Fermer
Google

Le ministère américain de la justice intente un procès antitrust contre Google

Le ministère américain de la justice intente un procès antitrust contre Google

C’est enfin arrivé. Après avoir fait l’objet d’enquêtes répétées sur de prétendues pratiques commerciales anticoncurrentielles, Google a finalement été frappé par un procès antitrust officiel.

Le ministère américain de la Justice a déposé mardi une plainte antitrust contre le géant technologique Google. Il prétend que Google abuse de sa position dominante dans le secteur de la recherche et a utilisé sa position pour minimiser ses concurrents. L’action en justice intentée devant le tribunal du District de Columbia détaille les moyens utilisés par Google pour rester en tête dans le domaine de la recherche.

Selon la plainte, Google a signé des accords exclusifs qui évitent la préinstallation de moteurs de recherche concurrents sur les appareils. L’action en justice prétend également que l’entreprise préinstalle de force les applications de recherche de Google dans les appareils mobiles et les rend inamovibles.

Notamment, le procès mentionne la façon dont Google paie Apple pour qu’il reste le moteur de recherche par défaut sur le navigateur Safari, l’assistant vocal Siri et la recherche Spotlight. En conséquence, Google verse environ 12 milliards de dollars chaque année à Apple, ce qui représente près de 20 % du revenu net de l’entreprise. Il cite également un document de Google qui dit que « Google considère la perspective de perdre le statut par défaut sur les appareils Apple comme un scénario de “code rouge” ».

Google, en réponse, déclare que le procès est « profondément défectueux ». Dans un article de blog, la société cite le PDG d’Apple, Tim Cook, qui affirme que Apple utilise Google Recherche dans Safari parce que c’est « le meilleur ». Google décrit également comment même Mozilla Firefox est finalement revenu à utiliser Google plutôt que Yahoo pour améliorer la qualité de la recherche dans son navigateur.

Des accords « logiques »

Le géant de la recherche a également fait valoir que les entreprises passent régulièrement des accords avec les propriétaires de boutiques pour placer leurs produits dans des endroits bien en vue. De même, Google et d’autres développeurs d’applications concluent des accords commerciaux avec les fabricants de smartphones et les opérateurs pour mettre leurs applications et leurs services en avant. C’est ainsi que fonctionnent les affaires physiques et Google implique que les biens numériques ne devraient pas être différents.

Sur les appareils Apple, par exemple, Google n’est pas le seul moteur de recherche, même si c’est le moteur par défaut, et Yahoo et Bing paient également pour être mis en avant et être à portée de main. Sur Windows, en revanche, Microsoft ne propose aucun produit ou service Google par défaut et utilise son propre navigateur Edge et son moteur de recherche Bing.

Encore des zones floues

« Ce procès ne ferait rien pour aider les consommateurs. Les gens utilisent Google parce qu’ils le souhaitent, et non parce qu’ils y sont obligés ou parce qu’ils ne peuvent pas trouver d’autres solutions. Au contraire, cela renforcerait artificiellement les alternatives de recherche de moindre qualité, augmenterait les prix des smartphones et rendrait plus difficile pour les gens d’obtenir les services de recherche qu’ils veulent utiliser », déclare Google.

Si la plupart des arguments de Google semblent solides, il n’en reste pas moins qu’elle passe sous silence un cas particulier. Elle affirme que les fabricants de smartphones Android travaillent également en partenariat avec d’autres développeurs d’applications et que les utilisateurs et les fabricants sont libres d’utiliser d’autres services de recherche, mais elle ne mentionne pas le fait que sa certification Google Play exige pratiquement que les fabricants fassent de Google Recherche la fonction par défaut et que l’application soit préinstallée.

Et comme le confirmeraient de nombreux utilisateurs et fabricants de smartphones, un téléphone Android sans Google Play, du moins en dehors de la Chine, est pratiquement ignoré.

Mots-clé : DOJGoogle
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.