Fermer
Tests

Test du HP Pavilion 14 Chromebook, un dispositif sous Chrome OS très performant

Le HP Pavilion 14 Chromebook est un peu différent de ce que nous avions jusque-là de disponible concernant les Chromebooks. En effet, le système d’exploitation portable, Google Chrome OS, qui doit être nécessairement connecté via le Wi-Fi pour disposer des fonctionnalités de cloud computing – bénéficie d’une taille d’écran de 14 pouces, ce qui en fait le plus grand Chromebook aujourd’hui sur le marché.

Si les Chromebooks sont depuis plusieurs années maintenant disponibles à l’achat, et alors que certains bons ordinateurs portables ont intégré le système d’exploitation de Google, aucun d’entre eux se sont transformés en un succès grand public. Les Chromebooks ont toujours été des ordinateurs portables pour les geeks qui sont déjà enclin à utiliser abondamment l’écosystème de Google et pas pour les utilisateurs qui ne comprennent pas pourquoi Google Docs est désormais nommé Google Drive.

Alors que j’ai pu mettre la main sur divers Chromebook, à commencer par le Samsung Chromebook. La chose est que j’ai toujours pensé que ces machines à faible coût, manquait souvent de quelque chose : la somme de chaque élément n’offrait malheureusement pas une expérience assez convaincante par rapport à un ordinateur portable classique. Avec cela à l’esprit, le HP Pavilion 14 Chromebook arrive sur le marché avec quelque chose de nouveau, qui pourrait faire pencher la bascule du bon côté pour les Chromebooks.

L’accent mis sur les geeks se traduit par de petits dispositifs, typiquement avec un écran de 11,6 pouces ou 12,1 pouces, mais la plupart des consommateurs préfèrent un écran plus grand. HP a finalement comblé l’écart avec son Pavillon 14, qui, oh surprise, offre donc un écran de 14 pouces, qui s’avère 35 % plus grand que la plupart des Chromebooks actuellement sur le marché. Sinon, le dispositif est très similaire à ceux existants vendus par Acer et Samsung.

Pour un prix de 299€, ce HP Pavilion 14 Chromebook ne peut malheureusement pas être boosté à votre guise, quitte à payer plus cher. Le seul accessoire supplémentaire qui peut accompagner votre Chromebook, est une batterie supplémentaire permettant d’augmenter les performances d’autonomie de votre ordinateur. Si tout semble au feu vert pour ce chromebook, est-ce vraiment une alternative aux dispositifs sous Windows ?

HP Pavilion 14 Chromebook : le célèbre “Unboxing”

HP Pavilion 14 Chromebook : Caractéristiques

Avant de commencer à vous présenter le produit, voici les caractéristiques du Pavilion 14 Chromebook :

  • Système d’exploitation : Google Chrome
  • Processeur : Intel Celeron 847 avec carte graphique Intel HD (1,1 GHz, 2 Mo de mémoire cache, 2 cœurs)
  • Mémoire : 4 Go DDR3
  • Stockage : 16 Go de SSD
  • Écran : 14 pouces HD BrightView LED à rétroéclairage d’une diagonale de 35,5 cm (1366 x 768)
  • Caméra frontale : Webcam HD HP TrueVision avec microphone numérique intégré
  • Connectivité : LAN Ethernet, 802.11a/b/g/n, Bluetooth, 1 port HDMI, 1 port combiné sortie casque/entrée micro, 3 ports USB 2.0, lecteur de cartes multimédia numérique multi-format pour carte MultiMediaCard (MMC) et SD

Note : Vous pouvez découvrir davantage de photos depuis la galerie Google+

Noir et basique

Compte tenu du prix, ne vous attendez pas à voir un dispositif de très haut de gamme. Et vous auriez raison. Alors que le revêtement métallique est commun, même sur les ordinateurs portables abordables, mais HP ne semble pas avoir voulu miser dessus pour son dispositif. Si HP tente de nous amadouer que ce soit à l’intérieur et à l’extérieur avec un subtil jeux de paillettes et une finition d’une peinture métallique, qui brille beaucoup au soleil, le faible prix de ce Chromebook se ressent dans sa conception puisque ce dernier est tout en plastique, qui ne manque pas de m’interpeler dès le premier contact.

Coque en plastique constitue ce Pavillon 14 de HP

Cela dit, fonctionnellement la construction de ce Chromebook est tout à fait satisfaisante ! Le châssis est solide, les charnières de l’écran semblent très résistantes et permettent de le maintenir correctement fermé, et aucune surface semble fragile ni trop légère. Ceci est juste un ordinateur portable simple, peu coûteux. Et il n’y a rien de mal à cela.

Coque de l'écran légèrement bombée

L’épaisseur atteint un maximum de 2,1 cm, ce qui est notamment du à un écran légèrement bombé, rendant l’ordinateur portable plus mince que les spécifications l’indiquent lorsque celui-ci est ouvert. Malgré son profil mince, HP a réussi à caser trois ports USB 2.0, un port HDMI, un port Ethernet et un lecteur de carte multimédia numérique multi-format pour carte MultiMediaCard (MMC) et SD. Si ces ports n’ont rien d’extraordinaires, ils sont tout de même très intéressants pour un Chromebook.

