Fermer
Périphériques

Le dernier ordinateur d’IBM est un CPU prêt pour le blockchain

Le dernier ordinateur d'IBM est un CPU prêt pour le blockchain

IBM a lancé sa conférence Think 2018 avec une annonce qui a fait du bruit : elle vient de concevoir le plus petit ordinateur du monde, qui a été conçu dès le départ pour fonctionner avec la blockchain. L’ordinateur lui-même est plus petit qu’un simple grain de sel, atteignant 1 x 1 millimètre, et aurait à peu près la même puissance de calcul qu’un processeur des années 1990.

« Le plus petit ordinateur au monde est une plateforme informatique conçue par IBM qui est plus petite qu’un grain de sel coûtera moins de dix cents à fabriquer, et peut surveiller, analyser, communiquer et même agir sur des données“, affirme IBM. « Il embarque plusieurs centaines de milliers de transistors dans une empreinte à peine visible à l’œil nu et peut aider à vérifier qu’un produit a été manipulé correctement tout au long de son long voyage ».

Aussi impressionnant que cela puisse paraître, pour sa taille, ce n’est pas le genre de puce que vous allez voir dans un appareil mobile de sitôt. En effet, c’est quelque chose de différent. Ces microscopiques processeurs sont conçus pour être jetables. En effet, ces derniers vont être apposés sur des produits en transit pour s’assurer qu’ils arrivent là où ils ont besoin d’aller, sans être falsifiés.

« Au cours des cinq prochaines années, les ancres cryptographiques seront intégrées dans des objets et des appareils de tous les jours », explique Arvind Krishna d’IBM. « Ils seront utilisés en tandem avec la technologie des registres distribués de blockchain pour assurer l’authenticité d’un objet depuis son point d’origine jusqu’à ce qu’il arrive dans les mains des clients ».

Une vaste utilisation dans un proche avenir

Essentiellement, ces processeurs seront intégrés dans des étiquettes ou des emballages de produits, et ils enregistreront chaque mouvement effectué par le produit, de l’expédition à la livraison. Ils pourraient également être utilisés pour assurer l’authenticité des produits de luxe.

« Ces technologies ouvrent la voie à de nouvelles solutions qui traitent de la sécurité alimentaire, de l’authenticité des composants fabriqués, des produits génétiquement modifiés, de l’identification des objets contrefaits et de la provenance des produits de luxe », poursuit Krishna.

Donc, il est juste de dire que la percée ici n’est pas seulement la taille de ces ordinateurs, c’est leur potentielle utilisation. Voyez-les comme des codes à barres sur des articles dans une épicerie. Mais au lieu de communiquer des informations sur les prix, ces processeurs pourraient vous dire tout sur le produit – où il a été fabriqué, par qui, et où il a été.

Mots-clé : blockchainCPUIBM
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.