Fermer
Tests

Test de la Sonos Beam : une barre de son qui exploite l’intelligence d’Amazon

Sonos_Beam_2

Le lancement de la barre de son Sonos Beam est intervenu à un moment où les choses évoluent rapidement pour la populaire société américaine qui commercialise des systèmes hi-fi sans fil. Dans un passé pas si lointain, Sonos était satisfait de son pool de produits légèrement superficiel. La raison : elle était convaincue que les dispositifs qu’elle mettait sur le marché étaient conçus pour durer.

Sonos s’est éloigné du cycle de mise à niveau rapide favorisé par les autres sociétés de technologie, préférant affiner ses enceintes dont elle disposait grâce à de nombreuses améliorations logicielles. Elle n’a pas eu besoin de saturer un marché d’enceintes connectées.

Mais c’était avant qu’Amazon, Google et, dans une moindre mesure, Apple misent sur le marché de l’enceinte connectée. Comment ? En poussant leur système de reconnaissance vocale et la promotion de leurs enceintes en tant que passerelle vers la maison connectée.

Cela signifiait que Sonos devait réagir pour commencer à rivaliser avec les géants de l’industrie. Il existe actuellement quatre enceintes Sonos (la Sonos One avec Alexa, la Sonos Play:1, la Sonos Play:3 et la Sonos Play:5) et trois configurations audio pour le home cinéma (la Sonos PlayBar, la Sonos PlayBase et la nouvelle Sonos Beam). Cela représente sept produits, dont trois ont été publiés au cours de la dernière année.

La dernière, comme vous l’avez deviné, est la Sonos Beam, une barre de son relativement mince qui comble l’espace audio du home cinéma. C’est la taille réduite de Sonos en matière de connectivité TV. Et, c’est cette dernière que nous allons voir dans la suite de cet article.

Sonos Beam : conception

La taille du Sonos Beam est la clé. Il s’agit d’une barre de son qui se placera heureusement devant un téléviseur de 32 pouces ou de 40 pouces. Et, c’est clairement avec un téléviseur que je l’ai testé. Mesurant 650 x 100 x 68,5 mm, elle est beaucoup plus petite que sa grande sœur, la Sonos PlayBar. En fait, elle est 60 % plus petite, mais elle a ajouté la connectivité HDMI — ce qui faisait cruellement défaut à la Sonos PlayBar.

Il s’agit d’un élégant appareil, inspiré de la Sonos One et de la Sonos Play:5. Les commandes du haut sont sensibles au tactile et sont identiques à celles de la Sonos One. La configuration est simple : un carré de quatre points à gauche pour baisser le volume, le même à droite pour l’augmenter, et un bouton de lecture/pause au milieu. Au-dessus de cela, il y a la possibilité d’activer et de désactiver le microphone de l’enceinte.

Ce dernier va parfaitement servir pour parler à Alexa ou encore Siri, les deux assistants actuellement pris en charge par l’enceinte. Mais, Sonos promet également des fonctionnalités associées à Google Assistant.

Une enceinte qui a fière allure

En retournant l’appareil, vous allez retrouver que quelques ports. Il y a un port Ethernet, HDMI, alimentation et un bouton Wi-Fi. Les 43 000 trous percés à la main ne sont peut-être plus là — ce dont jouissait la PlayBase — mais c’est toujours un attrayant appareil. Au lieu d’une grille en métal, le tissu recouvre l’ouverture de l’enceinte.

La barre de son peut être placée dessous ou devant le téléviseur en fonction de votre configuration. Avec une profondeur de 100 mm, la plupart des téléviseurs se contenteront de la placer devant eux sans que cela empiète sur l’écran.

À l’intérieur du Sonos Beam, il y a quatre drivers, un tweeter central et trois radiateurs passifs qui s’ajoutent aux basses. Ces drivers fonctionnent ensemble pour aider l’enceinte à diffuser du son de qualité — entre celle diffusée par la Sonos Play:3 et la Sonos PlayBar. Les haut-parleurs à l’intérieur ont été spécialement conçus pour la barre de son, Sonos ne recycle pas d’anciens modèles.

Une excellente qualité sonore

La Sonos Beam est conçue pour trois canaux, mais elle peut presque utiliser ces canaux pour un véritable son surround grâce à la technologie Trueplay, une fonctionnalité logicielle qui calibre le son dans la pièce.

La magie se produit pendant la configuration lorsque l’enceinte vous demande d’utiliser votre tablette ou votre smartphone pour « scanner » la pièce (agitez essentiellement votre appareil pendant que l’enceinte joue une série de sons).

