Google+ n’est pas vraiment une ville « fantôme »… Je l’ai appris à mes dépens !

Vous savez quand on est petit on prend généralement le retour du bâton lorsque l’on fait une bêtise ! Et bien je crois que même plus âgé on peut se le prendre… En effet, c’est ce qui m’est arrivé hier à la suite d’un article qui a complètement eu un impact négatif ! Alors que ce dernier partait d’un sentiment de transmission d’informations, il s’est avéré que l’article, et moi-même de fait, n’ait pas eu l’impact souhaité, bien au contraire.

Pour retracer les mésaventures d’un article d’un « p’ti blogueur » (comme on m’a gentiment nommé ;)), hier j’ai publié un article intitulé « Infographie : Google+ le réseau social obsolète ? » et dans lequel j’ai malheureusement interpellé les utilisateurs du réseau « social » qui ont vigoureusement dénoncé les données et la conclusion faites dans l’article. Avant de commencer à faire quelque-chose de totalement nouveau pour moi, c’est-à-dire revenir sur celui-ci, je ne vais pas me débiner et j’assume ce qui a été écrit.
En revanche, il est vrai qu’il y a des conclusions trop hâtives et c’est sur celles-ci que je vais rebondir.

Un premier constat : un réseau « social » délaissé par les médias high-tech

Google+ n'est pas vraiment une ville fantôme... Je l'ai appris à mes dépens !

Première chose simple que j’ai faite : je suis allé sur Google Actualité et j’ai pris les noms des cinq premiers médias (01net, Le Monde, CNETFrance, Gizmodo et Silicon), voici la conclusion : sur ces médias, quatre disposent d’un profil Google+. En revanche, ces derniers ne proposent qu’un simple « flux RSS » du contenu publié sur le site.
Autrement dit, le réseau social est utilisé par ces médias que pour exposer les articles. Aucun de ces profils ne proposent de réagir avec leurs abonnés au travers de questions diverses et variées. De plus, on peut s’apercevoir que ces derniers ne remontent aucune information « temps réel », que ce soit du live blogging ou encore des réactions ponctuelles sur des évènements.

Or si je compare à Twitter, je ne mentionnerais que peu Facebook puisque pour moi ce réseau « social » n’est pas pertinent en terme de qualité de contenu, tous les médias indiqués ci-dessus disposent d’un compte Twitter dans lequel ils tweetent du contenu autre que le flux d’article. Ainsi, on retrouve souvent du contenu qui a été retweeté d’un autre média.

Concernant Google+, on peut s’apercevoir que les articles engendrent davantage de réactions des lecteurs, et surtout beaucoup plus constructifs. En effet, n’étant pas limités à 140 caractères il est plus simple pour argumenter… Là, il est indéniable que Google+ est meilleur, et de loin !

Pourquoi les médias, et les principaux blogueurs n’arrivent pas à rejoindre réellement le réseau « social » ? Malheureusement je n’ai pas vraiment la réponse, mais je vais parler de ma propre expérience… Le point fort de Twitter qu’on le veuille ou non est sa simplicité ! 140 caractères peuvent être « courts » pour certains, mais s’avèrent un point fort pour d’autres. On synthétise en une phrase ce que l’on a envie de dire, et ce à travers des outils encore une fois simples. C’est le second point sur lequel je veux en venir.
Autre point, et là ça rejoint les remarques précédentes, le réseau étant « délaissé » par les médias, il est difficile de réagir activement sur des sujets. Plusieurs fois j’ai réagi à des publications et malheureusement je n’ai aucun retour des auteurs de l’article… Bien dommage ! Du coup, je dois dire que j’ai été un peu déçu et j’ai fais une conclusion trop hâtive : « Le réseau social est déserté ».

Une ouverture aux systèmes tiers trop fermée…

Deuxième constat d’échec selon moi, l’API Google+ qui n’est toujours pas ouverte en écriture. Ce point s’avère problématique pour voir l’émergence de systèmes tiers qui apporteraient au service « social » une toute autre qualité. Ainsi, disposer ne serait-ce d’un client sous tous les OS permettrait de fortement propulser l’engagement des utilisateurs.

