depuis Android 1.5 alias Cupcake.

Marché des smartphones en 2010 et distribution de l’OS sur différentes plateformes

Le marché du smartphone est en plein essor, surtout depuis qu’Apple a lancé son iPhone premier du nom en 2007.
Actuellement, le détail du marché des smartphones est divisé ainsi :

  • 33% sur Android
  • 28% de BlackBerry
  • 22% d’IPhone
  • 14% par d’autres systèmes : Symbian, Windows Phone, etc…

Le consortium Open Handset Alliance a été créé le 5 novembre 2007 à l’initiative de Google qui a su fédérer autour de lui 34 compagnies. Son but est de favoriser l’innovation sur les dispositifs mobiles et d’améliorer l’expérience utilisateur des clients en réduisant considérablement le coût de développement et la distribution de dispositifs mobiles et des services.

Voici la liste non exhaustive des différentes compagnies :

  • Texas Instruments
  • HTC
  • Intel
  • LG
  • Google
Open Handset Alliance

Le groupe Open Handset Alliance regroupe des compagnies qui participent dans le développement de technologie mobile. Ce groupe est responsable du développement de la plateforme Android, une plateforme mobile libre. Pour ce faire, ce groupe encourage et même utilise la licence Apache pour leur développement d’applications mobiles. On peut remarquer sur leur site, les motivations du groupe à utiliser ce type de licence, qui s’appuie sur la philosophie du logiciel libre :

Why is an open platform good for consumers?
Consumers will see cheaper and more innovative mobile devices and services, which will inevitably feature more engaging, easier-to-use interfaces — as well as a rich portfolio of applications.

Why is an open platform good for software companies?
An open platform allows for simplified integration of software components into a complete mobile platform, and the lower acquisition cost of the mobile platform will increase the ability of handset manufacturers to invest in high value and differentiated software components.

Why is an open platform good for developers?
Developers will be able innovate rapidly because they will have comprehensive API access to handset capabilities that are web-ready. They will experience increased productivity because they will have comprehensive and easy-to-use developer tools. And because open source offers a deeper understanding of the underlying mobile platform, they can better optimize their applications. Finally, the distribution and commercialization of mobile apps will be less expensive and easier. [Open Handset Alliance]

Il restera à voir si ce groupe restera uni et que leurs objectifs resteront les mêmes…

60 différents appareils Android (pour la plupart des téléphones, mais il y a des tablettes, ebooks et les netbooks) fabriqués par 21 entreprises sont maintenant disponibles à travers le monde, dans 49 pays, via 59 opérateurs mobiles.

Différents types d'appareils utilisant Android

Étant déployés sur de nombreux appareils, vous êtes libre de choisir la marque et les caractéristiques du produit que vous souhaitez (taille d’écran, poids, etc). Côté logiciel, vous n’êtes pas rattaché à un logiciel propriétaire.
Cette liberté se retrouve également au niveau des accessoires, qui plus est, bénéficient de tarifs attractifs.
La connectique utilisée sur les appareils Android répond aux normes les plus courantes (USB, HDMI …), facilitant ainsi la connexion avec d’autres produits.

Les fabricants peuvent ajouter une sur-couche à Android afin de le personnaliser et de l’adapter à leurs produits.
Cela permet de profiter pleinement du matériel et d’orienter un produit pour une cible d’utilisateur bien précise. Par exemple, en facilitant l’accès aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter …) dès l’écran d’accueil d’un smartphone.
Ces sur-couches ont surtout été bénéfiques jusqu’à maintenant pour palier à des faiblesses de l’interface Android (version 1.6 sur le HTC Hero). Les nouvelles versions étant bien plus évoluées, la sur-couche réalisée par le fabricant ne s’impose plus forcement.

Les applications Android

Entre Décembre 2009 et Octobre 2010 le nombre d’applications sur l’Android Market a augmenté de 16 000 à 100 000. Il faut savoir qu’il aura fallut 3 mois pour passer de 70 000 à 100 000 et environ 7 mois pour le grand pas de 30 000 à 100 000. Cette augmentation importante montre l’activité de cette grande communauté.

Note : Pour comparaison en Janvier 2010, l’Apple Store comptait 140 000 applications.

Infographie : Les chiffres sur l'Android Market

Il y a un afflux toujours croissant de nouveaux jeux et applications pour la plateforme Android. Les développeurs doivent clairement croire en cet OS. Les parts de marché continuent d’augmenter

La croissance spectaculaire d’Android (628% d’augmentation sur un an) a également des impacts sur le monde du travail. C’est du moins ce que tend à prouver la dernière étude d’oDesk qui référence sur sa plateforme plus de 57000 emplois.

