Cloud Computing

C’est un concept englobant de nombreuses idées. Son principe général est l’utilisation de serveurs connectés entre eux pour l’exécution de tâches aussi diverses que variées. Pour l’utilisateur, cela veut dire plus de simplicité (un seul fichier disponible partout) au détriment de la transparence (sécurisation des données ou vie privée par exemple).

Les applications web

Pour certains d’entre vous, vous les utilisez quotidiennement, notamment les outils permettant de s’organiser comme :

Toutes ces applications sont donc accessibles seulement avec un navigateur et une connexion Internet. Vous saisissez vos rendez-vous dans Calendar, puis vous pouvez accéder et modifier cette liste depuis n’importe où. Au delà des classiques outils de gestion d’emploi du temps, on retrouve de plus en plus de suites bureautiques en ligne.
Je suis par exemple un utilisateur régulier de Google Documents qui permet la création de fichier texte, tableur ou présentation, le tout en ligne. Vous pouvez ensuite autoriser plusieurs personnes à consulter ou modifier vos documents. Vous gardez donc une version unique, au même endroit, au lieu d’avoir une dizaine de versions à retrouver parmi vos mails. On connait tous le problème des multiples versions finales d’un document, chaque contributeur envoyant un document différent. Bien entendu, vous avez la possibilité d’exporter votre travail dans les formats les plus répandus (word, excel, ppt, pdf …).

Si Google a de l’avance dans le domaine, Apple et Microsoft ont aussi leurs propres solutions. Du côté d’Apple, cela s’appelle iWork, c’est toujours en béta depuis 2009, et c’est un peu tombé dans l’oubli (pas ou peu de communication dessus de la part d’Apple). Plus récemment, Microsoft a sorti Office 2010 (la suite bureautique classique) et son pendant online avec Office Web Apps.

Ces Apps sont des versions allégées des versions offline, proposant les fonctions de base. Word par exemple permet le choix des polices, de l’alignement, des listes, les tableaux ou encore les images. Bref ce qu’il faut de base pour créer un document texte.

Les « Operating System » connectés

La vision de Google sur la question est claire. Un ordinateur, c’est avant tout un bon browser. Le reste prend place sur internet, au travers d’applications web.
C’est sur cette philosophie que les équipes de Google ont développé Google Chrome OS.

Cette vision du système d’exploitation vient soulever les limites de débit des connexions actuelles, qui ne permettent bien souvent pas une bonne expérience utilisateur. Une fois cette barrière levée, Chrome OS fera très certainement parler de lui, mais il va falloir encore quelques années avant de se populariser.

Encore à l’état de rumeur, Windows 8 a fait une brève apparition via le site Microsoft Kitchen, la fuite de slides sous NDA (Non Disclosure Agreements) indique quelques idées qui trottent dans les couloirs des départements R&D de chez Microsoft. Le prochain OS de la marque pourrait en effet stocker les paramètres, réglages et personnalisations des utilisateurs d’une machine dans le cloud, de manière à ce que ces derniers puissent, en se connectant depuis un autre ordinateur sous Windows 8, retrouver (en partie) leur environnement de travail.

Et ma vie privée dans tout ça ?

C’est là que ça devient plus complexe. Déjà que les réseaux sociaux nous connaissent de plus en plus, si on rajoute les solutions de Cloud Computing, on pourrait se retrouver avec d’un côté des entreprises qui connaissent nos goûts, envies, amis et pérégrinations quotidiennes, et de l’autre des multinationales qui possèdent nos fichiers, sensibles ou non.

Pour finir

Il ne faut pas oublier qu’avant d’en arriver au Web 3.0, nous sommes encore dans l’ère du 2.0, c’est à dire du Web communautaire. Les réseaux sociaux et les contenus générés par les utilisateurs font la loi. On peut donc facilement imaginer que les outils cloud viendront de plus en plus s’agréger aux réseaux sociaux, comme a pu le faire Docs.com avec Facebook.

3 commentaires pour “Cloud Computing”

  1. Mathieu dit :

    Bon article, mais malheureusement tu te focalise sur le cloud de type SaaS (Software as a Service) et tu ne parle pas des autres couches possible, ainsi que des modèles de déploiements et les modèles économiques liés.
    Peut-être dans un prochain article :)

  2. Yohann Poiron dit :

    Merci Mathieu. Effectivement dans cet article j’ai vraiment voulu mettre l’aspect sur les services logiciels plus que les modèles de déploiement qui sont aussi fort intéressants. C’est une idée de prochain article ;)

+ Trackbacks ...

  1. [...] déjà écrit un premier article sur le Cloud Computing et le « Web 3.0″ au mois de juillet. Ce dernier montrait [...]

Laissez un commentaire

Commentaires en lien dofollow à partir de 2e commentaire, profitez-en !

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>