Fermer
OS

Le mode de conduite « Ne pas déranger » d’Android va s’améliorer en 2018

Google va débloquer le mode « Ne pas déranger » d’Android pour les développeurs, poussant ainsi la sécurité routière en réduisant la potentielle distraction des smartphones,

Google va débloquer le mode « Ne pas déranger » sur Android pour les développeurs, poussant ainsi la sécurité routière en réduisant la potentielle distraction des smartphones, comme sur le Pixel 2. En effet, la société a ajouté le nouveau mode avec ses Pixel 2 et Pixel 2 XL. Une fois allumé, il promet d’identifier automatiquement quand les utilisateurs sont en train de conduire, réduisant ainsi le nombre d’alertes et de notifications qu’ils reçoivent pendant cette période.

L’un des inconvénients sur la traditionnelle façon de recommander aux gens de mettre leur smartphone en mode silencieux avant de commencer à conduire est que, franchement, ce n’est jamais fait. Que ce soit parce que la personne derrière le volant ne veut pas être tenue à l’écart des derniers potins, notamment sur les réseaux sociaux, ou simplement parce qu’elle oublie de le faire. Néanmoins, le résultat final est le même. Dès qu’un bip tentant en tant que nouveau message ou alerte arrive, l’envie de prendre le smartphone et de vérifier ce qui s’est passé est si grande…

« Ne pas déranger » dans Android est plus complexe que cela. Bien que l’utilisateur du smartphone doive initialement l’activer — par un simple bouton de bascule, après ce réglage, le système choisit automatiquement quand elle peut activer ou désactiver la fonctionnalité. Pour cela, la fonctionnalité utilise « Activity Recognition », un système basé sur l’intelligence artificielle qui suit les retours de mouvement de divers capteurs dans le Android Sensor Hub, parmi lesquels on retrouve le Bluetooth ou encore le WiFi, pour différencier les différents types de voyages. Si le smartphone décide que vous conduisez, les messages entrants et les notifications seront automatiquement ignorés. Cependant, les appels entrants sont autorisés à être reçus, tout comme les instructions de navigation et les interactions vocales faites à travers le système audio connecté à la voiture en Bluetooth.

Une API pour tous les développeurs

« Le produit est conçu pour limiter les distractions pendant la conduite », expliquent Marc Stogaitis et Tajinder Gadh, les ingénieurs logiciels de l’équipe Android de Google, « tout en ne gênant pas les utilisateurs pour continuer à utiliser la navigation ou d’autres applications analogues, avec un minimum de distraction ».

Le « Ne pas déranger » va se doter d’une API sur Android pour réduire les distractions

Cependant, nous pourrions voir une plus grande interaction dans le futur. Au début de l’année 2018, les développeurs indiquent qu’il y aura une nouvelle API pour les développeurs tiers et les fabricants d’appareils. Baptisée Activity Recognition Transition API, il s’agit là de la même technologie qui alimente le mode « Ne pas déranger » sur Android, mais qui est ouverte aux autres.

Google n’est pas le seul à essayer de rendre les smartphones moins distrayants sur la route. Avec iOS 11, Apple a ajouté une option « Ne pas déranger » pour la conduite, en s’appuyant à la fois sur les capteurs, mais également sur le fait que l’iPhone se connecte à un système Bluetooth de voiture, pour indiquer quand il doit être activé. Lorsqu’il est activé, l’iPhone répond automatiquement aux messages entrants en leur notifiant que vous conduisez, sans les ignorer, tandis que seuls les appels provenant des favoris (ou ceux qui sonnent deux fois en succession rapide) sont autorisés par le filtre.

Vous l’avez compris, votre sécurité, et celle des autres, sur la route passe nécessairement par l’élimination de toute distraction. Le smartphone en est clairement une.

Mots-clé : AndroidPixel 2
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.