Lorsque la fonctionnalité « Trueplay » est activée, la pièce se remplit de son — il semble que cela fonctionne mieux avec quelque chose comme une barre de son, car le rayon est beaucoup plus grand. Si vous êtes un utilisateur Android, vous ne pourrez malheureusement pas profiter de cette option, car Trueplay est uniquement disponible sur les appareils iOS pour le moment.

Sonos Beam : configuration

La configuration du Sonos Beam est double. Si votre téléviseur a une entrée HDMI ARC (canal de retour audio, il y aura un symbole près de la fente HDMI), alors c’est un jeu d’enfant. Le port HDMI ARC permet à la Beam de synchroniser l’audio et l’image et de faire en sorte que tout fonctionne avec la télécommande de votre téléviseur en quelques minutes.

Cette dernière partie est très importante pour la Sonos Beam, car le périphérique n’a pas de télécommande. Comme avec tous les produits Sonos, l’idée est que vous utilisiez l’application Sonos pour contrôler le volume, lier des enceintes et autres. C’est bien, mais dans un scénario de home cinéma, vous aimeriez bien que le seul moyen de contrôler votre enceinte soit avec une télécommande. Et, c’est pourquoi Sonos a choisi la connectivité HDMI ARC.

Sans la connexion HDMI ARC, les choses deviennent un peu plus compliquées. Néanmoins, Sonos a fait preuve de diligence, et a ajouté une carte optique à la configuration. Branchez-le sur le câble HDMI fourni et vous pouvez utiliser la Beam par le port optique. Cependant, pour que cela fonctionne correctement, vous devez explorer les paramètres de l’application Sonos (et ceux de votre téléviseur).

Dans ma propre expérience, relier la Sonos Beam à ma Smart TV Samsung a été un véritable jeu d’enfant. Après l’avoir relié au port HDMI Arc, celle-ci a automatiquement reconnu la Beam comme un périphérique audio externe. Autrement dit, chaque fois que j’utilise la télé, l’audio est instantanément diffusé sur la Beam.

Pour donner à l’application Sonos un certain crédit, en plus des 60 services audio compatibles, elle offre un certain nombre d’options de home cinéma. Deux des plus utilisés sont situés juste au-dessus du curseur de volume. Il s’agit du son de nuit (qui supprime toutes les graves), et de l’amélioration de la voie. Depuis que j’utilise la Beam, la reconnaissance n’a fait que s’améliorer.

En creusant dans les paramètres de la pièce, il y a aussi une option d’égaliseur (avec des curseurs de graves et des aigus et un bouton Loudness) et divers autres paramètres.

Sonos Beam : contrôle vocal

Bien sûr, il y a une autre façon de contrôler la Sonos Beam. Une des grandes caractéristiques de la Beam est son intégration de Alexa, l’assistant vocal d’Amazon. C’est quelque chose qui a été vu pour la première fois sur la Sonos One, où cela fonctionne très bien. Mais l’utilisation d’Alexa pour contrôler une partie d’une télévision est une tout autre affaire. C’est néanmoins quelque chose qui devient de plus en plus courant.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Mais, tous ces produits sont basés sur Amazon, et vous aurez besoin d’une Amazon Fire TV ou d’une Fire TV Stick pour tirer le meilleur parti de la fonctionnalité vocale de la Sonos Beam. Si l’un d’eux est branché sur votre téléviseur, la Beam vous permet de rechercher sur Netflix et Amazon Prime, ce qui est amusant, même si l’expérience est un peu difficile.

Sans la technologie back-end d’Amazon, vous pouvez toujours utiliser les commandes vocales pour des choses comme le volume (« Alexa, augmente le volume de 30 %, etc.), de demander des stations de radio et mettre en pause ou lecture ce que vous êtes en train d’écouter. Vous pourrez également allumer et éteindre votre téléviseur avec Alexa si vous utilisez la connexion HDMI ARC.

Ce n’est pas révolutionnaire, mais cela s’avère assez pratique si vous êtes constamment en train de chercher votre télécommande. Du côté tactile, j’ai trouvé que l’utilisation des commandes tactiles sur le dessus de la Beam est intuitive, beaucoup plus que je le pensais.

Alexa c’est bien, mais…

Disposer du contrôle vocal Alexa est une excellente chose, mais cela vous enferme dans un écosystème. Heureusement, AirPlay 2 est également disponible sur la plateforme, offrant l’intégration de Siri. (Google Assistant arrive également sur la Sonos Beam, mais l’expérience n’est pas encore optimale selon Sonos).

