close
Technologies

La mission DART de la NASA a modifié avec succès l’orbite d’un astéroïde

La mission DART de la NASA a modifié avec succès l'orbite d'un astéroïde

Les résultats de l’ambitieuse mission planétaire DART de la NASA sont tombés, et ils sont en effet très bons. Dans une annonce historique faite ce mardi, l’agence spatiale a confirmé que, pour la première fois, l’humanité a réussi à modifier l’orbite d’un corps planétaire, ce qui suggère que nous avons désormais un moyen de nous protéger contre les dangereux astéroïdes qui viennent vers nous.

La NASA et ses partenaires internationaux ont réalisé cet exploit lors d’une mission d’essai le mois dernier, au cours de laquelle le vaisseau spatial DART (Double Asteroid Redirection Test), de la taille d’un réfrigérateur, a percuté l’astéroïde Dimorphos, large de 160 mètres, à une vitesse de 22 530 km/h, pour voir si la force de l’impact pouvait modifier la trajectoire de l’inoffensif caillou spatial. Le moment de l’impact, qui a eu lieu à des millions de kilomètres de la Terre, a été diffusé presque en temps réel.

Dimorphos est en orbite autour de l’astéroïde Didymos, plus grand, et depuis l’impact du 26 septembre, les télescopes au sol recueillent des données pour déterminer si le crash a eu un effet sur l’orbite de l’astéroïde autour de Didymos.

L’équipe d’enquête a déclaré pouvoir confirmer que l’impact du vaisseau spatial a modifié l’orbite de Dimorphos autour de Didymos de 32 minutes, raccourcissant l’orbite de 11 heures et 55 minutes à 11 heures et 23 minutes, ce qui pourrait sauver l’humanité du type d’impact cataclysmique qui aurait éliminé les dinosaures. Selon la NASA, cette mesure présente une marge d’incertitude d’environ plus ou moins 2 minutes.

Avant l’impact, la NASA avait défini un changement de période d’orbite minimum réussi de Dimorphos comme étant de 73 secondes ou plus, les premières données montrant que DART a dépassé ce repère minimum.

Le fait de gagner une trentaine de minutes sur l’orbite d’un astéroïde est une victoire massive pour la mission, qui aurait considéré comme un succès même un changement de 73 secondes. Les chercheurs pensent que l’une des raisons de ce grand changement d’orbite est que l’impact a déplacé des tonnes de matériaux, créant ainsi un panache de débris à l’aspect spectaculaire. Ce « recul » a donné une impulsion supplémentaire à l’impact, selon la NASA.

Protéger la planète !

Il y a encore beaucoup de choses à propos de l’impact que les scientifiques mettront du temps à comprendre. Ils se pencheront sur de nombreuses autres observations pour répondre à des questions telles que : L’orbite a-t-elle une nouvelle forme ? Est-ce que Dimorphos oscille ? Combien de débris se sont détachés de l’astéroïde ? Une fois qu’ils disposeront de ces informations, la modélisation sera encore plus intense.

« Nous avons tous la responsabilité de protéger notre planète natale, après tout, c’est la seule que nous ayons », a déclaré Bill Nelson, responsable de la NASA, en réponse à la nouvelle du succès de la DART. « Cette mission montre que la NASA essaie d’être prête pour tout ce que l’univers nous envoie. La NASA a prouvé que nous sommes sérieux en tant que défenseur de la planète. C’est un moment décisif pour la défense planétaire et pour toute l’humanité, qui démontre l’engagement de l’équipe exceptionnelle de la NASA et de ses partenaires du monde entier ».

Le laboratoire de physique appliquée Johns Hopkins, basé dans le Maryland, a construit et exploité le vaisseau spatial DART et gère la mission DART pour le bureau de coordination de la défense planétaire de la NASA en tant que projet du bureau du programme des missions planétaires de l’agence. L’équipe de la mission continuera d’étudier l’astéroïde Dimorphos afin de bien comprendre ce premier test de défense planétaire impliquant la déviation d’un astéroïde.

Tags : DartDidymosDimorphosNASA
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.