Personnellement ce que j’aime bien sur Twitter c’est de disposer des notifications sur mon ordinateur de bureau du service, et ce sans avoir à ouvrir la page Web du réseau « social » et ainsi répondre directement depuis mon application. Le jour où Google va ouvrir son API je suis certain que ce sera une tuerie… les développeurs les plus ingénieux trouveront certainement de quoi mettre en valeur le réseau. Peut-être que Google lui-même pourrait proposer ceci…

Malheureusement, si l’on en croit un précédent article, ne pas proposer d’API engendre de réels problèmes.

Une utilisation pensée autrement ? Les messages privés sont majoritairement utilisés par les utilisateurs …

Si Google+ peut-être qualifié de « réseau social », je le reconnais moi-même, peut-être que ce n’est pas réellement la vision de ce que veut en faire Google. En effet, en apportant un service centré sur la publication de contenu au public, la force de Google+ est de justement restreindre les publications à des « cercles ». Ces derniers peuvent être des cercles contenant des utilisateurs placés dans la catégorie « famille », « boulot », « amis », et même vos « ex »… Autrement dit, il est donc possible de diffuser un message à une infime partie des utilisateurs. Et ces publications dîtes privées ne sont pas comptabilisées dans les statistiques.

Google+ n'est pas vraiment une ville fantôme... Je l'ai appris à mes dépens !

Ainsi, alors que j’indique dans l’article que le réseau « social » compte aujourd’hui plus de 250 millions d’utilisateurs avec 70 millions d’utilisateurs actifs quotidiens, mais « que, pour chaque tranche de 100 millions d’utilisateurs, seulement 6 millions d’utilisateurs de Google+ étaient susceptibles de partager une publication », j’admets que cette information est complètement fausse et s’avère inexploitable.
De plus, quand j’indique que « l’activité, les utilisateurs du réseau social de microblogging Twitter sont 33 fois plus actifs que leurs homologues de Google+ » c’est tout simplement car les meilleurs statisticiens ne pourront pas avoir la notion des messages qui sont échangés en privé.
C’est typiquement la difficulté de faire une enquête sur Google+, puisque cette dernière est uniquement basée sur les messages publics de Google+. C’est peut-être raison pour laquelle certaines personnes qui rejoignent Google+ qui ne participent pas, semblent inactives… Mais, cela ne veut pas dire qu’ils ne participent pas à la croissance du réseau « social ». S’ils n’affichent pas des publications publiquement, ils peuvent en afficher pour leurs cercles. Ainsi, les seules personnes qui vont voir ces messages sont ceux dans le cercle sélectionné, ce qui rend l’évaluation de « la santé » du réseau « social » un peu problématique…

Si on peut qualifier Google+ de « réseau social », ce service est devenu un réseau lié par des intérêts, plutôt que de relations. Ce que je veux dire par là, est qu’il est difficile de regrouper des groupes de personnes dans des cercles. Dans la pratique, les cercles sont difficiles à maintenir en relation.
Je me retrouve avec des partenaires qui sont aussi des amis proches. J’ai également de la famille avec qui je ne suis pas particulièrement proche. Il est très difficile de faire des relations fondées sur les cercles.
D’autre part, les « loisirs » sont beaucoup plus clairs ! Pierre aime faire du sport. Il en va de même pour mon frère, Andy. Je vais ainsi les mettre dans le cercle « Vélo », et partager de manière appropriée le contenu. Pierre et Andy peuvent également apparaître dans d’autres groupes, et c’est très bien ! Nous sommes passionnés par nos intérêts. Ils sont intéressants, comme le sont les gens qui partagent nos passions.

Ce que je veux dire par là, c’est que nous construisons chaque jour de nouvelles relations sur Google+ en fonction de nos loisirs, ce qui est, en grande partie, à l’opposé de la façon dont les choses fonctionnent sur ​​Facebook. Selon moi, Google+ poursuivra son ascension si et seulement si Google continu d’ajuster le service pour offrir une gestion d’actualités simple ou automatique basée sur des règles définies.

Un réseau pas si fantôme que ça …

Google+ n'est pas vraiment une ville fantôme... Je l'ai appris à mes dépens !

