close
Smartwatches

Apple a vendu plus de la moitié des smartwatches « haut de gamme » au 3e trimestre 2022

[Unsplash]

Si vous aviez l’impression que certains des rapports sur le marché mondial des smartwatches publiés ces dernières années par les sociétés d’analyse les plus fiables au monde ne rendaient pas justice à l’écrasante domination d’Apple sur le secteur en comparant des appareils très différents, Counterpoint Research a un nouveau chiffre absolument stupéfiant à partager qui semble brosser un tableau plus clair et plus précis.

50,6 %. C’est le nombre de smartwatches « HLOS » expédiées entre juillet et septembre et portant l’emblématique logo à la pomme croquée. HLOS est l’abréviation de « high-level operating system » (système d’exploitation de haut niveau), qui exclut de l’équation les smartwatches les plus humbles et les moins chères afin de garantir des conditions de concurrence (relativement) équitables pour tous les grands fabricants de wearables.

En séparant cette catégorie d’appareils « HLOS » de la catégorie des smartwatches « basiques », Counterpoint oppose largement Apple à des marques comme Samsung, Huawei, Garmin, Fitbit et Fossil plutôt que d’ajouter des marques comme Xiaomi.

En tant que telle, l’incroyable suprématie des Apple Watch sur leurs rivaux directs et leurs alternatives de premier ordre est plus évidente que jamais, la part de marché combinée de tous lesdits rivaux étant incapable d’égaler les chiffres de vente du troisième trimestre 2022 des smartwatches les plus populaires.

Plus d’une smartwatch de « haut niveau » sur deux vendues dans le monde entre juillet et septembre provenait du géant technologique de Cupertino. Malgré son jeune âge, l’Apple Watch Series 8 est créditée d’une grande partie de ce succès. Les livraisons globales de smartwatches d’Apple ont fait un bond de près de 50 % par rapport au troisième trimestre de l’année dernière, même si, croyez-le ou non, la part de 50,6 % susmentionnée de la part de HLOS est apparemment légèrement inférieure à la part de 54 % du second trimestre 2022.

De manière assez remarquable, Samsung a réussi à améliorer à la fois ses expéditions de smartwatches de haut niveau et sa part de marché par rapport au deuxième trimestre de cette année, et sans surprise, cela était principalement dû à la sortie de nouveaux modèles également.

Bien sûr, les Galaxy Watch 5 et Watch 5 Pro sont loin d’avoir le succès dont le fabricant médaillé d’argent aurait besoin pour défier le champion du monde des poids lourds, mais Samsung accroît de manière impressionnante sa propre avance sur Amazfit, médaillé de bronze, Huawei, quatrième du classement, et Garmin, cinquième du classement final.

Un marché en forte croissance

Si l’on ajoute à l’équation les smartwatches de base qui exécutent une « version allégée » d’un système d’exploitation autre que Watch OS ou Wear OS, Huawei glisse de la quatrième à la cinquième place et une petite marque appelée Noise monte sur le podium général. Il s’agit d’une société basée en Inde que les habitants de l’hémisphère occidental ne connaissent peut-être pas du tout, bien qu’elle domine actuellement le marché « basique » mondial.

Les deuxième et troisième plus grands acteurs de cette division ne sont pas non plus très importants en dehors de l’Inde, ce qui souligne le rôle clé du pays dans la dernière croissance trimestrielle du marché des smartwatches dans son ensemble.

Oui, les livraisons totales de smartwatches ont augmenté d’un incroyable 30 % d’une année sur l’autre, et l’Inde se trouve être le plus grand marché de tous pour la première fois dans l’histoire, dépassant les États-Unis. Comme vous pouvez l’imaginer, cela représente un véritable défi pour des entreprises comme Samsung et Garmin, qui ne sont pas extrêmement populaires dans ce pays.

Tags : AppleApple WatchCounterpoint Research
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.