Vue de droite
Vue de gauche
Vue de dessous

Le plaisir du dactylo

Le grand écran de ce Pavillon 14 offre beaucoup de place pour le clavier, et HP a fait bon usage de l’espace offert. Les touches sont suffisamment grandes et bien séparées, permettant ainsi de pouvoir rapidement taper du texte sans crainte de ripper sur une autre. Même les touches de fonction sont faciles à utiliser. J’aurais bien sûr aimé davantage de touches menant vers des fonctionnalités clés de l’OS, mais rabâcher sans cesse le couteau dans la plaie semble injuste étant donné le prix, ce clavier arrivant tout de même à égalité avec certains ultrabooks qui coûtent deux à trois fois plus chers. Bien entendu, le rétro-éclairage n’est pas disponible sur ce modèle.

Le clavier est très agréable
Les gestes multi-touch offerts par Chrome OS fonctionnent parfaitement bien

La navigation est facilité grâce à un excellent touchpad qui offre beaucoup d’espace, avec deux boutons tactiles imitant ceux de la souris. Les gestes multi-touch offerts par Chrome OS fonctionnent parfaitement bien, ce qui permet de faciliter le défilement multi-touch, à la fois dans le navigateur et les applications – ce qui s’avère essentiel puisque je vous le rappelle mais Chrome OS est uniquement un OS “Web”.

Quelques lacunes pour les médias

S’il est difficile de réellement s’appuyer sur des outils permettant d’en savoir un peu plus sur l’écran, et notamment le comparer avec la concurrence, puisque ces derniers ne fonctionnent pas avec Chrome OS, je dois compter sur des impressions subjectives. En dépit de son écran brillant, mes yeux ont jugés le dispositif comme raisonnablement clair et utilisable dans une pièce ensoleillée – mais pas à l’extérieur.

La qualité d'image ne m'a pas vraiment impressionné

Cependant, la qualité d’image ne m’a pas vraiment impressionné. L’affichage à faible contraste tend à priver certaines scènes sombres et lumineuses de détails, ce qui rend l’expérience plutôt “incolore”. Les angles de visions sont trop étroits, en particulier sur l’axe vertical, ayant pour conséquence que les utilisateurs qui ne sont pas dans l’axe de l’écran ne verront pas l’image avec la même qualité.

Pour l’audio, l’expérience est relativement meilleure. Il n’y a pas de basse à proprement parler, et le volume maximal est loin d’être assourdissant, mais les enceintes offrent un son audible tout au long de l’augmentation du volume et souffrent seulement d’une minime distorsion lorsqu’il y a trop de basse dans une piste.

Chrome OS est élégant, mais des fonctionnalités sont manquantes

Google Chrome OS rafraîchi l’année dernière, les Chromebooks sont aujourd’hui plus faciles à utiliser pour les gens qui font le saut de Windows sur cet OS 100% connecté. Alors que le navigateur reste le portail de l’ordinateur portable pour tout, une barre des tâches à portée de main peut être utilisée pour basculer entre les applications Web, et plusieurs fenêtres du navigateur peuvent être ouvertes sur le bureau. Surfer sur le Web sur Chrome OS est une expérience presque identique à ce que l’on retrouve sur le navigateur Chrome sur un PC Windows.

Chrome OS est vraiment intéressant pour les amateurs du Web

L’utilisation du mode hors ligne est aujourd’hui moins pénible qu’autrefois, puisque Google a rendu certaines fonctionnalités à être accessibles lorsque l’utilisateur ne pouvait disposer d’une connexion Internet. Une fois la configuration appropriée, les utilisateurs peuvent éditer des documents dans Google Docs, tout cela en étant hors ligne, et gérer les e-mails enregistrés dans leur boîte de réception Gmail. Les modifications apportées en mode hors ligne seront automatiquement synchronisées avec les serveurs de Google dès qu’une connexion Internet est rétablie.

Chrome OS est vraiment intéressant pour les amateurs du Web

Aussi intéressantes qu’elles soient, il n’y a vraiment rien de nouveau, et Chrome OS manque encore cruellement de presque toutes les autres fonctionnalités possibles et imaginables. Les notions de base comme le contrôle parental, la gestion avancée de l’alimentation et les outils d’accessibilité sont toujours portées disparues, ce qui signifie que le système d’exploitation est à la traine non seulement par rapport à Windows, mais aussi Android et iOS. Une nouvelle mise à jour est prévue très prochainement, mais les fonctionnalités qu’elle va ajouter, comme un « mode immersif » pour une navigation en plein écran, ne contribuent à ce que Chrome OS rattrape ses pairs.