À travers cette publication, je me suis rendu compte que de nombreux utilisateurs réagissaient aux critiques sur le service. Si je savais que des utilisateurs étaient actifs sur le réseau, je ne pensais pas que mon article fasse autant de secousse. Déjà, afin de faire taire de nombreux détracteurs qui ont émis leur avis sur le but de l’article je voudrais vous dire que ce dernier n’avait en aucun cas pour but de faire le buzz !!!

En effet, si j’ai publié cette infographie c’est plus par la découverte de celle-ci et de mon intérêt de la retranscrire aux lecteurs fidèles du BlogNT que d’attiser les foules… Ainsi, pour certains dire que « je n’ai rien compris à G+, ou bien que je veux créer un buzz » sont vraiment, excusez moi du terme, ignorant de la philosophie du BlogNT ! J’y reviendrais dans le point suivant !

Concernant Google+, s’il s’agit oui ou non d’une ville « fantôme » chacun pourra avoir son opinion et libre de l’exposer qu’elle soit juste ou non. En revanche, j’avoue que les chiffres sur lesquelles je me suis basé sont totalement biaisés du fait des explications données ci-dessus. Ainsi, Google+ n’est pas si mort bien au contraire et le service est certainement davantage utilisé que l’on pense…

J’aimerais donc demander pardon à tous les utilisateurs actifs du réseau qui se battent pour rendre le service populaire et lui permettre de progresser !

Des critiques non constructives venant saborder le travail d’un « p’ti blogger »

Comme mentionné en début d’article et ci-dessus, je dois dire que j’ai été surpris des réactions engendrées par la publication de l’article. Voici quelques remarques :

La presse française : brodage de dépêches AFP.
La presse française pour les nouvelles technologies : traduction d’articles américains.
Quel beau métier ! [Julien Xvi]

Pour répondre à cette critique, non constructive à mon sens, déjà je ne fais pas partie de la « presse française » mais plutôt d’un blogueur solitaire et individuel qui partage les découvertes, et n’hésite pas à partager son expérience. Comme tous, il est possible de faire des erreurs d’interprétations, de retransmission d’informations, etc … En revanche, si j’accepte bien évidemment toutes les critiques, je suis plutôt étonné que certaines personnes osent critiquer des articles sans apporter des arguments valables… Il n’y a que celui qui ne fait rien qui ne se trompe jamais non ? Donc, avant de critiquer le travail de quelqu’un je vous prie de bien vouloir vous renseigner sur le contenu global du site.

Si j’essaie d’être au plus juste, je ne suis pas infaillible et il m’arrive de me tromper et de ne pas suivre tous les contenus partagés sur la toile, et ce surtout pendant cette période estivale.

Ensuite, pour répondre à ce commentaire :

+Yohann Poiron Rien que le titre aurait du me mettre la puce a l’oreille ^^
Google+ le réseau social obsolète ?
Obsolète : caduc, démodé, dépassé, désuet, périmé, vétuste, vieilli.
C’est serieux ??? lol !! [Fabien Moraldo]

Pour répondre personnellement à Fabien, je voudrais dans un premier temps vous dire que si le titre de l’article ne vous intéresse pas pourquoi continuer de lire ? Lisez-vous tous les articles dont le titre ne vous attire pas ? S’il s’agit de le faire pour apporter des remarques non constructives, un conseil cela ne sert à rien … il y a tellement de lecture à faire sur le Web que cela n’a peu d’intérêt de s’arrêter sur quelque-chose qui à coup sûr ne vous intéressera pas… De plus, après avoir lu votre blog et les différents articles publiés je conclus que vous êtes un « fan de Google » ! Je comprends donc que dès que l’on attaque un service de la firme vous mordez…
Sachez qu’il n’y a pas plus fan de Google que moi ! J’assiste à tous les évènements possibles et ce n’est pas aujourd’hui que cela va s’arrêter ! Ainsi, si j’émets un avis sur un service ce n’est pas pour donner un point de vue…

Google+ n'est pas vraiment une ville fantôme... Je l'ai appris à mes dépens !

Bref, pour finir, je voudrais pousser un coup de gueule à tous les « soi-disant » professionnels du service qu’au lieu de critiquer, il est nécessaire de se renseigner sur l’auteur ! Tout le monde peut faire des erreurs. L’idée est juste de discuter et tout le monde reconnait ses erreurs.