Bien qu’il soit impossible de donner un avis sur le succès de l’expérience du triple assistant vocal de Sonos, savoir que Sonos envisage une telle intégration permet d’apprécier davantage la barre de son, rendant celle-ci aussi ouverte que possible. C’est un objectif admirable et ambitieux.

Cela dit, Siri sur Sonos est encore à ses débuts et, même si j’aime utiliser l’assistant sur Sonos, je suis impatient de voir comment ce partenariat évoluera avec le temps.

Sonos Beam : performances

Dans un environnement personnel, et avec le TruePlay configuré, les résultats sont assez impressionnants. Commencez par un moment atypique dans Star Wars : Le réveil de la force lors de la présentation de Rey. La Beam s’acquitte admirablement bien de la tâche. Elle est assez habile pour récupérer les détails les plus infimes qui définissent l’espace dans lequel se déroule l’action, et elle est assez sophistiquée pour les disperser dans toute la pièce.

Au cours des premières minutes d’un film de guerre, lorsque le son dévastateur des balles passa devant les jeunes soldats, la Beam réussit à produire un son très clair et percutant. Je l’ai couplé avec deux Sonos One en tant que haut-parleurs arrière (quelque chose de très simple à faire dans l’application) et l’effet surround était saisissant.

Il n’y a peut-être qu’un seul tweeter à l’intérieur du Beam, mais il est déterminé à faire sentir sa présence.

Les mêmes caractéristiques positives sont visibles lorsque la Beam est utilisée pour l’écoute de la musique. J’ai écouté de nombreux morceaux, allant du classique au rock, en passant par la pop et tout ce qui se situe entre les deux. Que vous appréciiez les rythmes puissants ou les inflexions étourdissantes des années 80, Sonos vous offre un son gros et concentré avec une oreille attentive pour les détails. Il y a beaucoup d’attaques quand c’est nécessaire, et le même dynamisme impressionnant qu’avec les musiques de film.

Malgré la configuration des haut-parleurs, la Beam fait un excellent travail d’unification du son sans le faire paraître confiné ou à petite échelle. C’est une écoute percutante, affirmée et raisonnablement posée. Mais la musique révèle certains problèmes avec la reproduction des basses du Beam qui ne sont pas si évidents lors de l’écoute de films. C’est peut-être son seul point faible.

Sonos Beam : verdict

Sonos a enfin réussi dans le secteur du home cinéma. La Sonos PlayBar était un bon début pour la société, mais son absence de port HDMI et son aspect industriel volumineux en faisaient un accessoire frustrant plutôt qu’essentiel. La Sonos PlayBase avait beaucoup de points forts, et la Beam reprend de nombreux traits de conception.

La Sonos Beam est une fantastique barre de son pour son prix (449 euros), qui tire pleinement parti de l’écosystème Sonos et qui est un plaisir à utiliser (et à configurer si votre téléviseur est équipé d’un port HDMI ARC). Son facteur de forme plus petit signifie qu’il s’agit d’un appareil qui se logera confortablement à côté d’un téléviseur de 32 pouces, mais qui aura assez d’empreintes pour ne pas être éclipsé par un téléviseur beaucoup plus grand.

La Sonos Beam n’offre pas de basses incroyables, mais cela ne manque pas. Le manque de support de la technologie Dolby Atmos pourrait décevoir, mais à ce niveau de prix, on aurait été surpris qu’elle soit incluse. Le contrôle vocal fonctionne parfaitement, et si vous avez adopté certains accessoires TV d’Amazon, cela vaut vraiment la peine d’essayer.

La Sonos Beam est une superbe barre de son, au son superbe. Bourré d’innovations à un prix alléchant, j’ai hâte de voir son intégration avec Google Assistant.

Noter cet article

Design 9
Fonctionnalités 9
Connectivité 8
Son 7.5
Prix 8

Résumé

8.3 Très bon Si vous avez été tenté par Sonos, mais que vous ne savez pas par où commencer, la Beam est faite pour vous. Il s’agit non seulement d’une enceinte relativement abordable et solide, mais également d’une puissante barre de son et doté de l'assistant Alexa. Pour les cinéphiles sérieux, vous pouvez envisager la Playbase ou la Playbar en fonction de vos besoins. Quoi qu'il en soit, la Beam montre que Sonos ne pense pas que la musique et qu’elle peut s’intégrer à tous les aspects de la maison moderne.

Mots-clé : BeamSonos
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J'ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu'architecte interopérabilité.
Lire les articles précédents :
Adobe Premiere Rush : une version mobile de Premiere conçue pour mobile

Oubliez les 160 caractères. Les GIF et les vidéos sont la nouveauté des Interwebs. Cependant, les créer n’est pas chose facile, sauf...

Fermer