Pensez à votre chargeur …

HP expédie ce Chromebook avec une batterie assez mince évaluée à 37 Wh. Ce n’est pas beaucoup pour un dispositif de 14 pouces, même un avec un processeur Celeron, et cela conduit inévitablement à des problèmes d’autonomie. En laissant tourner Peacekeeper, un test de performance des navigateurs Web édité par FutureMark, celui-ci a vidé le système en seulement 2 heures et 50 minutes, tandis qu’être constamment sur Google Docs avec une luminosité au maximum m’a permis de rester à travailler un peu moins de quatre heures. Ces résultats sont inférieurs à la moyenne d’un ordinateur portable grand public.

La batterie pourra s'avérer bien faible pour une utilisation courante du Chromebook
La batterie pourra s'avérer bien faible pour une utilisation courante du Chromebook

Les utilisateurs soucieux de la puissance seront heureux de connaître l’énergie que demande le Pavilion 14. Au ralenti, il utilise environ 9 watts avec l’écran à la luminosité maximale, tandis que la charge augmente ce chiffre à seulement 17 watts. Ce sont les chiffres les plus bas que j’ai pu enregistrer sur un ordinateur portable avec un écran de 14 pouces (ou plus).

Assez rapide, surtout

Le Pavillon 14 dispose d’un processeur Intel Celeron 847 cadencé à 1.1 GHz. Bien que n’étant pas comparable à la marque “Core”, ce processeur est construit sur l’architecture Sandy Bridge que l’on retrouve sur tous les processeurs Core de 2ème génération. 2 Go de RAM DDR3 et un SSD de 16 Go complètent le matériel de l’ordinateur portable.

Le Pavillon 14 dispose d'un processeur Intel Celeron 847 cadencé à 1.1 GHz

Bien que les spécifications n’impressionnent pas sur le papier, la magie de Chrome OS, est sa surprenante vitesse à exécuter les informations. La différence entre le Pavillon 14 et un dispositif beaucoup plus puissant en terme de performance peut être difficile à remarquer. Même du streaming vidéo en 720p offrant une expérience sans faille dans la plupart des situations, même si j’ai remarqué qu’il commençait à “légèrement bugger” alors que j’avais 5 ou 6 fenêtres ouvertes en arrière plan.

Les jeux sont une autre affaire. Le processeur vieillissement est assez rapide, mais est accablé par un processeur graphique Intel HD qui est beaucoup plus lent que ceux trouvés dans les processeurs Core d’aujourd’hui. Autrement dit, vouloir jouer à des jeux 3D peut être un véritable calvaire, et même sur des jeux 2D dans certains cas.

Vraiment discret

Vous pourriez penser qu’il est éteint du fait de son remarquable silence, mais ce Chromebook dispose bel et bien d’un ventilateur. Le bruit ne peut être entendu même dans une salle absolument silencieuse, ce qui a tout à fait remarquable.

Et, je ne pense pas que le silence mène à une chaleur excessive. Je n’ai jamais enregistré une température extérieure au-dessus de 33°C, et le dispositif était à peine tiède au toucher lors d’une utilisation intensive.

Ce que j’en pense

Plus :

  • Un design attractif et bien construit
  • Clavier spacieux et un touchpad de qualité
  • Rapide et silencieux

Moins :

  • Une autonomie de la batterie relativement faible
  • Chrome OS ne dispose pas des fonctionnalités attendues
  • Très mauvaises performances dans le jeu
  • Des ordinateurs portables Windows 8 similaires ne sont pas beaucoup plus cher

Conclusion

Le HP Pavilion 14 Chromebook n’est pas une révélation. En revanche, il pourrait servir de pilier pour lancer l’industrie des Chromebooks. Un grand clavier, un processeur raisonnable, et un faible prix sont la combinaison parfaite pour faire un système à faible coût très attrayant que n’importe qui peut s’approprier et utiliser pour la plupart des tâches informatiques. L’autonomie de la batterie n’est que la déception du système, mais sachez qu’une batterie bien plus endurante est disponible à l’achat !

Pourtant, la tentative de ce dispositif d’arriver sur un marché déjà bien établi est, ironiquement, ce qui va peut-être ralentir son expansion. Les Chromebooks plus petits occupent un créneau laissé vide par la mort du netbook, mais les boutiques sont remplies par des hordes de dispositifs 14 pouces – et les ordinateurs portables de 15 pouces qui sont vendus entre 300€ et 400€. Alors que les concurrents arrivent avec Windows 8 pour quelques dizaines d’euros de plus, les consommateurs se tourneront-ils vers un système qu’ils ne connaissent pas ?

Cela ne veut pas dire que le Pavillon 14 n’a pas d’avenir, mais je pense que la plupart des consommateurs se trouveront mieux servis par les ordinateurs portables vendus avec Windows pour un peu plus, car ces systèmes sont tout aussi puissants et disposent de fonctionnalités que Chrome OS ne peut pour le moment offrir.

Mots-clé : Chrome OSChromebookHPPavilion 14test
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.