Enfin, pour en revenir sur le sujet principal, si les statistiques du réseau sont fausses, un constat réel est que le service est délaissé par de nombreux médias et blogueurs français. Attention, je ne dis pas que ces derniers font la majorité des utilisateurs, mais sans contenu autres qu’un simple flux RSS, l’engagement ne sera pas optimal… Quoiqu’on en dise, Google+ ne doit pas être vu comme un réseau social, mais plutôt comme un service permettant de discuter de loisirs, partager des évènements, et le plus important apporter des services liés à la collaboration professionnelle.
Donc si Google+ va être qualifié de « fantôme » pour certains, sans nul doute que le service n’est pas une ville morte et que les publications sont en perpétuelles croissances sur le réseau, notamment dans les cercles privés.

En tout cas, veuillez m’excuser, mais rappelez-vous de quelque-chose : il est impossible de plaire à tout le monde, être du même avis que tout le monde. Donc au lieu de dire « c’est de la merde » la meilleure chose à faire est de discuter avec l’auteur de l’article et apporter des remarques. Le débat est enrichissant, et on apprend tous de ces échanges.
Maintenant libre à vous de faire votre constat sur le service. En ce qui me concerne le débat m’a fait prendre conscience que le service n’était pas si vide que ça, et je vais faire au mieux pour mettre en avant ce dernier et ça commencera par une utilisation différente de ce dernier.

Je tiens à terminer sur le fait que je tiens ce blog par plaisir, en tant qu’amateur ! Si des critiques constructives me font adorer cette passion, je dois vous avouer que toutes les critiques dénuées de sens me font l’effet l’inverse… Sachez que ce que j’écris ici c’est donc par passion et cela me prend du temps et de l’énergie. Il ne faut pas croire comme beaucoup le pensent, les blogueurs français ne se contentent pas de reprendre les dépêches AFP (d’ailleurs sachez que je ne les lis jamais !), et que les articles tels que celui-ci sont rédigés par mes petits doigts, corrigés par mon amie, et enfin mis en page !
Autant dire que je passe des heures chaque jour pour tenter d’apporter du contenu aux lecteurs réguliers, occasionnels, enfin tous ceux qui passent sur le blog et qui prennent le temps de lire le contenu et apporter un point de vue personnel que je partage ou non. Mais le dialogue est le plus important et c’est pourquoi je continue d’écrire…
Autrement dit, je ne suis pas payé, encore moins soumis à des pressions des médias, je choisis les sujets qui me plaisent tout en argumentant avec mon expérience et mon point de vue. Il est vrai que ce dernier ne peut être partagé par tous, c’est comme les webdesigners qui mettent une couleur sur un élément pour harmoniser une maquette et que le client préfère mettre du rouge qui vient détruire toute la maquette ! Et bien pour un article c’est pareil, plus on écrit, plus on est lu et plus on est soumis aux critiques.
En ce qui me concerne je suis loin de tout connaître, de tout lire sur la toile (d’ailleurs qui peut réellement le faire) alors la seule chose que je demande c’est de respecter le travail de l’auteur, et ceci est valable pour tous les commentaires que je peux lire sur les articles : « c’est nul, ça sert à rien, je préfère Microsoft à Apple, etc… » ! Merci à tous de mettre un commentaire ça fait augmenter les statistiques, mais ça je dois dire que je m’en fout complètement. Tout ce que je vous demande c’est d’apporter des commentaires de qualité sur lesquels je peux rebondir, argumenter et surtout répondre ! Si on m’indique que l’article est nul parce qu’il a été publié sur d’autres sites qui ont également du affronter les critiques ça m’est tout à fait égal. Je préfère que l’on me dise que le service n’est pas mort puisqu’il est utilisé par de nombreuses personnes qui l’utilisent pour partager du contenu en off, c’est-à-dire à des cercles privés.

Point final ! Merci à tous ceux qui m’auront lu … et en espérant vous lire prochainement …

  • Romain Jolly Martoia

    Je rejoins le commentaire de Damien Aguerre. Bonne continuation p’ti blogger !