La compétence Android est devenue en un an la quarantième compétence la plus demandée (soit un gain de 70 places par rapport à sa position l’an dernier, ou de 5 places en un mois), ce qui se traduit par une augmentation de 710% des demandes sur un an. La compétence iPhone, elle, n’a pas bougé en un an et reste 23ème. (Pour ceux que ça intéresse les 5 premières compétences les plus demandées sont dans l’ordre PHP, HTML, Anglais, CSS et SEO).

Ci-dessous un graphique représentant l’évolution du nombre d’emplois Android référencés dans le site par mois :

Évolution du nombre d’emplois Android référencés dans le site par mois

Android dans le futur …

D’ici 2013, la croissance de l’OS signé Google atteindra 40% chaque année, soit la croissance la plus importante du marché. A cette vitesse, Android représentera alors près de 8 millions de terminaux en France.

La suprématie d’Apple est en passe d’être terminée. Dès 2011, il se vendra plus de smartphones Android que d’iPhone en France. Les estimations concernant le marché français évaluent à 10 millions le nombre de smartphones qui devraient trouver preneur l’année prochaine. Et, en 2012, le nombre de smartphones Android sera plus important que celui des iPhone en terme de parc installé.

Récemment Google a sorti une nouvelle version de Google Maps, permettant une gestion de l’affichage des bâtiments en 3D, une consultation hors-ligne des cartes. L’arrivée d’un moteur de rendu dynamique des cartes qui offrira une transition en douceur pour les zooms et vous pourrez commencer à voir les bâtiments en 3D lors d’un zoom.

Lors de la conférence Dive Into Mobile qui s’est déroulée il y a une quinzaine de jours, Andy Rubin, en charge du développement d’Android, a fait lors de sa keynote une démonstration de la future version d’Android (alias Honeycomb) sur une tablette Motorola.

Cette nouvelle version de l’OS optimisée pour les tablettes et les terminaux dotés d’un écran haute résolution serait finalement non pas la version 3.0 mais la version 2.4 et serait attendue pour le mois de février.

Note : Android 3.0 devrait quant à elle arriver plus tard et sera bel et bien une mise à jour majeure, qui justifiera le passage au chiffre 3, selon Google.

Google TV va également faire son apparition ! Mais c’est quoi au juste ? Google TV est avant tout un logiciel, reposant sur le système d’exploitation Android et sur Chrome, son navigateur Web.
Les constructeurs peuvent l’installer sur leurs télévisions, leurs lecteurs de salon ou sur des boîtiers dédiés que l’on branchera sur son poste TV. Ces appareils devront disposer d’une interface réseau (Ethernet ou Wifi) raccordée sur le point d’accès à Internet du foyer.

La Google TV sert principalement à surfer sur Internet depuis l’écran du salon : consulter des sites Web, accéder à des services de vidéo à la demande (VOD), piocher des vidéos sur les sites de partage, afficher un album photo stocké en ligne (sur Picasa, Flickr…) ou encore écouter de la musique.
Mais la fonction phare de Google TV sera la recherche. Vous voulez regardez le dernier épisode de Dexter ? Il suffit de saisir la requête dans le champ de recherche pour afficher la disponibilité du programme sur le Web (VOD notamment) mais aussi par l’intermédiaire des programmes télé. Google devrait en effet intégrer à son périmètre de recherche les guides de programmes numériques : TNT, bouquets payants sur satellite, chaînes ADSL…

Quel est l’intérêt de Google dans tout ça ? Déjà présents sur le Web, les téléphones mobiles et bientôt directement sur les ordinateurs avec Chrome OS (enfin peut-être…), Google ne pouvait pas laisser échapper la télévision qui constitue un nouveau débouché pour ses plates-formes de publicité.

Conclusion

L’avenir est prometteur pour Android, et Google compte bien s’implanter sur les ordinateurs, la télévision, avec comme exemple récent la Google TV. Un avenir prometteur donc pour le géant américain, qui nous dévoilera encore de nombreux projets dans les mois à venir…

Selon vous que va devenir le marché des smartphones ? Explosion d’Android ou d’iOS ? Google va t-il réussir à jouer sur tous les tableaux ?

Mots-clé : Androidapplicationsévolutiongoogle tvinfographiesmartphone
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.