Avec Windows Server 8, Microsoft prévoit de pousser un service de stockage sur le cloud

Microsoft dont les critiques fût nombreuses en ce qui concerne son implication sur les technologies mobiles, n’a pas l’intention de faire la même erreur dans le domaine du cloud computing. Pour preuve, avec des versions en ligne de Microsoft Office offertes par Office 365, à la plateforme de cloud computing, Azure, Microsoft a fait d’importants investissements dans ce domaine.

Aujourd’hui, avec une mise à jour à l’horizon de sa plateforme Windows Server, la société va faire tout son possible pour positionner la prochaine version de Windows Server en tant que système d’exploitation de choix pour le cloud computing.

Windows Server 8 : Serveur cloud

Tout d’abord, Microsoft a réellement l’intention de distribuer Windows Sever 8 en tant que serveur cloud, que ce soit pour un cloud privé ou pour les entreprises offrant des services de cloud computing grand public. À noter que la base d’un serveur cloud nécessite une virtualisation et une réelle scalabilité, autrement dit la capacité au serveur de maintenir ses fonctionnalités et ses performances en cas de forte demande.
Il exige aussi la capacité à gérer au-delà du matériel : on pourra nommer Hyper-V, plus connu sous le nom de Windows Server Virtualization, qui un système de virtualisation basé sur un hyperviseur 64 bits de la version de Windows Server 2008, ainsi que des outils de gestion qui seront disponibles avec la future version de Windows Server 8.

La virtualisation est la clé de « l’informatique cloud« . Il n’est donc pas surprenant de voir Microsoft s’occuper de cet aspect, et proposer une mise à jour majeure d’Hyper-V, version 3.0, dont les nouvelles fonctionnalités font tourner la tête aux professionnels de la virtualisation.

La première d’entre elle va proposer un nouveau commutateur virtuel extensible, qui permet aux partenaires de Microsoft de développer des fonctionnalités réseaux avancées, telles que des extensions capables d’inspecter, de surveiller et d’échantillonner le trafic.
La seconde permet d’éliminer les limites matérielles de la virtualisation. Ainsi, il est possible utiliser jusqu’à 21 To de RAM et 160 processeurs logiques… Les machines virtuelles peuvent supporter jusqu’à 32 processeurs virtuels et 512 Go de mémoire vive – contre 4 CPU virtuels et 8 Go de mémoire vive actuellement.
La troisième va permettre à Hyper-V d’être capable de gérer le déplacement de multiples machines virtuelles tout en déplaçant simultanément les ressources de stockage utilisées par ces machines (configuration, disque virtuel et snapshots).
Enfin, un nouveau format de fichier (VHDX) permet à chaque disques virtuels d’autoriser des volumes jusqu’à 16 To.
En outre, la technologie Hyper-V dans Windows Server 8 prend en charge jusqu’à 63 hôtes et 4000 machines virtuelles par cluster…

Bien sûr, la nécessité pour tous de cet espace disque connaîtra une baisse spectaculaire grâce à la mise en œuvre de Microsoft de la déduplication dans Hyper-V 3.0. Derrière ce terme il se cache une avancée importante. Qu’il s’agisse de la mémoire vive (chaque machine virtuelle s’appuie sur un OS et des applications dont les fichiers peuvent être partagés) ou des disques : les blocs disque peuvent être partagés, en éliminant l’espace perdu prises par les données redondantes. Selon les scénarios, Microsoft promet des réductions d’espace disque allant de 30 à 90% !

Avec une meilleure migration vient une meilleure réplication. Un assistant simple arrive dans cette nouvelle version de Windows Server 8, remplaçant le processus actuel de Windows Server 2008 R2 Hyper-V plus que controversé. En effet, désormais il suffit de choisir les disques virtuels à répliquer et à la destination celle-ci. Ensuite, il vous devez choisir de synchroniser immédiatement ou programmer la réplication pour plus tard.

Microsoft Online Backup bêta disponible pour tous

Dans un article sur le blog de ​​Microsoft Windows Server, Gaurav Gupta a révélé que l’entreprise offrira un service de sauvegarde cloud intégré pour Windows Server 8.
Ce service Microsoft, nommé Online Backup est désormais disponible gratuitement en version bêta, et ce depuis ce lien, mais il est limité à 10 Go de stockage sur le cloud et ne fonctionne qu’avec Windows Server 8 bêta pour un nombre limité de clients.

Microsoft Online Backup est conçu pour fournir des sauvegardes incrémentales des données du serveur, un suivi des modifications qu’elles portent à la fois sur le fichier, mais également au niveau du bloc disque. Ce service va permettre de chiffrer et compresser les fichiers avant de les transférer vers le cloud de Microsoft, et peut gérer l’utilisation réseau de la sauvegarde durant les heures ouvrables.

Avec Windows Server 8, Microsoft prévoit de pousser un service de stockage sur le cloud

Avec Windows Server 8, Microsoft prévoit de pousser un service de stockage sur le cloud

Avec Windows Server 8, Microsoft prévoit de pousser un service de stockage sur le cloud

Le client conçu pour Online Backup s’intègre parfaitement au sein de l’outil de sauvegarde de Windows Server 8, et il peut être géré à la fois par le biais de l’utilitaire de sauvegarde de Windows Server et en ligne de commande par le shell Windows. En plus de la sauvegarde sur le cloud, il peut aussi gérer les sauvegardes sur un disque local.

Gupta indique dans son message que le service fournit également des contrôles d’intégrité des données une fois qu’elles ont transité sur le cloud, et ce pour veiller à ce qu’aucune donnée n’ait été endommagée durant le transit.

Conclusion

Pour le moment Microsoft ne communique pas sur ses intentions de monétiser ce service de sauvegarde en ligne. À noter que la bêta de Windows Server 8 a été libérée le 29 Février, date de la mise en place de Windows 8 pour lequel tous les regards se sont tournés.

Mais, Windows Server 8 pourrait s’avérer être un produit très important pour le futur, notamment avec la mise en place de son service Online Backup, et pourrait être un sérieux concurrent pour toutes les entreprises qui cherchent à rendre une partie ou la totalité de son infrastructure sur le cloud.

Si Microsoft offre un solide et robuste Windows Server 8 durant l’année 2012, celui-ci pourrait marquer le début d’une prochaine domination de Windows Server au sein des entreprises…

Avez-vous testé Windows Server 8 ? Qu’en avez-vous pensé ?