  • http://twitter.com/benoitmarechal Benoît Maréchal

    Ton blog a une audience de fan de nouvelles technologies, Google+ est pour l’instant un réseau social de geek. Critiquer Google+ revient à critiquer une bonne partie de ton audience. De plus les meilleurs troller du web sont souvent des geeks.
    Bref moi je partage ton avis sur Google+, tant que mes amis Facebook non geek (les anciens amis du collège, du lycée, les oncles, tantes, cousins, cousines etc.) ne m’auront pas rejoint sur Google+…

    PS: Les remarques blessantes ça fait mal, mais tu peux te consoler en regardant ton audience qui a dû faire un pique grâce à tous ça ;)

    • http://www.blog-nouvelles-technologies.fr Yohann Poiron

      Et bien contrairement à ce que l’on pourrait penser pas du tout ! Au contraire même… (mais je ne pense pas que ce soit lié, je penche plutôt sur les vacances)

      • http://twitter.com/benoitmarechal Benoît Maréchal

        Ah ok, dommage.

  • http://www.blog-nouvelles-technologies.fr Yohann Poiron

    Merci à vous 2 !

  • Baptiste Leclercq

    Google + est un réseau social, oui… Je pense que c’est la partie émergée de l’iceberg. Le concept de cercles, au delà de son aspect pratique et très intuitif, couplé à la possibilité de poster vers un ou plusieurs cercles, a fait de Google+ un mutant entre l’email et Facebook.
    En effet, le mail est toujours vivant mais il a beaucoup (trop?) vieilli, et certaines grandes entreprises et certains leaders d’opinion sont en train d’essayer de la bannir. Atos annonce depuis plus d’un an, par la voix de son dirigeant Thierry Breton, que l’email est amené à disparaitre, et déjà aujourd’hui pour les échanges internes de l’entreprise, remplacé par un RSE. Et pour le subir au quotidien, j’avoue que l’email (et surtout les Spams, Newsletter intempestives et autres mailing lists) me court gentiment sur le haricot et gaspille mon énergie et mon temps, peut être bien plus que les réseaux sociaux qui bien que (très) chronophages, permettent très rapidement d’aller plus loin que la simple lecture : on partage, on commente, on publie, bref : on existe ! Le système de la boite mail est presque trop vieux. Répondre à un email … c’est à dire le copier, le coller (dupliquer le contenu, encore et encore) pour enfin le commenter… Hmmm Pas très pratique, ni lisible, ni même écolo quand on y réfléchi (duplicate content = consommation inutile d’énergie pour la stocker, la partager, la sauvegarder …)
    Facebook, lui est typiquement « l’ado déchaîné ». Venu mettre un coup de pied dans tout ça et changer les meurs. Il propose de changer la donne ! Ce n’est plus l’information qui va à l’utilisateur, mais l’inverse ! Impensable ! Stupide ! Perturbant ! Étonnant ! Mais finalement : Brillant ! Mais comme tout adolescent il le fait de façon explosive et ne sait pas s’inscrire dans une démarche pérenne : il force les utilisateurs à poster en public par défaut, empêche ou freine la gestion de la confidentialité, quitte à provoquer des scandales comme ces licenciements en masse dus à Facebook ou comme ces évènements mal postés qui terminent en catastrophe pour l’organisateur.
    G+ apparaît, selon moi, comme le juste équilibre entre ces deux extrêmes. On conserve le principe d’une seule information centralisée, et on garde aussi la maîtrise de l’accès à l’information. Même si cela implique de ne pas pouvoir se faire comparer aux autres, ne pas pouvoir s’afficher comme le bon élève. Serait-ce de l’inconscience ou de l’altruisme ? Non, Google est une entreprise, son but n’est pas de rendre le monde meilleur, il est de faire de l’argent. Mais peut on faire de l’argent tout en restant intelligent ? Peut on s’inspirer sans copier ? Peut on inciter la créativité sans la faire payer au prix fort ? Ne rêvons pas tout de même : Google n’est pas le bien absolu. Il est aussi plein d’erreurs et d’échecs dans ses nombreux projets, de vanité parfois quand il s’agît de présenter ces dernières innovations, d’envie souvent à l’égare de ces rivaux. Il a cependant le mérite de faire avancer le schmilblick et Google+ me semble en être un exemple parfait !

  • http://www.kiwiweb.fr/ Kw9

    Haha Yohann ^^ je viens d’avoir la même réaction sur l’un de mes posts. En faites Google plus c’est un gang XD