Fermer
Tests

Test du Cosmo Moto : le meilleur feu de freinage connecté

Presque tous les conducteurs de voitures ou de camions qui entrent en collision avec une motocyclette répondent : « Je ne les ai tout simplement pas vus ». Bien que cette réaction irrite ceux qui roulent sur deux roues, les motocyclistes (et les cyclistes, d’ailleurs) sont plus difficiles à voir que les voitures simplement parce qu’ils sont plus petits. C’est là que le Cosmo Moto de Cosmo Connected entre en jeu.

Comme vous allez le découvrir dans la suite de cet article, ce feu de freinage connecté Cosmo Moto est simplement positionné sur un casque, et utilise un accéléromètre interne pour détecter la décélération, déclenchant un ovale lumineux de 24 LED rouges. À l’aide d’un support magnétique pour une installation et un retrait aisé, le feu se connecte en Bluetooth à une application autonome accessible sur un smartphone iOS ou Android, permettant aux utilisateurs de configurer diverses alertes d’urgence personnalisées. Il vient dans plusieurs couleurs et finitions comprenant le noir (mat ou brillant) et le blanc.

Alors, prêt à découvrir ce mini accessoire vendu 119 euros qui est prêt à sauver votre vie ?

Le Cosmo Moto est prêt à vous sauver la vie

Cosmo Moto : design

Comment ne pas y avoir pensé avant ? Un casque est le seul endroit logique pour placer un feu de freinage. C’est le point le plus haut (donc le plus visible) sur un pilote, et dans la plupart des pays, notamment en France, la loi l’oblige à en porter un. Comme mentionné précédemment, le Cosmo Moto utilise un support magnétique qui adhère à l’arrière d’un casque avec un adhésif qui n’abîmera pas votre peinture adorée, et le boîtier du feu-stop se place dès qu’il est à quelques centimètres.

Le Cosmo Moto utilise un support magnétique

Il n’y a pas de bouton de marche, simplement une bande LED qui s’allument deux fois lorsque le feu est branché. Elles s’éteignent après deux minutes d’inactivité, mais ne vous inquiétez pas, le feu est très sensible et ne s’éteint pas simplement parce que vous restez immobile à un feu. Pour sa mission principale de feu-stop, le Cosmo Moto est très visible. Tout ce qu’il y a à faire est de monter sur votre moto ou votre scooter, et de prendre la route. Et, il vous suffit de laisser les capteurs du Cosmo Moto déterminer quand vous ralentissez.

Puisque le feu de freinage s’allume pendant toute décélération (et pas seulement lorsque vous attrapez les freins), il donne aux conducteurs qui vous suivent une idée beaucoup plus précise de votre changement de vitesse. Personnellement, l’ayant utilisé en scooter pendant deux semaines complètes, j’ai trouvé le Cosmo assez brillant pour être clairement vu même pendant la journée — bien que je n’ai pas eu l’occasion de le voir en plein soleil.

Le feu sera assez brillant pour être vu dans toutes les conditions

Une conception parfaite ?

Il est difficile de trouver une faille dans le design du Cosmo. Il est résistant aux intempéries, facile à utiliser, très visible lors du freinage, et peut rapidement basculer entre les casques si vous achetez des supports aimantés supplémentaires. Cependant, il n’ira tout simplement pas pour tous les pilotes. La forme incurvée et le joint en caoutchouc sont conçus pour fonctionner avec des casques qui ont un rayon continu et lisse sur la surface arrière. Mon casque s’est parfaitement adapté aux courbes du Cosmo Moto, avec seulement un petit espace entre le casque et le joint.

Dernier point, et malheureusement, il n’y a également aucun indicateur que le feu de freinage se charge lorsqu’il est connecté à un cordon d’alimentation micro USB, et donc aucun moyen de savoir quand il est en charge, sauf si vous regardez l’application.

Pour le recharger, utilisez le port micro USB

Cosmo Moto : application

Si la fonctionnalité de feu de freinage était le seul avantage à utiliser le Cosmo Moto, on peut légitimement dire que le prix demandé répond parfaitement au besoin d’avoir une visibilité supplémentaire.

L’application qui accompagne le Cosmo Moto permet de choisir le feu à allumer

Mais l’application gratuite transforme l’appareil en un capteur de chute, avec la possibilité de définir trois niveaux de réponse en fonction de la gravité de celle-ci. Si par chance je n’ai pas eu besoin de m’en servir. En théorie, vous pouvez faire en sorte que les services d’urgence arrivent au dernier emplacement GPS connu de votre smartphone si aucun autre mouvement n’est détecté après une chute. Ou, si la chute n’était pas si mauvaise, une alerte pourrait être envoyée à un ami ou un membre de la famille qui pourrait alors décider des mesures à prendre s’il ne peut pas entrer en contact avec vous. À noter que cette fonctionnalité à un coût, puisqu’il faudra vous abonner à un service, compris entre 7 et 9 euros par mois.

L’application vous montre également l’autonomie restante de la batterie, et vous permet de contrôler le comportement des voyants du feu de freinage. Vous pouvez choisir de ne les allumer que pendant le freinage, les activer tout le temps pour plus de visibilité, ou les faire clignoter pour une signalisation d’urgence (pratique si vous êtes bloqué sur le bord de la route).

Cosmo Moto : verdict

Pur et simple, j’ai vraiment aimé l’utilisation du Cosmo Moto. Il fournit une solution simple, abordable et flexible à un problème qui sévit pour tous les motards. Sa position sur le casque est idéale pour une meilleure visibilité, donnant au conducteur derrière vous — et probablement plusieurs autres derrières — une meilleure idée de votre vitesse de ralentissement.

Avec le Cosmo Moto vous serrez davantage protégé

Et, pour aller encore plus loin, sachez qu’il existe également un modèle pour les cyclistes, annoncé en début d’année au CES 2018.

Noter cet article

Design 8
Utilisation 8.5
Performances 8.5
Autonomie 8
Prix 8

Résumé

8.2 Très bon Pur et simple, j'ai vraiment aimé l'utilisation du Cosmo Moto. Il fournit une solution simple, abordable et flexible à un problème qui sévit pour tous les motards.

Mots-clé : Cosmo ConnectedCosmo Moto
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J'ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu'architecte interopérabilité.
Lire les articles précédents :
Il arrive à faire fonctionner Windows 10 on ARM sur un Raspberry Pi 3

Microsoft propose déjà l’installation de Windows 10 IoT Core sur un Raspberry Pi, mais grâce au récent lancement de Windows 10 on...

Fermer