close
ActualitésNavigateurs Web

Tendances des navigateurs pour Octobre 2011 : Chrome plafonne ?

Septembre a été un mois chargé pour les éditeurs de navigateurs Web. Mozilla a publié Firefox 7, Google a sorti la version 14 de son navigateur, Chrome, et Microsoft a sorti Windows 8 en y intégrant IE10.

Malgré cela, l’activité utilisatrice de septembre 2011 a été plus tranquille, êtes-vous encore en vacances ? 🙂 Sûrement pas, mais cela prouve juste que les utilisateurs semblent être relativement satisfaits de leur choix de navigateur et se soucient peu du changement. Cela n’est pas surprenant. Les cinq premiers navigateurs qui trônent le podium sont d’excellentes applications et avec très peu de différences fondamentales entre elles.

Les navigateurs de bureau

Voici donc les dernières statistiques de StatCounter :

Tendances des navigateurs pour Octobre 2011 : Chrome plafonne ?

NavigateurAoûtSeptembreChangementRelatif
IE 9.08.05%8.94%+0.89%+11.10%
IE 8.025.68%25.08%-0.60%-2.30%
IE 7.05.07%4.79%-0.28%-5.50%
IE 6.03.09%2.85%-0.24%-7.80%
Firefox 4.0+18.10%18.52%+0.42%+2.30%
Firefox 3.6-9.39%8.27%-1.12%-11.90%
Chrome23.17%23.65%+0.48%+2.10%
Safari5.18%5.60%+0.42%+8.10%
Opera1.67%1.70%+0.03%+1.80%
Others0.60%0.60%+0.00%+0.00%
IE (all)41.89%41.66%-0.23%-0.50%
Firefox (all)27.49%26.79%-0.70%-2.50%

L’image et le tableau récapitulatif ci-dessus montre les estimations des parts de marché pour les navigateurs de bureau. La colonne “changement” indique l’augmentation ou la diminution absolue de la part de marché. Quant-à la colonne “relative”, elle indique la variation proportionnelle, c’est-à-dire que par exemple 7,8% des utilisateurs d’IE6 ont abandonné le navigateur le mois dernier. Comme toujours, ces chiffres présentant les tendances générales sont à prendre avec des pincettes… Je vous conseille de lire l’article que j’avais rédigé sur Statcounter il y a quelque temps.

Selon le graphique, IE9 a été le navigateur le plus performant au mois de septembre. Il est disponible depuis six mois maintenant et sa part de marché n’a cessé de croître. Bien qu’il n’offre pas encore les meilleurs outils ou fonctionnalités que l’on pourrait attendre d’un navigateur aujourd’hui, il s’agit sans doute l’un des meilleurs navigateurs en terme de fonctionnalité qu’offre Microsoft. Étonnamment, IE10 représente 0,01% (inclus dans les chiffres d’IE9 dans le tableau).

Ainsi, la baisse globale d’IE a une nouvelle fois ralenti pour le deuxième mois d’affilé. Le navigateur perd encore des parts de marché, mais à un taux très faible. Microsoft a t-il enfin rendu une copie satisfaisante en terme de navigateur ? Peut-être…

En revanche, on ne peut pas dire la même chose pour Mozilla. En effet, Firefox est le grand perdant sur le mois de septembre et, bien que la croissance soit raisonnable pour les versions de 4 à 7, ce n’est pas vraiment comparable à ce que l’on a pu avoir pour les versions 1 à 3. Cela dit, Firefox 7 est prometteur notamment avec un problème de mémoire résolu, améliorant ainsi les performances du navigateur. Les promesses ne s’arrêtent pas là puisqu’il a même dépassé Chrome en tant que meilleur navigateur Web. Cependant, le processus de mise à niveau de cette nouvelle version a été pénible pour certains utilisateurs selon les différents articles que j’ai pu lire à droite et à gauche. La croissance de Firefox est sûrement liée à l’attente des développeurs pour tester les nouvelles fonctionnalités annoncées par Mozilla.

Safari lui a considérablement augmenté avec une variation de +8.10%. On pourrait expliquer cette hausse peut-être grâce aux ventes de Mac qui sont en hausse, ou tout simplement car les utilisateurs retournent sur le navigateur natif d’Apple ?

Opera a également montré une augmentation, certes modeste… Il semblerait qu’il ait une tendance un peu à fluctuer.

La plus grande surprise vient de Google Chrome. Bien qu’il ait encore augmenté de 0,48%, le navigateur connaissait jusque là une croissance d’environ 1% par mois et ce, pendant deux ans. Il est trop tôt pour prédire si la croissance est en train de plafonner, mais ce n’est pas étonnant… Chrome peut encore dépasser Firefox en décembre 2011 à moins qu’il ne soit victime d’une baisse par la montée en puissance de ces concurrents…

Rendez-vous le mois prochain pour en savoir plus…

Les navigateurs mobile

L’utilisation des navigateurs mobile a chuté, passant de 7,12% à 6,74% pour l’activité Web en septembre 2011. Les variations saisonnières en sont la cause probable ! Et oui, finis les vacances, tout le monde a repris le travail ou les bancs de l’école. L’utilisateur des terminaux mobiles a donc changé, laissant place à une plus grande fréquence sur les navigateurs de bureau.

Les navigateurs mobiles principaux sont :

  • Opera Mini/Mobile : 22.45% (hausse de 0.84%)
  • Android – 19.90% (hausse de 0.18%)
  • iPhone – 16.75 (hausse de 1.84%)
  • Nokia browser – 16.01% (baisse de 0.98%)
  • Blackberry – 11.64% (baisse de 1.13%)

Il va être intéressant de noter la vitesse à laquelle le navigateur d’Amazon, Silk, va grimper dans cette catégorie.

Conclusion

Bien sûr, il s’agit une nouvelle fois d’une tendance mondiale… Il est évident de vous faire votre propre avis avec vos propres statistiques, puisqu’on sait qu’en fonction du pays et même des régions on peut avoir de grosses variations.

Ainsi, si vous souhaitez développer votre site / application en fonction de telle ou telle navigateur je vous conseille tout de même de le tester avec un grand nombre de dispositif. Et puis, maintenant vous avez BrowserStack alors plus aucune excuse…

Même si vous avez une très grosse part de marché avec l’iPhone, ne négligez pas les autres navigateurs…

Confirmez-vous cette tendance avec votre ou vos site(s) ? Pensez-vous que Chrome a atteint son maximum ? Amazon Silk va-t-il être un sérieux concurrent pour les navigateurs mobiles ? Venez réagir…

Tags : chiffresChromeFirefoxIEnavigateur webtendances
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.