Désolé Microsoft, l’iPad Pro se vend mieux que la gamme Surface

Ce n’est pas un secret que le marché des tablettes est en déclin : les ventes du quatrième trimestre de l’année 2015 ont connu une baisse de 13,7 % par rapport à l’année précédente. Néanmoins, il y a une lueur d’espoir. En effet, les dispositifs « hybrides » sont en hausse, avec des ventes doublées par rapport à l’année dernière, selon une publication d’IDC. C’est un domaine où d’Apple dispose d’une forte avance sur toutes les marques, y compris Microsoft. Il apparaît que l’iPad Pro d’Apple a été plus vendu par rapport à la Surface Pro.

Néanmoins, si Apple continue à dominer le marché de la tablette, pour la première fois depuis que le premier iPad a été lancé en 2010, ce marché est en baisse.

« Une des principales raisons pour lesquelles les dispositifs hybrides grandissent tellement vite, c’est parce que les utilisateurs finaux voient ces dispositifs comme des remplaçants aux PC », commente un dirigeant d’IDC, Jean Phillippe Bouchard. Il poursuit en mentionnant : « nous pensons qu’Apple a vendu un peu plus de deux millions d’iPad Pro [au quatrième trimestre 2015] tandis que Microsoft a vendu environ 1,6 million de Surface, dont la majorité est des Surface Pro, et pas le modèle le plus abordable, la Surface 3. Avec ces résultats, il est clair que le prix n’est pas la caractéristique la plus importante lors de l’acquisition d’un tel périphérique — la performance l’est ».

 

Microsoft est dans une position difficile

Voilà une distinction importante, car elle est le fondement de la différence entre la génération actuelle de tablettes amovibles, et les systèmes mobiles — qui sont en train de perdre du terrain sur le marché. En effet, il semble que les grands perdants sont les tablettes qui ont les mêmes fonctionnalités que les smartphones. Je ne serais pas surpris si le secteur des tablettes atteint un point de saturation.

Néanmoins, la tablette Amazon Fire semble être une exception à cette règle. Son prix extrêmement bat par rapport aux autres appareils sur le marché, et l’intégration étroite avec les services d’Amazon est une aubaine pour de nombreux utilisateurs.

Microsoft n'est même pas dans le top cinq des ventes de tablettes

Quant à Microsoft, sa position est ambigüe. Les ventes de Surface servent de point de comparaison pour l’iPad Pro, qui a aidé Apple à enregistrer 24,5 % de parts de marché à la fin de l’année 2015. Microsoft n’est même pas dans le top cinq des ventes, puisque la firme se positionne derrière Samsung, Amazon, Lenovo ou encore Huawei.

Si la firme de Redmond veut devenir un leader dans la gamme des hybrides, il va falloir qu’elle bataille fermement. Même avec iOS sur l’iPad Pro à la place d’un OS de bureau complet, l’option d’Apple demeure beaucoup plus populaire, et cela ne semble pas changer de sitôt.

Microsoft Surface vs. Apple iPad Pro

  • Patrice Poirier

    Votre article est brouillon et mal documenté selon moi. Pour précision, MS a vendu 1,6 M de Surface Pro Vs 2.0 M de iPad Pro. Sachant que les deux produits sont très différents (la Surface est un produit plus cher et plus puissant), le revenu global de MS est assurément plus élevé. Sachant aussi que l’iPad Pro a eu son effet de lancement sur tous les fidèles de la marque, je ne serais pas surpris de voir MS dépasser Apple sur le prochain trimestre sur le nombre d’unités et sur la CA. IDC semble, par son commentaire, indiquer que MS est justement au bon endroit avec un produit haut de gamme et complet. Bref, votre article est loufoque. Pour une fois que MS est au bon endroit au bon moment…

    • Valentin LAB

      Je vous seconde sur la qualité de l’article, et sur l’interprétation du commentaire de l’IDC. Les Surface Pro sont assez chère, et il me semble que c’est sur quoi porte la remarque de l’IDC : Microsoft a correctement ciblé un secteur de l’informatique pro en offrant un produit dont le prix n’est pas le facteur primordial, mais les réelles capacités. Il me semble inopportun pour l’instant de comparer les 2 produits, qui, même si Apple aimerais nous faire prendre des vessies pour des lanternes, ne sont pas de même nature (une tablette qui se fait passer pour un ordi chez apple, et un ordi qui se fait passer pour une tablette chez microsoft). Dans le domaine pro, une bonne partie de la clientèle ne s’y laisse pas prendre, et c’est ce que je vois dans ces chiffres.
      On notera que Microsoft a probablement la même analyse, et propose une Surface Pro 4 avec 1To, 16G de RAM à un prix encore bien supérieur : ils dirigent leurs efforts sur les capacités et pas sur le coté bon marché.
      Il y a fort a parier que nombre d’acheteur d’iPad Pro sont surtout des amateurs, fan d’Apple, voulant avoir le dernier produit de la marque, ou des pros qui ont une utilisation indirecte/accessoire et sommes toute limitée de l’informatique et se satisfaisant de logiciels généralistes: gestion de photos, ecriture d’articles. Ce qui veut dire que l’iPad Pro ne vient pas en remplacement d’un ordinateur.
      Dernier point à noter, ici, c’est Microsoft l’innovateur, et Apple qui suit avec des produits inférieurs. C’est suffisament rare pour le noter, et le bienvenu dans un univers technologique un qui s’essoufle en terme d’innovation depuis que Apple a quitté son attitude agressive sur ce point là (et c’est bien dommage).

      Disclaimer: j’écris cet article depuis une Surface Pro 3 (8Go RAM, 512Go HD, CPU i7) sous Ubuntu 15.10. J’utilise depuis plus d’un an pour mon travail quotidien 8-10h de boulot journalier. Docker, VirtualBox, Développement, double boot Windows 10 pour les jeux … Il n’est pas réaliste d’envisager l’iPad pro en lieu et place de celle-ci… Pour moi les produits ne sont pas concurrents, et je partage mon expérience dans l’espoir d’illustrer mon propos précédent. Je serais curieux de rencontrer quelqu’un qui travaille 8h par jours sur son iPad Pro, je suppose par avance que si l’on me présentais quelqu’un dans ce cas, son métier serait très ciblé.

      Il serait grand temps pour la presse spécialisée de réaliser ces différences fondamentales et les réalités du terrain, et arrêter de se faire duper par le marketing d’Apple, en continuant à opposer ces 2 produits comme s’ils étaient comparables.